Chargement...
Allez viens, on est bien !
Inscription / Connexion :
Google
Nouveaux Populaires Likes Favoris
plus
Tous les groupes Créer un groupe



Arzhman
1 point
28/10/2015
Je me délecte d'abjectes insectes.

Médailles

Sage comme une image

Un courant d'air me donne la chair de poule,
Isolé au fond de mon château, frôle la crève,
Un dragon sur le pont-levis garde sans trêve
Le cercueil de Dracula sous les combles de ghoules.

Il y a encore peu je frisson... (suite)
Amertume

Téléfilm sur l'écran cathodique,
Un pack de bières prit au Lidl,
Soirée orpheline avec ma gueule,
La boisson me rend mélancolique.

Je pense aux débiles en terrasse,
Clopes au becs, buvant des blondes,
Regards vides comme la Jocon... (suite)
Le haricot

Je m'apparente au grand haricot vert
Avec mes bras et ma langue qui pendent.
Je passerais presque pour un pervers,
Sans cacher mon grand sexe qui bande.
Garé en face de l'école primaire,
J'observe la farandole de gosses ... (suite)
Épilogue estival

Le stratus gris laisse apparaitre
Le bleu uni derrière les gouttes ;
La quiétude d'une fin d'août,
Un chien renifle et suit son maître.

Là-haut s'isole l'opaque brume,
D'humbles cumulus fendent les airs,
Massives  colonn... (suite)
Hellvetic Frost - Remembrance Of Ancient Blood

Black Metal
Dans ma famine j'ai mangé ma haine

J'ai ignoré les caresses et les baisers,
La haine m'envahissait alors sans prévenir ;
J'ai rencontré la saturation pour apaiser
La bête qui dort à l'ombre de son menhir.

C'est triste d'arriver au point... (suite)
J'attendrai longtemps

Il pleut sur ma vitre. Avant il faisait beau, avant 15h. Le nuage est arrivé, nonchalamment, avec l’air de dire ”J’emmerde les hommes, les citadins et les vieux croulants !”. Il est gris, comme un costume de type à ... (suite)
Poème pour moi-même

Si je ne souhaite plus plaire au monde,
Je n'ai pas à me doucher le matin,
Conserver un vide dans l'intestin,
M'allonger auprès de dames fécondes.

Si j'ignore les gens par milliers,
Je brise la montre et rempli... (suite)
Dans les ténèbres,
La guitare électrique crache,
Saturation stridente
Dans mon oreille brisée,
Mes dents crissent,
Mes poils se dressent,
Mon corps soudain
Tiraillé par l'ampli ;
Dans les ténèbres,
Les riffs griffent sans cesse,
La caisse ... (suite)
Soleil bleu

La tempête s'est arrêtée,
Retour soudain à la normale,
Les tumultes ont cessé,
Et le battement des vagues ;
La roche ne s... (suite)
Les pissenlits

Je me promenais au bord d'un champ lorsque je tombai sur un pissenlit, tout petit. Je le cueillis, l'approchai de ma bouche et lui soufflai dessus. Les aigrettes s'envolèrent loin... Et j'étais triste, la tige entre les do... (suite)
Membres fantômes

Je perds ma langue,
Les plats sans saveur
Me remplissent très bien.

Je perds mes mains,
Je crée bien plus
Dans mon atelier cérébral.

Je perds mes jambes
Mais j'avance toujours,
Je me joue des fauteuils électriques... (suite)
La vie me balade
D'îlots en îlots,
À droite et à gauche
Au grès du vent.

Mais j'ai froid,
Alors je m'assieds sur un banc
Et observe les gens
Qui marchent tout droit.

Je les envie un peu.
Il fait encore plus froid
Quand je n... (suite)
La bête

La bête gronde et mugit,
S'imagine sage sans trouille,
Ego digne du mont Fuji,
Des collines l'écrabouillent ;

Cette bête qui somnole,
Immobile, l'œil ouvert,
Comme figée dans le formol
Gelée dans son grand hiver ;

Cette bête sa... (suite)
Un train passe

Allons, finissons-en dès à présent,
Me dis-je ciseaux en mains, coupant les fils,
Les pensées troubles et l’œil iridesce... (suite)
Ta gueule et bouge

À l'heure où les voisins gémissent,
Où leur chien commence à aboyer,
Silencieusement en coulisse,
Je note ces rimes sur mon cahier,
Dans ma grande pièce qui résonne,
Trop de place pour la monotonie,
Mon palace qu... (suite)
Roule un joint

Tu peux fumer, un jour ne pas kiffer,
Pas cap d'affubler un rire sincère,
Parriat de ta famille, fuite sifflée,
Ombre de la foule et toujours fier.

À chaque bouffée tu restes digne,
Au dessus d'une existence tragiq... (suite)
Brouillard

C‘est immensément blanc.
Ça fait bizarre d‘être là.
C‘était prévisible,
Les nuages le disaient.
Quand même.
Je n‘entends pl... (suite)
Ma compagne

Je rentre voir mes parents au village,
Dans la demeure de mon enfance,
Les rides se creusent sur leurs visages,
Comme les champs labourés à outrance,

Ces étendues à perte d'horizon,
Séparées par d'épais et hauts mur... (suite)
Phosphène

Ça tourne et tourne dans ma tête,
Le manège des vanités,
Quand l'esprit fait des pirouettes,
Jongle et remue ses vérités.

Des idées qui prennent poussières,
Des envies assez peu commodes,
Je vide mes poches des mots d'hier,
Les ... (suite)
Ascète - Les Causses s'en Gaussent (Full Promo)

Black Metal de nos belles contrées
À poil !

Perdu au fin fond d'une forêt,
Dans le sillage de mes aînés ;
Comment survivre jusqu'à l'orée,
Au braconnage déchaîné ?

Lanc... (suite)
Rond comme le Colisée #2

Un vague à l'âme et la fatigue
M'annonce une soirée emplie de larmes,
Dagues, lames affûtées qui endiguent
Mon renoncement à mettre terme

Au quotidien toujours plus terne,
Elles coulent le long de mes joues ... (suite)
L'autre joue

Parfois je prend des coups,
Pas forts, pourtant violents,
Toujours subis et absous,
Que je pare en croulant.

J'encaisse, tant bien que mal,
La maladresse des bonnes gens,
La guerre des fiertés primales,
Les mots cruel... (suite)
Rond comme le Colisée

Les écouteurs fichés aux oreilles,
J'attends un chronobus qui tarde,
Déjà trois heures après la veille,
J'arpente seul la rue blafarde.

Un réverbère papillote
Au rythme du son des clubs,
Des gens dansent et pa... (suite)
Chargement...
Chargement...
Chargement...