Chargement...
Phosphène

Ça tourne et tourne dans ma tête,
Le manège des vanités,
Quand l'esprit fait des pirouettes,
Jongle et remue ses vérités.

Des idées qui prennent poussières,
Des envies assez peu commodes,
Je vide mes poches des mots d'hier,
Les cernes ne sont pas à la mode.

Des discussions alambiquées,
Je cause à une audience absente,
Explique mes actes manqués,
Ironise mes plaies béantes.

IN-SOM-NIE,
Le summum de l'ennui,
La somme des dénis,
Un son sourd dans ma nuit.

Je souhaitais juste dormir,
D'une léthargie qui apaise,
Je m'agite tel un fakir
Allongé sur son lit de braise.

Je ne pense plus, je fais le vide,
Je ressasse quelques comptines,
Les souvenirs d'un rêve lucide ;
Crevé j'appose des rustines.

Je ne panse plus, le sparadrap
Ne colle plus à l'usure,
Seul la caresse de mon drap
Peux soulager la blessure.

Enfin, je pars, sans faire gaffe,
Sous le regard d'un sommeil borgne,
Il baisse la garde et prends des baffes,
Hagard face au réveil qui cogne.
Connectez-vous ou ouvrez un compte pour poster un commentaire.
agréable à lire ! je me permets de te signaler les quelques fautes d'orthographe :
seule la caresse
peut soulager
prend des baffes
Arzhman
op
@Shird: merci beaucoup pour tes remarques :) jpense aussi revoir l'ordre des quatrains, inverser 2 avec 3 et 4 avec 5
J'ai adoré. À ta place je changerai pas l'ordre.
Chargement...
Chargement...