Chargement...
Allez viens, on est bien !
Inscription / Connexion :
Google
Nouveaux Populaires Likes Favoris
plus
Tous les groupes Créer un groupe



LE féminisme au quotidien.

Mention spéciale pour le gamin.
Connectez-vous ou ouvrez un compte pour poster un commentaire.
Elle perd tout crédit à partir du moment où elle laisse son enfant souffrir juste pour avoir gain de cause. Mais son mari est un bon cancer sur le coup.
@JRFP: Encore une fois c'est à nuancer, surtout à partir du moment où elle précise bien que cette mission était confiée au père et qu'elle voulait davantage le faire réagir et l'impliquer. Si les choses ont été clairement établies comme elle le dit elle-même, le seul fautif à mon sens est le père qui n'a pas réagi alors qu'il était conscient de la souffrance de son enfant et je trouve ça trop facile d'accuser la mère. C'est d'ailleurs assez révélateur quand juste après elle annonce que la crèche l'a contacté elle et non pas le père pour annoncer le tympan percé.
Après je comprends ton point de vue et ce que tu veux dire, mais c'est pas comme si elle avait feint de ne pas voir que leur fils était malade et attendue sagement à la maison que son mari remarque quelque chose et daigne se rendre chez le pédiatre.
@Kovad: Non juste non mec. Si le père est irresponsable, il n'y a pas de doute, elle n'a pas a laisser son môme dans la merde pour quelque cause que ce soit. Un enfant n'est pas un outil de communication pour le féminisme ou pour quoique ce soit d'autre.

Si tu as 2 neurones qui fonctionnent, tu emmène ton gosse chez le pédiatre et ensuite tu as la discutions que tu veux avec le père. Accuser la mère est tout aussi légitime que d'accuser le père. Ils sont tout les deux irresponsables quoi qu'on en dise, point.
@Eterky: Après oui je suis plutôt d'accord sur la nature de l'acte, mais je trouve ça facile de la blâmer pour ça. Son acte est très discutable mais je ne peux pas m'empêcher de me projeter et imaginer le jour où pour, peu importe la raison, la mère ne sera pas disponible et ce sera au père de réagir dans l'urgence pour la santé de son gamin que ce dernier soit complètement perdu. Encore une fois, j'insiste, je comprends parfaitement ce que vous dîtes, mais d'un autre côté la mère n'a pas à être prisonnière de l'irresponsabilité et du manque de maturité de son mari non plus. L'enfant, ils l'ont eu à 2 et sa santé et son bien-être doit concerner les 2 au même titre, on ne parle pas ici de qui fait la vaisselle,laisse traîner ses chaussettes ou l'emmène au judo. A partir du moment où c'était au père d'emmener l'enfant chez le pédiatre, c'est à lui qu'incombe la responsabilité de ne pas l'y avoir emmené à temps, du moins dans mon esprit.
@Kovad: Je suis relativement d'accord avec toi pour le coup du père qui est complètement dans l'abus.Sauf qu'encore une fois, son enfants n'est pas un outil de communication et elle avait la possibilité.

En refusant elle aussi elle s'est descendu au niveau de son mari je pense. Dans le propos je suis d'accord : "Il faut s'occuper de l'enfant à 2" mais si l'un est trop con pour s'en occuper, bah tu n'abandonne le gosse toi non plus. Tu montre au monde que tu es plus responsable que l'autre au lieu de te descendre à son niveau.

C'est ce que je pense du moins. Je comprend aussi ton point de vue même si je n'y adhère pas.

Et encore une fois, je trouve ça très légitime qu'elle gueule. Mais je trouve qu'elle perd toute crédibilité pour moi au moment où elle refuse elle aussi de faire son travail de parent.
@Kovad: Depuis quand on peut mettre sur pause la responsabilité que l'on a sur nos enfants? Elle est mère non? Le fait que le père n'ait pas agis ne la déresponsabilise pas envers ses enfants.

On n'a pas la version du père.

De plus, les crèches contactent toujours les mères en premier, c'est ainsi. Et la majorité des mères le veulent ainsi.

Le père est fautif, c'est un fait, mais la mère tout autant.
@Kovad: Ce n'est pas la mère la prisonnière de l’irresponsabilité du père. C'est l'enfant. Tu ne peux pas comparer la situation ou la mère ne serait pas disponible, et que le père n'agit pas. Personne ne conteste l'irresponsabilité du père.

Ici, on parle d'une femme qui a volontairement fait souffrir son enfant pour son idéologie.

De plus, si le manque du mari la dérange, pourquoi ne pas lui en parler, et au pire, le quitter? Pourquoi prendre l'enfant en otage? Au risque de le rendre sourd?
@Eterky: La nuance intervient ici pour moi dans la notion de "rôle de parent", et pour moi elle a rempli le sien puisqu'elle a demandé à son mari de s'occuper de leur enfant car elle ne le pouvait pas. Elle n'a jamais ignoré le mal-être de leur enfant et procédé à une forme de chantage en disant "si tu ne l'emmènes pas, je ne l'emmène pas non plus", elle a juste confié une mission tout ce qu'il y a de plus normal pour un parent à son conjoint: "Emmène notre enfant chez le pédiatre", raison pour laquelle je crois sincèrement qu'elle n'a pas à être responsable du laxisme de son mari.
Le fait par contre qu'elle se doutait éventuellement ou sûrement que son mari allait remplir sa mission à moitié c'est un autre débat, après je pense que dans l'histoire, elle aurait 100 fois préféré voir son mari prendre ses responsabilités et s'occuper de leur enfant plutôt que de voir son enfant souffrir juste pour lui dire en rentrant du boulot: "HAHA ! J'en étais sûre !"
@Geraven: Encore une fois je suis tout à fait d'accord avec vous sur l'impact sur l'enfant, là n'est pas la question, ce qui me dérange profondément c'est plus la normalité avec laquelle peut-être traitée la nonchalance du père et le fait que le poids de la culpabilité retombe sur la mère, je sais pas si c'est très clair ce que j'essaie d'exprimer.

Je ne suis pas vraiment d'accord avec toi quand tu dis "Ici, on parle d'une femme qui a volontairement fait souffrir son enfant pour son idéologie.", puisque, j'ose espérer, tout du moins, qu'elle souhaitait que son mari prenne conscience de son rôle et fasse son job de parent en emmenant l'enfant chez le pédiatre comme elle le lui avait demandé, et non pas courir un risque bête et puéril simplement pour pouvoir dire "je le savais, j'avais raison" au détriment de la souffrance du gamin. Après c'est peut-être moi qui ai un regard trop naïf sur la situation, je l'admets volontiers, d'autant plus que comme tu le fais remarquer à juste titre, on ne dispose pas de la version du père.

@Kovad: je ne hiérarchise pas la connerie des deux parents. Mais elle avait la possibilité de faire soigner son fils et elle a choisi de ne pas le faire. Que son mari soit un âne c'est certain, mais utiliser la souffrance de son fils pour lui faire comprendre qu'il aurait dû agir avant c'est innommable.
@JRFP: Mais tu vois le problème qu'elle essaie de démontrer avec ce témoignage, et le problème que l'on retrouve également dans les commentaires ici, c'est que l'on pointe du doigt la mère sans pour autant blâmer le père. On passe très vite au dessus de l'irresponsabilité du père, alors qu'à priori c'était bien à lui d'emmener l'enfant chez le pédiatre. Le geste de la mère est discutable, mais il faut aussi prendre conscience que ce qui l'est encore plus c'est le fait que l'inaction du père ait entraîné la crevaison du tympan du gamin.

C'est effectivement un problème dans certains, pour ne pas dire beaucoup, couples et ménages français. La femme (surtout quand elle est mère) doit soit palier à l'irresponsabilité de son conjoint, soit payer au même titre que lui, alors que le déséquilibre penche parfois plus du côté du père. C'est la cas ici, on pointe du doit la prise de position de la mère, en laissant couler le père "qui est juste un âne", alors que dans la situation présente c'est à cause de lui que le gamin à eu le tympan crevé.

Je pense qu'elle lui faisait confiance en pensant qu'il finirait par l'amener, et le fait que ça aille aussi loin n'était pas prévu. Le père, lui, devait savoir ce qu'il risquait.
@JRFP: Si elle a choisi de le faire, et ce, en demandant à son mari d'emmener leur enfant chez le pédiatre. C'est ça que j'essaie de mettre en avant, on est quand même en mesure de croire qu'un parent, aussi immature puisse-t-il être,soit en mesure de réaliser une tâche aussi simple et basique que celle d'emmener sa progéniture chez le docteur tout de même non? Si la veille ils ont décidé, ensemble, qu'il fallait amener l'enfant chez le médecin, et que l'autre gugusse qui était en charge de cette mission a chié dans la colle, je trouve ça dur de rejeter la faute sur la mère.

Ce que j'essaie d'exprimer c'est le fait qu'elle n'a pas attendu les bras croisés devant son enfant en convulsions en regardant son mari: "Alors? On fait le 15 ou le 18 à ton avis? Dépêche-toi il commence à avaler sa langue je crois..." enfin en tout cas, c'est l'impression que ça me donne au visionnage de ce témoignage mais je suis peut-être complètement à côté de la plaque.

Si vraiment elle était à 100% persuadée que son enfant en souffrirait et qu'elle a fait ça uniquement dans le but d'avoir THE argument irréfutable là je vous rejoins à 1.000% par contre, mais j'ose espérer que ce n'est pas le cas... vous commencez sérieusement à me faire douter haha
@Kovad: On est bien d'accord qu'un otite avec un percage du tympan, cela ne met pas trois jours à se déclencher. Le père, a effectivement l'irresponsabilité de n'avoir rien fait.

Mais elle non plus. Elle dit quand même, qu'elle en avait marre de le faire tout le temps, c'est à dire qu'elle a décidé de passer outre la douleur de l'enfant, pour obliger le père (qui ne l'a pas fait, on est bien d'accord) à y aller.
L'enfant a souffert, et elle n'a rien fait pour aider son gosse. Sous prétexte que son idéologie l'en empêchait.

On est bien d'accord que si le gosse souffre, qu'on dit au conjoint, tu t'en occupes, et qu'en fin de journée, le conjoint n'a rien fait, on va le lendemain... On n'attend pas le perçage du tympan...
@Geraven: Là oui je te rejoins clairement, si elle a laissé courir en voyant la détresse de son fils sur 1 voire 2 jours on part sur un niveau de puterie plutôt très très élevé, mais dans mon esprit candide j'imagine davantage une situation plus ordinaire à base de: "Le petit s'est plaint de son oreille tout à l'heure ça m'inquiète, tu peux l'emmener chez le pédiatre demain?" au vu du discours que je trouve très cohérent et intéressant de cette dernière durant la vidéo.

Je crois qu'au final je ne préfère ne pas vraiment savoir et rester dans l'ignorance...
@iGod: comme quoi c'est dur de faire passer ses idées à l'écrit. A aucun moment je ne la rend plus responsable que le père. Le père DEVAIT s'occuper de son fils,aucun débat là dessus. Il est complètement coupable de l'état de son fils.
@iGod: merci d'avoir retranscrit ce que je pensais. Je rajouterais que c'est d'autant plus facile de la blamer alors que c'est elle qui témoigne.
Pour le coup je trouve son raisonnement intéressant et mesuré, elle soulève des points très justes en nuançant toujours son propos (pas les mêmes attentes par rapport à une même tâche, etc.), mais le vrai truc qui me chiffonne dans cette histoire c'est cette histoire d'égalité à tout prix au sens premier du terme.
Pourquoi vouloir répartir absolument l'ensemble des tâches d'un foyer à 50-50 même si ça doit créer des conflits pour en arriver là? La base d'un couple c'est que chacun possède sa personnalité, ses points forts comme ses points faibles et s'il faut bien évidemment que chacun mette la main à la patte dans un rapport qui tend vers l'équité, cette idée de "j'ai fait 4 fois la cuisine cette semaine, il te reste donc 3 tours, mais samedi c'est à moi d'aller porter la voiture au garage pendant que toi tu t'occupes d'aller chercher ma mère chez le médecin" me laisse quand même vraiment perplexe.
Et aussi au delà de ça, j'ai quand même le sentiment que chez la nouvelle génération (les moins de 25 ans pour généraliser), les rapports hommes/femmes par rapport aux tâches ménagères, etc. ont une forte tendance à s'équilibrer voire même s'inverser. Aujourd'hui, la grande majorité de mes amis mecs cuisinent mieux et ont un appart' mieux ordonné et propre que mes amies femmes.
C'est pas tant une histoire de féminisme que d'savoir vivre...
Grosse pute.
Waouh elle a vraiment des problèmes existentielles dans sa vie. Pauvre gosse qui n'a rien demander, la prochaine étape c'est de le laissé crever juste pour avoir raison, le féminisme en 2018. Et y a encore des abrutis dans les com's qui vont défendre cette femme.
@Zvarri: C'était au père de l'emmener chez le pédiatre, c'est lui qui a chié dans la colle.
Tout ça pour nous raconter qu'elle a fait des gamins avec un gros beauf, elle qu'elle a mit des années a réagir.
Bah je suis plutôt d'accord pour le coup.



A Voir
Chargement...
Chargement...
Chargement...