Chargement...
Allez viens, on est bien !
Inscription / Connexion :
Google
Nouveaux Populaires Likes Favoris
plus
Tous les groupes Créer un groupe
Conditions générales d'utilisation Cookies



Connectez-vous ou ouvrez un compte pour poster un commentaire.
mediapart sort un article à charge contre les policiers, ça alors, quelle surprise.
Divico
op
@Godela: Mediapart ne fait que rapporter des fait que la justice à constatée. Une surprise ca aussi
@Divico: Lagode est de droite et Divico socialiste comme Rousseau
Divico
op
@GreenLeRetour: Rousseau est de droite
@Divico: Manuel et Adolf étaient "socialiste" aussi.
Divico
op
@GreenLeRetour: Bah adolf oui, c'est écrit dans le nom de son parti..
@divico Sandrine je t'aime, deconstruis-moi stp!
Je veux des feet pic de Sandrine
Je ne suis aucunement etonné sur le fait qu'il n'a aucune idée du nombre de cartouches tirées
En dehors des mecs du GIGN ou du Raid qui s'entrainent chaque jour, il est impossible dans une situation de stress intense de savoir combien de cartouches ont été tiré; même dans un stand de tir avec une mise en situation un peu pêchu, c'est ultra chaud de savoir combien de fois on a tiré, et c'est pour cela qu'on est toujours surpris par le rechargement d'urgence

Bref, sur ce point aucun lièvre n'a été soulevé, c'est purement humain

Je suis intervenu plusieurs fois sur des situations de tirs et à chaque fois systématiquement personne ne savait combien ils avaient tirés de cartouches et j'ajouterai même que c'était toujours largement sous évalué par rapport à la realité

Sur le reste, l'enquête suivra son cours
Divico
op
@Krelian: Evidemment, mais normalement on t'enseigne à compter pour justement éviter de tomber sur un magasin sec, mais personne le fait vraiment. mais sinon oui, c'est compliqué de savoir combien exactement tu as tiré. Surtout avec un fusil d'assaut sur lequel tu as reçu un entrainement sommaire et qui à une cadence de tir de 700-900 coup/minute
@Divico: je pense pas qu'ils aient la possibilité de tirer en automatique.
Divico
op
@Montliffe: il a le doigt nerveux alors!
@Divico: On ne s'entraine jamais à compter, ça n'a aucun intérêt ; on s'entraîne au rechargement rapide

Les rares policiers qui ont vidés deux chargeurs complets, ils étaient au bataclan
99% des tirs sont des tirs de riposte ou de légitime défense à courte distance, donc tu neutralises bien avant d'avoir vidé un premier chargeur
@Divico: Mh non, surtout avec un semi automatique. Regarde chez toi combien de "quelques secondes" tu mets dix coups d'index.
Divico
op
Je met des passages de l'article:

"D’après les premiers éléments de l’enquête, auxquels Mediapart et Libération ont eu accès, plusieurs raisons expliquent pourtant pourquoi la légitime défense du policier - supposant une riposte « nécessaire », « immédiate » et « proportionnée » à l’attaque – a été écartée à ce stade. "

"À la lecture des auditions de l’équipage et des témoins, de sérieux doutes subsistent sur le déroulement du contrôle et le positionnement de Quentin L., qui soutient avoir tiré pour protéger sa propre vie : se trouvait-il face à la voiture, sur son passage, ou légèrement décalé ? Seul ou juste à côté d’un collègue ? Aurait-il pu s’écarter plutôt que tirer ? Le policier a-t-il commencé à tirer avant même que la voiture ne démarre ? À l’initiative du juge d’instruction, une première « mise en situation » sur le Pont-Neuf est prévue le vendredi 17 juin. Les premières analyses balistiques réalisées sur la voiture révèlent des impacts de face, mais aussi sur le côté et à l’arrière, alors que le véhicule avait dépassé Quentin L. et ne représentait plus de danger. Selon les constats des médecins légistes, ce sont ces dernières balles qui ont provoqué la mort des deux victimes. Enfin, le policier a mis en danger deux de ses collègues, qu’il a failli toucher, tandis qu’un autre agent se couchait sur un passant pour le protéger. "

"« Alors que j’étais encore accrochée à la portière, j’ai entendu des détonations et j’ai senti le souffle des balles au niveau de mon oreille droite », poursuit-elle. L’un de ses collègues, Quentin L., est en train de tirer sur la voiture qui avance. « Après avoir vu ma vie défiler », précise Violaine R., « je lâche la portière parce que j’ai peur d’être touchée mais le véhicule ne s’arrête pas et part de plus belle en accélérant ». "

"Dès le premier coup de feu, le gardien de la paix Alexandre G., posté derrière la voiture, s’accroupit pour se protéger, par réflexe. Il comprend vite qu’il se trouve « dans la trajectoire » du fusil d’assaut. « Vous auriez pu prendre une balle », lui fait remarquer l’IGPN, deux jours plus tard. Alexandre G. confirme. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est resté au sol. Son collègue, le gardien de la paix Evans M., a lui aussi « eu peur » en entendant les premières détonations « sans savoir d’où cela venait ». Se sentant alors « en danger », il s’est « recroquevillé ». Il a ensuite « chaussé » son arme et en a « déverrouillé » la sécurité. Prêt à riposter, Evans M. s’est alors mis devant un passant allongé au sol, afin de le « protéger avec [s]on gilet pare-balles, ne sachant toujours pas d’où les détonations pouvaient provenir »."

"Contrairement à tous ses collègues, Evans M. estime que les tirs n’ont pas fait suite au démarrage de la voiture, mais ont été simultanés, voire l’ont précédé. « À un moment, j’ai entendu un gros bruit d’accélération et dans le même temps j’ai entendu deux détonations », explique-t-il dans sa première audition. Il va plus loin lors de la deuxième, racontant avoir entendu « seulement les détonations et après tout est histoire de sons, le moteur du véhicule, le bruit d’accident du véhicule sur le terre-plein ». Ce témoignage divergent au sein de l’équipage contredit la thèse de la légitime défense. "

"Au fil de ses auditions, des contradictions émergent. Le gardien de la paix a du mal à évaluer les distances. L’image de sa collègue traînée par le véhicule est « peut-être un souvenir » qu’il s’est « construit ». Plus grave, alors qu’il déclarait avoir tiré quatre ou cinq fois avec son fusil d’assaut, l’IGPN l’informe de ses dix tirs. « Je ne pensais pas avoir tiré autant », reconnaît-il. De telles approximations interrogent les enquêteurs : « Comment expliquez-vous qu’en quelques secondes, sur deux ou trois mètres, en visant un véhicule qui démarre brusquement en votre direction, vous ayez eu le temps de tirer à dix reprises ? » Cette question reste sans réponse, comme une autre, pourtant capitale : estime-t-il que ses tirs rentraient dans les critères de la légitime défense, au sens de la loi ? « Je suis trop fatigué, je répondrai à ce type de questions ultérieurement », lance-t-il aux enquêteurs qui en resteront là. "

"Les premières expertises, elles, apportent rapidement des réponses. Dès le lendemain des faits, un rapport balistique retrace la trajectoire de neuf balles sur les dix tirées. Si les cinq premiers impacts, dans le pare-brise, viennent bien d’un tireur « probablement positionné face au véhicule », les suivantes correspondent en revanche à des tirs « obliques », « latéraux », puis « arrière », suggérant que le policier a continué à tirer une fois que la voiture l’a dépassé. D’après les conclusions des autopsies, les balles ayant causé la mort des deux frères, Boubacar et Fadjigui, ne seraient pas celles que le policier a tirées de face mais les suivantes. Des conclusions accablantes pour Quentin L., qui ne peut invoquer la légitime défense lors de ces tirs. Il se montre d’ailleurs incapable de les expliquer."

"À l’exception de Quentin L., tous rapportent qu’un autre policier, le major Franck R., se trouvait face à la voiture. Les deux agents se seraient retrouvés « dans l’axe de fuite » de la Polo, résume la brigadière-cheffe Violaine R., justifiant ainsi les tirs de Quentin L.

« Pour moi, il était très clairement en état de légitime défense », ajoute la policière : « Je n’en veux pas à Quentin d’avoir utilisé son arme même lorsque j’étais accrochée à la portière, il n’a fait que son taf dans un métier de plus en plus dangereux où tout peut basculer en une seconde. » "

""Deux témoins viennent par ailleurs nuancer l’idée que le policier tireur se trouvait face à la voiture au moment où elle a démarré. Le premier est un capitaine de police, hors service ce soir-là, qui se trouvait dans un taxi à quelques mètres du contrôle. Selon sa description, deux policiers se trouvaient « côté conducteur », deux autres « côté passager ». Ils les situe « au niveau du parechoc avant, un peu en diagonale » mais « pas en face du véhicule ». Sur la foi de ses déclarations, les enquêteurs ont positionné le tireur à plus de dix mètres du véhicule, bien plus loin que la distance estimée par Quentin L.

Autre témoin direct : la conductrice d’un bus, contrainte de s’arrêter sur le Pont-Neuf à quelques mètres de la scène, juste derrière le tireur. Interrogée par les enquêteurs sur le positionnement exact des agents, elle est catégorique. « Pour moi, le policier qui a ouvert le feu se trouvait côté conducteur du véhicule. » Elle répète qu’il était « sur l’aile » du véhicule et « pas devant ».

"Alors que les policiers décrivent tous un démarrage en trombe, certains des témoins les contredisent. C’est notamment le cas d’un homme qui fumait une cigarette à la sortie d’un bar, à quelques mètres du contrôle. Lorsque la voiture a démarré, il n’a pas noté de précipitation particulière, dit-il, précisant qu’il n’a « pas entendu d’accélération ou de vrombissement de moteur »."

"À ce stade, l’exploitation de six caméras de vidéosurveillance installées sur la voie publique, « susceptibles d’avoir filmé les faits » mais tournantes, n’a apporté aucun élément utile.

Malgré la « généralisation » des caméras-piétons promise par le président de la République à l’été 2020, aucun des cinq membres de la patrouille n’en était équipé. « Le service en est doté mais elles sont en fin de vie et ne sont plus fonctionnelles », explique ainsi Quentin L. à l’IGPN, ce que confirment ses collègues : plus personne n’utilise ces vieux modèles. Seul Franck R. portait « une caméra personnelle », qui n’était toutefois « pas branchée au moment des faits ». Il l’arborait, sans l’activer, pour son « effet dissuasif ». "
@blackbird: tu peux ajouter le filtre lunettes stp?
Mouais je trouve sa toujours super intéressant leur histoire d'articles semi publique en mode on tiens l'information en hostage mais c'est important que vous sachiez qu'elle existe. Et on va se plaindre que les gens s'arrete au gros titres xD
@Gahnos: le principale message est passé: la polisse c dé fdp
@Pouki: Mouais sauf qu'il suffit d'un autre article "la police a sauver trois orphelin" et comme l'explication est derriere un pay wall :S
@Gahnos: Il faut de tout pour faire un monde :

Les connards qui s’arrêtent au titre
Les connards qui mettent des smiley sur Choualbox
Je serais curieux de voir la formation qu'il y a derriere surtout... 24 ans, avec un fusil d'assault en plein milieu de la ville..... etrangement ça en parle pas.
Divico
op
@Pseudobligatoir: Si si l'article en parle! 2 jours de formation.

"Destiné à « riposter efficacement contre un ou plusieurs individus lourdement armés, déterminés et souvent porteurs de gilets pare-balles », selon une note de la préfecture de police, le fusil d’assaut HK G36, une arme de guerre, nécessite de suivre une formation de seulement deux jours. "
@Divico: Sans commentaire sans deconner....
@Divico: On m'avait toujours dit que pour les armes comme ça ils n'avaient jamais les chargeurs dessus, même quand on disait qu'elles y étaient en fait elle n'y étaient pas. Je continu mon éternel chute dans la désillusion
@Pseudobligatoir: non mais attend y'a une formation des cours de tir sur leur formation à l'école c'est pas une arme acheter au super marché sans formation..
Le problème n'est pas tant la formation mais le suivi continue et la remise à niveau. Les séances de tir. 3 toute par an et et une "mise 1 jour" tous les 2 ans pour cette arme quand l'habilitation n'est pas perdu.
@Oldfagkfh: C'est ce que je sous-entend par "formation". Pour tirer du 5,56 en zone urbaine faut autre chose que une formation de tir a l'ecole et 2 chargeur par an.
Divico
op
Et la lecture de l'article fait peur
@Divico: Evite de forcer un barrage de police comme ça 0 risque de te prendre un headshoot tu peux dormir sur tes deux oreilles
@Divico: on veut bien le contenu
@Pouki: c'est l'option des fragiles ça, alors que Divico c'est un ouf tu vois.
Divico
op
@rabinou: J'ai mis des passages en commentaire
@Pouki: Certains témoins affirment qu'il a tiré avant que la voiture démarre du coup ça devient plus compliqué, le mieux c'est de pas du tout croiser la police là t'es tranquille.
@Skellington: oui, et pour la police le mieux c’est de pas rencontrer des truands, comme ça, pas besoin de sortir son arme ou d’analyser en une fraction de seconde si tu es en légitime défense ou pas.
@Bastek: Bas ouai il est dur ce métier, mais pourquoi tu peux valider ta formation avec 7/20 de moyenne alors ? Et pourquoi quand tu fais une bavure on t'envoie à la Réunion et tu peux faire attendre l'enquête en disant que tu es trop fatigué ?
Genre y'a pas de caméra dans le coin, ou alors les images ont encore miraculeusement été effacées c'est ça ?
Divico
op
@KsiiKsii: Apparement, elle montre rien
@KsiiKsii: La plupart des caméras du PVPP (Plan de Vidéo-Protection de la ville de Paris) tournent à 360° mais restent fixe sur 180° durant 15 sec (tour complet en 1 min mais 4 points de vue différents) en automatique. La passage en manuel de la caméra est possible mais généralement c'est après l'action que ça se fait.

Pour les utiliser côté pompiers c'est assez rare de pouvoir "voir" un évènement en rembobinant les caméras, il faut tomber sur le bon angle (1 chance sur 4), ne pas avoir d'obstacle type arbre, véhicule, panneau,etc. et que la caméra soit assez proche.
@HassanCehef: par contre pour mettre du PV y'a no problème !
@KsiiKsii: Une caméra t'es pas fou ? Comment ils font pour bosser après ..
@Amumu: comme d'hab ils font semblant
N'empêche que c'est super dur de tirer dans le dos, surtout quand l'arme est lourde.
Chargement...
Chargement...
Chargement...