Chargement...
En hiver, où sont... les chenilles/papillons ? #2

Les chenilles sont des larves faisant partie d’un stade d’évolution des papillons (aussi appelés lépidoptères). On dénombre, dans le monde entre 120 000 et 150 000 espèces de papillons, dont 5 000 espèces en France, qui suivent les mêmes stades de vie.

On dénombre 4 stades d'évolution. D’abord l’œuf, le fruit de la rencontre entre un papillon mâle et femelle. Cette dernière attache ses œufs (jusqu'à 1000) sur des feuilles, tiges ou branches à proximité d’une source de nourriture. Ces œufs éclosent au bout d’environ cinq jours (l’œuf change de couleur en fonction de son terme d’éclosion, un très grand nombre d’entre eux n’éclosent jamais). Lorsque la chenille sort, à l’aide de ses mandibules, elle commence par manger l’œuf puis elle se nourrit de la plante sur laquelle elle se trouve. Au fil du temps, elle subit plusieurs mues successives changeant ainsi de couleurs et devenant de plus en plus grosse. Au bout de cinq à sept semaines, la chenille peut atteindre 5 à 6 cm et c’est à partir de ce moment qu’elle cherche un endroit pour continuer son évolution. Une fois le lieu idéal trouvé, elle tisse autour d’elle un cocon de soie en prenant soin de coller ses valves anales afin de rester fixée. La chenille devient alors une nymphe (ou chrysalide) au bout de 36 à 48h (elle se tortille dans son cocon afin de fendre sa peau). Au bout de 12 à 16 jours, le papillon est prêt à sortir de la chrysalide. Il va alors évacuer les déchets accumulés dans son abdomen et patienter, suspendu, afin que le sang alimente ses ailes, sous l’effet de la gravité.
Il existe certaines différences selon les espèces. Toutes les chenilles, par exemple, ne tissent pas de cocon complet. Certaines se contentent de simplement se fixer avec un fil de soie et d’autres s’enterrent dans l’humus. Bien que la plupart se nourrissent de végétaux, certaines peuvent manger d’autres insectes, du bois ou encore… d’autres chenilles ! Quant à leurs mécanismes de défense, ils sont variés. En effet, les couleurs vivent sur leur peau peuvent donner l’impression au prédateur que l’insecte est venimeux ou les motifs peuvent faire illusion (en imitant des yeux ou en se fondant dans le décor par exemple). D’autres encore possèdent des poils urticants pouvant être très dangereux pour les sujets sensibles. C’est le cas notamment de la Chenille du Bombyx disparate et de la chenille de la Processionnaire du Pin (que l’on peut rencontrer en France). La chenille du bombyx du hêtre (aussi nommée chenille "de l’écureuil") a la capacité, pour effrayer ses ennemis, de relever une partie de son corps et d'agiter ses "pattes", donnant l'impression d'être une écrevisse. Et, enfin, certaines dégagent une odeur désagréable en cas de danger.

Un papillon peut vivre de quelques jours à plusieurs semaines, si bien que certains ne prennent même pas la peine de se nourrir. Étant des insectes à sang froid, le papillon passe le plus clair de son temps au soleil puisqu’à basse température il leur est impossible de voler dû à la rigidité des ailes. Leur régime alimentaire se compose de protéines contenues dans le nectar des fleurs et de sucre contenu dans la sève de certains arbres. Les mâles peuvent, en plus, se nourrir de sels qu’ils trouvent dans les flaques asséchées et les excréments d’animaux qui leurs permettront de sécréter les phéromones utiles à la reproduction (au printemps).

Mais où sont les papillons l’hiver ?
Comme vous vous en doutez, ces insectes fragiles ne survivraient pas durant la saison froide (ils seraient incapables de voler !). C’est pourquoi ils trouvent refuge dans les murs, les greniers et toutes autres cavités les protégeant du froid. De plus, leur corps contient du glycérol (ou glycérine, composé chimique) ce qui leur évite de geler.

Superstitions /Croyances :
- Une femme « menstruée » fait mourir les chenilles.
- En Angleterre, jeter une chenille par dessus son épaule gauche porte bonheur.
- Écraser involontairement une chenille annonce une averse prochaine.
En hiver, où sont... les chenilles/papillons ? #2
Connectez-vous ou ouvrez un compte pour poster un commentaire.
Je me rappelle être monté dans le grenier chez mes parents une fois en hiver et le mur sud était rempli de Vulcain, magnifique ! (de quoi faire prendre une crise cardiaque à Meleagan)
@Bebecadum: Et cette saison à été très bizarre, j'ai vu des Vulcains actifs en plein mois de janvier... On a quasimment pas eu d'hiver.
je sais pas pourquoi , mais je trouve que c'est horrible une chenille
@Klhunt: Sacré différence avec le papillon. Remarque, un papillon vu de prés, les ailes mises à part, c'est pas super sexy non plus.
Moi je vois plus autant de papillon que quand j'était petit, alors ils sont où les papillons ?! :'(
@Thornoyo: Là où tu n'es pas ;p
De tous les insectes voici celui que je déteste le plus. Ce fils de pute qui ne sait pas voler.
Chargement...
Chargement...