Chargement...
Menu Groupes

Cash chantait

Le seul prénom ci-dessous sera d'emprunt

Ça s'est passé vendredi, je travaillais sur mon projet en cours quand je reçois un appel de ma mère.
J'ai une très mauvaise nouvelle, qu'elle me dit. Marc, il s'est suicidé, qu'elle me dit.
Marc, c'est mon beau père. Du moins c'était. Depuis très peu de temps.
Ma mère avait encore rompu avec lui. Et cette fois, elle ne l'avait pas laissé revenir.

Ça faisait environ sept ans que je le connaissais, quatre ans que je suis parti vivre dans mon coin.
On était tous les deux des taciturnes, donc on s'entendait bien, on parlait peu.
On fumait des clopes ensemble sur la terrasse. On parlait peu.
C'était un solide gars. Plus de 20 ans dans la sidérurgie, fan de Motorhead et de Harley. De ça, on parlait un peu

Il m'avait offert sa visseuse pour mes études et mon futur métier.
Comme un paon, que je me pavanais avec sur les projets d'école.
Comme un paon, j'étais le seul de mes camarades a en avoir.
Je venais tout juste de m'en servir pendant une semaine.

Et je reçois cet appel.

Peu de temps avant leur rupture, ma mère et lui écoutait Johnny Cash ensemble.
I see a darkness, Cash chantait.
I see a darkness, ils écoutaient.
S'il m'arrive quelque chose, je veux que ce soit cette chanson qu'on écoute à la cérémonie, il disait.

But did you ever, ever notice, the kind of thoughts I got?
Did you know how much I love you?
Is a hope that somehow you,
Can save me from this darkness.

Cash chantait.

Cette chanson était son dernier appel à l'aide.
Tous les indices y étaient.
Tout y était. Il savait ce qui l'attendait.
Tout y était. Et il avait tout préparé.

Il a laissé une lettre à ma mère.
Il ne voulait plus la blesser.
Et pour la préserver.
Il devait s'éloigner.

Le plus loin possible.

Dans sa lettre, il a quelques mots pour mes frères, ma sœur et moi.
Des mots tendres et fiers.
Des mots tendres et fiers,
J'essaie aussi d'en faire.

C'est pas le plus beau des textes. Je suis pas poète, je suis pas écrivain. Je suis un prolo, élevé par des prolos. Mais comme lui, comme sa lettre, et comme ces mots qu'il a eu pour nous, j'en suis fier.
Bons Plans
Connectez-vous ou ouvrez un compte pour poster un commentaire.
Putain enculé, tu as réussi à me faire feel avec ton histoire.

Il tenait beaucoup à vous visiblement et vous appréciait énormément.
Désolé pour toi et courage ! Life goes on.
Sacrés frissons, c'est beau ce que t'a écris mec, soit fort.
Bon courage gros.
Bon courage vieux... Il t'appréciait beaucoup en tout cas ! Aide bien ta mère comme tu peux
Courage vieux. RIP
Hé beh, si tout les mecs qui "sont pas poètes" écrivaient comme toi...
Vous arrêtez de nous faire feel ? C'est beaucoup trop la tristesse CB en c'moment !
Courage à vous...
Du courage à toi et a tà mère
"C'est pas le plus beau des textes. Je suis pas poète, je suis pas écrivain. Je suis un prolo, élevé par des prolos. Mais comme lui, comme sa lettre, et comme ces mots qu'il a eu pour nous, j'en suis fier."

Putain le frisson
Autres
Chargement...
Chargement...
Chargement...
J'accepteCe site utilise des cookies pour vous assurer d'obtenir la meilleure expérience sur notre site. En savoir plus