Chargement...
Allez viens, on est bien !
Inscription / Connexion :
Google
Nouveaux Populaires Likes Favoris
plus
Tous les groupes Créer un groupe
Conditions générales d'utilisation Cookies



On a appelé les premiers tanks "réservoirs (d'eau)" car il fallait bien cacher leur invention à l'ennemi.

C'est en septembre 1916 que leur premier emploi en bataille a lieu alors que les troupes sont enlisées dans les tranchées de la Somme.

28 tonnes de métal et 10 mètres de long pour enfoncer les lignes ennemies. La doctrine d'emploi est claire, suivre et appuyer les fantassins, il n'est même pas encore question de prendre les balles pour économiser les vies humaines.

Les monstres inquiétants glissent sur le no man's land, champ de morts au sens propre, et labouré d'obus. Presque aussi lentement qu'à tâtons dans l'obscurité. Ils semblent pour les premiers rangs allemands de Flers-Courcelette une vision surnaturelle. Le sang se fige dans les veines de l'ennemi. L'ahurissement des troupes anglaises à la vue de la nouvelle arme secrète avait été tout aussi complet.

Cette première offensive blindée de l'histoire est un cuisant échec : dans le chaos de la mélée, les tanks se sont retournés contre leurs propres lignes et ont tiré sur les anglais ! On les voit, désorientés par le champ de vision réduit des périscopes et du vacarme, prendre des obus, vaincus dans un enfer, une mer de cratères.

Sur les 49 tanks employés ce jour-là, seuls 32 prennent part. Neufs sont détruits par l'ennemi, cinq se sont embourbés.

Ce n'est qu'à Cambrai en novembre 17 que l'emploi massif du tank apportera la preuve de son efficacité.

Illustration : en 1920, en Angleterre un Mark IV sert de manège à Southend-on-Sea.
On a appelé les premiers tanks "réservoirs (d'eau)" car il f...
Connectez-vous ou ouvrez un compte pour poster un commentaire.
Ton texte est super bien rédigé. Bien agréable à lire.


A Voir
Chargement...
Chargement...
Chargement...