Chargement...
Allez viens, on est bien !
Inscription / Connexion :
Google
Nouveaux Populaires Likes Favoris
plus
Tous les groupes Créer un groupe
Conditions générales d'utilisation Cookies



Philosophie - La démonstration, l'interprétation [1/2]

Salut les chouals ! Me revoilà pour une box philosophie !

Aujourd’hui (ce soir ?) nous allons voir la démonstration, l’interprétation.
La musique utilisée est Good Vibrations des Beach Boys : https://www.youtube.com/watch?v=Eab_beh07HU

Eh bien, qu’attendons-nous bon sang !
Certaines expériences personnelles peuvent aboutir à ce genre de réactions : « Plus jamais je ne toucherais à ce truc ! ». Mais alors, si je n’avais pas essayé, comment l’aurais-je su ? Le vécu est-il la seule possibilité du de l’aboutissement d’une opinion ? Bien heureusement pas, le monde que nous connaissons ne serait pas le même (du tout).
Le témoignage d’autrui, l’histoire, les livres, sont des bases édifiantes de notre opinion.
Mais cette connaissance là (qui n’est pas du vécu) n’est que purement théorique, n’est-ce pas ?
Oui, c’est du théorique, mais expliqué généralement, et donc applicable à tous les cas, donc au mien aussi, en particulier même.
Mais… chacun vit ses expériences de façon unique, personnelle, non ?
Oui mais les statistiques parlent d’elles-mêmes, tel pourcentage d’individu ayant pris une drogue a subit des effets secondaires néfastes.

Bon sang de bois j’suis un vrai schizophrène, à quel principe dois-je me soumettre ? La vie personnelle ou les lois générales ? L’expérience ou la théorie ?
Sur quoi puis-nous me baser ? Prenons un exemple concret (justement, ou pas, nous allons voir ça), la science. Quelles sont les preuves des théories scientifiques, sont-elles concrètes, observées, sont-elles des faits quantifiés, ou plutôt le résultat d’une logique hypothético-déductive (comme en mathématiques) ?
Dit plus simplement (merci Thepeasant !) : Démontrer, est-ce expliquer des faits matériels, ou conclure logiquement un raisonnement abstrait ?
Notre connaissance du réel est-elle premièrement basée sur une expérience, ou une théorie ?
Quel élément m'influence le premier ?

Les philosophes rationalistes optent pour la théorie. Et les philosophes empiristes eux optent pour l’expérience.

Le rationalisme est basé sur l’idée que toute connaissance vient en premier lieu de la raison, tout s’explique par une idée première. Bien sûr, cela n’écarte pas l’idée des sensations, et de la matérialité des choses. Qu’est-ce qu’une idée première ?
Descartes énonce la théorie des idées innées. En fait, il existe trois types d’idées :
- Celles qui semblent naître avec nous
- Celles qui sont extérieures à nous, qui viennent de dehors
- Celles que nous concevons et imaginons nous-même
Ma faculté de concevoir quelque chose de général ne peut venir que de mon esprit, puisque dans le monde extérieur, je ne vois rien de général, tout est particulier. Le sable chaud sous mes pieds, le bruit du vent, etc… Ces idées-là sont celles qui me mettent en lien avec le monde réel.

L’empirisme est simplement tout l’inverse : toute connaissance est basée en premier lieu sur les sens. Le mot empirique vient du grec empeiria, expérience, et définit toute connaissance qui part de la perception sensible du monde extérieur. Evidemment, la preuve de l’empirisme est basée sur une théorie, le comble me direz-vous, mais c’est uniquement le moyen de l’exprimer qui est théorique, pour le comprendre, il vous faudra le sentir. Les enquêtes de polices sont basées sur l’empirisme, à 100%, la quête d’indice ne relève que de nos sens, en aucun cas d’un livre.

Nous sommes un peu bloqués, chaque vision de la connaissance (rationalisme, empirisme) tient la route.
David Hume résout le problème en « mélangeant » ces deux théories :
L’empirisme s’opère par induction, opération mentale par laquelle on tire une conclusion de propositions reconnues comme vraies, cheminement qui va de l’observation d’un cas singulier à l’énonciation de sa loi universelle.
Un exemple : vous marchez sur une plage, vous voyez une trace de pas dans le sable. Vous en déduisez donc qu’un homme est passé par là récemment.
Or, à ce moment-là, vous ne voyez aucun homme, votre expérience ne vous aide guère. Mais si vous n’aviez pas connu d’hommes auparavant (fruit de votre expérience), vous n'auriez jamais pu aboutir à une telle déduction. L’idée de cet homme fut basé sur votre expérience, mais cette idée est purement rationnelle, théorique.

Plus simplement dit : il faut d’abord une expérience pour qu’il y ait une idée.
Cet arrangement entre le rationalisme et l’empirisme tient en trois concepts : ressemblance (le pas de l’homme ressemble à un pas d’homme, mais n’est pas forcément exactement celui que j’ai dans mes souvenirs, mon vécu), la contiguïté dans le temps ou l’espace, et la causalité (je sais très bien que la nuit engendre le jour, et que mon pied dans un ballon de foot va le faire décoller). Et toutes ces causes à effets ne sont découvertes que par le biais de l’expérience.

Cependant, Hume est plus orienté vers l’empirisme. Selon lui, les rationalistes sont trop attachés aux règles de l’entendement, de la théorie, ils sont trop ennuyeux, et ne "vivent" pas assez.
« La philosophie ne doit pas vous empêcher d’être un homme », soyez sociable, soyez empiristes !

Prouver n’est pas éprouver !

La deuxième partie sur ce sujet est en attente. Bonne nuit les chouals !
Philosophie - La démonstration, l'interprétation [1/2]
Chargement...
Chargement...
Chargement...