Chargement...
Allez viens, on est bien !
Inscription / Connexion :
Google
Nouveaux Populaires Likes Favoris
plus
Tous les groupes Créer un groupe
Conditions générales d'utilisation Cookies



Dinosaure du dimanche: Deinocheirus mirificus

Nom: Deinocheirus mirificus (Mains terribles mirifiques)
Phylogénie: Dinosauria -> Saurischia -> Theropoda -> Maniraptoriforma -> Ornithomimosauria -> Deinocheiridae
Epoque: Campanien/Maastrichtien (Crétacé supérieur)

Découvert en le 9 Juillet 1965 par Zofia Kielan-Jaworowska, dans la formation Altan Ula III, dans le bassin de Nemegt, dans le désert de Gobi, en Mongolie. Il est décrit en 1970 par Halszka Osmólska et Ewa Roniewicz.

Ce singulier théropod est longtemps resté une énigme pour la paléontologie. En effet, le spécimen type, MPC-D 100/18 n'était qu'une paire de bras, absolument gigantesques (environ 2,4 mètres de long) accompagnée d'énormes griffes de 20 centimètres, détachés du reste (1). On imagine la surprise des paléontologues polonaises et mongols face à cette découverte.
L'animal fut immédiatement classé comme un théropode prédateur: il était évident qu'un animal avec de tel griffe ne pouvait les utiliser que pour chasser ! (2)

Mais au début des années 2012, de nouveaux spécimens sont découverts, et là, le mythe du Deinocheirus prédateur s'effrondre:
Cet animal improbable, croisement entre un canard, un pangolin et un dromadaire, était un énorme herbivore, proche des Ornithomimidae comme Gallimimus ou Ornithomimus, d'environ 11 mètres de long (soit presque la taille d'un Tyrannosaurus ou d'un Giganotosaurus !) et d'environ six tonnes, pour une hauteur de 3 à 4 mètres à la hanche (3)

C'était un animal lent, qui utilisait sa taille et ses griffes redoutables contre le prédateur principal de la région: Tarbosaurus bataar, un proche cousin du Tyrannosaurus, plus légèrement bâti. On sait que ces deux animaux se sont combattus car on a retrouvé des traces de dents de Tarbosaurus sur des osssements de Deinocheirus (4). On se pose encore la question de l'utilité de sa bosse dorsale, sans doute un moyen de conserver de la graisse ou de parader lors de la saison des amours.
Grâce à ses proches cousins et à certains de ces os, nous savons aussi que Deinocheirus était emplumé.

On soupçonne Deinocheirus de s'être spécialisé dans la vie marécageuse, à cause de la forme de ses pieds et de son bec (5). D'autre théories, comme celle du paléontologue soviétique Anatoly Konstantinovich Rozhdestvensky ont imaginés un Deinocheirus paresseux, qui grimpait aux arbres, ou encore un fourmilier, qui éventrait les fourmilières. Enfin en 2017, il a été suggéré que ses griffes, outre l'aspect défensif évident, servait de rateau aquatique pour récupérer des algues.
On sait également que la région qu'il habitait, le bassin de Nemegt était une région fertile et pleine de vie, où Deinocheirus a pu rencontrer des animaux au nom charmant (6) comme Tarchia kielanae, un Ankylosaure moyen, Opisthocoelicaudia skarzynskii, un sauropode, ou encore le petit Tyrannosaure Alioramus remotus (7).
Dinosaure du dimanche: Deinocheirus mirificus
Connectez-vous ou ouvrez un compte pour poster un commentaire.
L'image 2 qui vend du rêve...cette douche froide pour les découvreur.
Mais tellement démonstratif de la paleonthologie de ce dernier siècle et d'avant ou on ne se fiait qu'à ce qu'on trouvait pour imaginer "les monstres"
J'ai lu "Deinonychus", je suis déçu..
Belle box au passage, je suis toujours amusé de voir que les paléontologues imaginaient toujours les dinos comme d'effrayants reptiles pour qu'au final, ce soit juste de gros canard-dromadaires à plumes.


Téléchargez l'application
Chargement...
Chargement...
Chargement...