Chargement...
Allez viens, on est bien !
Inscription / Connexion :
Google
Nouveaux Populaires Likes Favoris
plus
Tous les groupes Créer un groupe
Conditions générales d'utilisation Cookies



La pornographie modifierait le cerveau

La science commence à peine à révéler les répercussions neurologiques de la consommation de pornographie. Mais il est clair déjà que ses effets sont catastrophiques pour la santé mentale et la vie sexuelle de son large public. Avec de graves conséquences comme la dépression ou la dysfonction érectile, la pornographie semble transformer notre câblage neuronal.

via "Santé Mentale, le mensuel des équipes soignantes en psychiatrie"

edit : deux autres articles pour compléter :

https://www.lepoint.fr/societe/la-pornographie-sur-internet-modifie-le-cerveau-des-jeunes-06-10-2017-2162682_23.php

https://www.maxisciences.com/internet/les-effets-devastateurs-du-porno-sur-votre-cerveau_art44156.html
Connectez-vous ou ouvrez un compte pour poster un commentaire.
Les titres aux conditionnel, ce gage de qualité...
Cet article est une énorme thèse au conditionnel sans réel fondements. Les piliers de leur réflexion sont basés sur des suppositions personnelles. On leur concèdera cependant les études sur les troubles érectiles des hommes, même si je pense personnellement qu'il est beaucoup trop facile d'intégrer la pornographie comme unique problème de notre génération (société en chute libre, écarts de richesse toujours plus importants, "bullshit jobs" comme ils disent etc...). Et si, d'après eux, la pornographie a toujours existé (payer pour mater existe depuis très longtemps), pourquoi est-ce un problème maintenant et pas avant ?

Sauf que dans ce mélange incongru de certitudes et suppositions, on se perd trop facilement à jongler entre les deux pour construire une réflexion fiable, censée et solide. Et c'est fort dommage car il y a beaucoup de points traités sur lesquels je suis personnellement d'accord, et qui mériteraient selon moi un approfondissement.
@gunchman: Tu peux enlever les guillemets par contre, c'est du conditionnel ni plus ni moins. Ensuite ton article ne traite ABSOLUMENT pas le même public. Dans celui de ta box, on traite les problèmes érectiles, par exemple, des actifs à partir de 18 ans, donc des (jeunes) adultes. Ici, on parle d'adolescents, donc de personnes de moins de 18 ans.
De plus le Point n'apporte pas ici des preuves scientifiques. Ce n'est qu'une tribune féministe qui condamne le travail d'actrice et d'acteur X, les consommateurs (uniquement les hommes hein, car nous sommes de gros pervers dégueulasse, tandis les femmes jouissent des arcs-en-ciel) et qui fait la moral à qui veut bien les lire que le porno c'est le mal et qu'il faut protéger nos enfants. Je rajouterai que je trouve le parallèle avec les pratiques de l'Antiquité particulièrement savoureux, c'est un très bel exemple de malhonnêteté intellectuelle.

En somme : Une belle bouse.

PS : Je ne dis pas qu'il faut laisser nos enfants regarder tous le porno qu'ils veulent. Au contraire les en protéger pendant leur adolescence est un devoir. Mais qu'on recadre les choses deux minutes : La perversité n'a pas attendu Internet pour se déclarer chez les hommes ET les femmes. Ce n'est pas parce-que du haut de son fauteuil en cuir on ne voit pas les choses qu'elles ne se passent pas.
@ChilliconCarn: Mais bien sûr que c’est au conditionnel : c'est un article de recherche. Il y a des hypothèses étayées par des études. Les sources sont suffisamment sérieuses pour êtres ne serai-ce qu'écoutées. Quand on parle du glyphosate on dit qu'il augmenterait le risque de cancer. Par ce qu'en santé rien n'est jamais sûr. est ce que c’est pour ça que tu vas t'en nourrir abondement ? par ce que c'est écrit au conditionnel ? Il est quand même intéressant d'être mis au courant de ce genre de recherches non ?
Les articles traitent du sujet en général des modifications cérébrales induites par la consommation de phonographie et des conséquences sur la vie sexuelle, on peut les lire en complémentarité les uns des autres.
@gunchman: Alors un article de recherche peut tout aussi bien affirmer quelque chose tout en y mettant des guillemets bien évidemment comme tout scientifique qui se respecte, car rien n'est jamais sûr à 100% (terre plate toussa toussa).
SAUF que les seules parties solides sont les sources qui sont utilisées pour appuyer une hypothèse qui va extrapoler le sujet de cette source la plupart du temps. Et encore une fois je ne remet pas en cause la véracité des propos tenus dans les sources, mais l'article. Ça relève plutôt d'une piste de réflexion autour de la pornographie qu'un réel article scientifique.
Encore une fois, au même titre que la métaphore sur l'Antiquité, ta métaphore est complètement hors sujet. On SAIT que le glyphosate n'a rien de bon pour la santé, et qu'il est responsable de la mort ou de la dégradation de la santé de milliers de personnes. Un bon porno de temps en temps seul ou avec ta copine ou ton mec pour changer de la routine c'est plutôt cool. Pas un verre de glyphosate une fois par mois.
Le saucisson modifierait le cerveau !

Je n'ai rien pour le prouver, mais après tout, pourquoi pas ?
@madeti: bah si elle se le fout dans la chatte et que tu regardes, quelque part c’est du porno, et comme le porno modifierait le cerveau et le sens de rotation de la terre, ça me parait logique, le boucle est bouclée, finit le saucisson au ptit dej’ !
Pornhub n'est pas d'accord


A Voir
Chargement...
Chargement...
Chargement...