Chargement...
Menu Groupes

La société enseigne aux femmes à avoir plus d'aversion au risque que les hommes

L'article scientifique en question :

https://www.pnas.org/content/early/2019/03/12/1808336116

"Studies show that women are more risk averse than men. We explore sources and malleability of such differences in a setting where children of two culturally distinct populations, the matrilineal Mosuo and the traditionally patriarchal Han, come together to attend school. Using survey and field experiments, we elicit individual risk attitudes from elementary and middle school students from the two populations. When they first enter school, Mosuo girls take more risks than Mosuo boys, while Han girls are more risk averse than Han boys, reflecting cultural differences. However, after spending time in the majority-Han environment, Mosuo children adopt the risk preferences of the majority. This shows that risk preferences are shaped by culture and malleable in response to new environments."

"Des études montrent que les femmes ont plus d'aversion au risque que les hommes. Nous explorons les sources et la malléabilité de telles différence dans une configuration dans laquelle des enfants de cultures différentes, la culture matrilinéaire Mosuo et la culture patriarcale Han, vont à l'école ensemble. Sur la base d'une enquête et d'expériences de terrain, nous obtenons les attitudes face au risque du primaire au collège des deux populations. Lorsqu'elles arrivent à l'école, les filles Mosuo prennent plus de risques que les garçons Mosuo tandis que les filles Han prennent moins de risques que les garçons Han, reflétant leur différences culturelles respectives. Cependant, après avoir passé du temps dans un environnement à majorité Han, les enfants Mosuo adoptent les préférences au risque de la majorité. Cela montre que les préférences face au risque sont modelées par la culture et sont maléables en réponse à de nouveaux environnements."
Bons Plans
Connectez-vous ou ouvrez un compte pour poster un commentaire.
Mais n'importe quoi, si les femmes ont peur aujourd'hui c'est à cause de la préhistoire c'est bien connu. Comme les femmes étaient frêles et sans défense, seules celles qui prenaient le moins de risque (càd en restant au feu de camps d'où la propension de beaucoup à aimer la cuisine) survivaient. Comme la plupart du temps les hommes qui étaient très forts pouvaient pas les protéger (eh oui, ils chassaient le mammouth), celles qui ont pu transmettre leurs gènes sont celles qui restaient dans les grottes par exemple. ALLO c'est de la génétique de base quand même, méga logique quoi. Darwin lol. Et puis de toute façon la sociologie c'est pour servir les propos faussement progressistes de la gauche. En plus c'est même pas une vraie science. On dit bien que c'est une science molle. Comme ta bite lol.

Edit : j'ai oublié de dire que ce genre d'études était commandé suite à la pression du lobby féministe, bien sûr.
@Cyanhydrine: Et c'est aussi nier le fait que les femmes portent des enfants et que ce fait (naturel et définitif jusqu'à aujourd'hui) conditionne déjà à lui seul, la société.
Ils n'ont pas fait preuve de beaucoup d'auto-critique en sortant cette "étude", cette étude ne s'est surement pas faite autour d'une question, mais d'une réponse ou d'un fait établi, qu'on a cherché à prouver.
@Cyanhydrine: wesh retourne dans ta grotte griller mon steak de mammouth
@Solario: Ya certains mot de son texte que je redécouvre en effet, comme "d'où la propension de beaucoup à aimer la cuisine" hum hum...
Je reste quand même persuadé qu'il y a une part de vrai dans ce que j'avance (sans oser dire que c'est LA réponse),.
@PunkyZlip: En même temps, c'est pas aux auteurs de démonter leur propre étude. Ils doivent pointer les limites et mettre au conditionnel les interprétations mais les chercheurs ne sont jamais innocents quant aux résultats attendus de leur recherche. Comme d'hab', le temps (et les réplications) dira si oui ou non ça tient la route.
@Lutz: J'ai surtout l'impression qu'ils ont démontré que la prise de risque était ce qui permettait d'être la classe dominante en fait... et c'est pas comme si c'était pas vrai pour tout le reste, mais bon, si ce genre d'étude fait plaisir à certains ou certaines, tant mieux, je suis très content pour eux qu'ils soient heureux, parce que c'est vraiment trop cool d'être heureux dans la vie.
@PunkyZlip: J'ai l'impression qu'il n'y a que les militants qui veulent supprimer l'aspect biologique dans le facteur de la compréhension hommes-femmes cf https://choualbox.com/HxoV0 alors que la biologie donc le sexe influence forcément le genre ( et pas l'inverse ). A quel degré ? C'est la toute question.
@Aspi: Vu que la question n'a pas le droit d'être posée... on ne risque pas d'avoir la réponse hein, car aujourd'hui faire ce genre de recherche en reviendrait presque à se suicider socialement.
C'est vraiment dommage, le féministe était une bonne chose et l'on commence tout doucement à tomber dans une oppression intellectuelle, comme souvent quand nous n'avons pas les réponses de suite, c'est les mêmes ficelles que les religions en sommes, la réponse et les promesses font plaisirs, les derniers seront les premiers.
@PunkyZlip: Il y a des études sur les facteurs biologiques hein sur l'influence du QI, des hormones, la testosterone, etc. La seule raisons qui nous pousse pas nous à informer sur le sujet c'est qu'on est très "formatés" par l'aspect sociale des choses. Pour ma part, j'ai dû tomber sur un discord de fachô et discuter avec un racialiste ( à ne pas confondre avec un raciste ), pour comprendre que c'était vraiment du 50/50.
@Solario: Sauf qu'elle le pense.
@Cyanhydrine: Et si elles ont des petits pieds c'est pour être plus près de l'évier quand elles font la vaisselle.
Ca c'est interessant. Juste que leur methode de "mesure" au risque ne se fasse que sur la base de la "lotterie", j'aurai aimé avoir 2/3 autres experiences.
@BABARR: Tu as une autre méthode en tête qui aurait pu apporter quelque chose en particulier ? Ou c'est juste dans l'idée de diversifier les méthodes sans vraiment savoir ce qui va différer et voir ce que ça donne (ce qu ise défend) ?
@lapinbilly: Non rien en tete de particulier. Et oui c'est tout a fait ça.
Le systeme de "loterie" revient quasiment toujours dans les etudes sur la prise de risque. J'aurais aimé un truc ayant rapport a la prise de risque "physique" avec du sport par exemple.
@BABARR: J'ai souvenir d'une étude vue en cours qui pourrait aller un peu dans le sens de l'aversion au risque comme étant culturel
Elle se basait sur le port de la ceinture, ils ont montrés que les femmes en présence d'autres personnes avaient tendance à la mettre plus souvent (parce qu'il y a une norme qui les pousse à être sécuritaire)
Pour les hommes c'était l'inverse avec un port moins fréquent en présence d'autres personnes (pcq c'est des bonhommes)
Je peux retrouver l'étude si ça intéresse quelqu'un btw
@Resistance: Tiens oui ça c'est rigolo
J'ai rien compris
@Nigelix: C'est pasque t'as une bite lol
Si tu arrives à accéder à cette étude https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1574072207001138 je suis preneur.
@Aspi: J'ai vérifié et mon institution ne m'y donne pas accès...
@lapinbilly:
@Aspi :
Sci-Hub ! sci-hub .tw (pas les points pour poster le lien direct)

EDIT : Sci-Hub donne l'accès qu'à la première page pour cet article.
Autre méthode du coup : Rechercher l'article sur Scholar -> Cliquer sur "Les 14 versions" ("Voir tous les résultats" si y'a pas l'option) -> Choisir une version PDF
@Lutz: Merci pour la technique.

L'article disponible gratuitement ici https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=1883693
Autres
Chargement...
Chargement...
Chargement...
J'accepteCe site utilise des cookies pour vous assurer d'obtenir la meilleure expérience sur notre site. En savoir plus