Chargement...
Menu Groupes
Fun
Musique
Actualités
Bounce
Rap/Hip Hop
Cool Story
Art
Dank Memes
interessant
Jeux vidéo
Questions
Sexy
BacktothePast
Cinéma
COUB
Metal
Porn
Séries
Science
faitsdivers
Documentaire
Nature
Courts métrages
Anniverchoual
Nostalgie
PlaisirDesYeux
Anus
Sports
LaHaine
Bourré
Mangas
Exhib
Rousse
Malaise
Calembours
secretstory
Culte
Dépression
Youtube de Merde
Meme
FreaksChouals
Informatique
Chats
Bons plans
Feels
Super Smash Bros
Pinturillo
Écologie
PokemonGo
daccord

Lord Timothy Dexter : l’homme d’affaires le plus stupide et chanceux de l’Histoire

Vous vous êtes déjà demandé si, un jour sur cette Terre, un type avait été simultanément très con, très riche et très chanceux ? Non, probablement pas. Bah balek, voici quand même son histoire.

---------------------------------------------------------------------------

Timothy Dexter vient au monde en 1747 à Malden, au Massachusetts. Manque de pot, ses parents sont de gros gueux. Dès 8 ans, il doit travailler à la ferme familiale s’il veut espérer manger autre chose que ses ongles pour le repas du soir. Mais le truc, c’est que Timothy est un pauvre de la pire espèce : de ceux qui ne veulent pas rester à leur place.

Timothy est con, mais Timothy a de l’ambition. Un dangereux mélange qui n’aboutit généralement pas à grand chose, mais lui a quelque chose que les autres n’ont pas. Un cul bordé de nouilles.

À 16 ans, il part pour Newburyport, une ville côtière où il apprend à travailler le cuir. Mais le problème avec les métiers de pauvres, c’est qu’ils ne rapportent pas beaucoup d’argent. Timothy a beau être idiot, il a vite compris qu’il lui faut un autre projet de carrière s’il veut mettre des dollars dans les épinards.

Là, premier coup de chance. Il rencontre Elizabeth Frothingham, une veuve extrêmement riche qu’il se fait un plaisir d’épouser, avant de déménager dans sa nouvelle demeure à Boston. Du jour au lendemain, il est propulsé dans la haute société américaine. Jusque là, Timothy n’avait pas conscience d’être un gros con de pauvre puisqu’il traînait seulement avec des bouseux. Mais ses nouveaux amis riches ne tardent pas à pointer du doigt son manque d’éducation et, plus généralement, l’absence de tout signe d’intelligence qu’on est en droit d’attendre d’un être humain chez qui les chromosomes vont par paires.

Forcément, Timothy prend un peu la mouche. Il veut faire ses preuves, alors il décide de faire fructifier sa fortune - enfin celle de sa femme, mais à l’époque (lol) c’était plus important d’avoir une bite que du bon sens. Sauf que ce bougre n’y connaît rien aux choses de l’argent et aux joies des placements. Il va donc demander conseil à son voisin fortuné, John Hancock. Jusque là, ça fait sens.

Le truc, c’est que John Hancock ne peut pas saquer Timothy Dexter, qu’il considère comme un nouveau riche illégitime. Il lui préconise donc d’investir dans le dollar continental, l’ancêtre du dollar actuel et l’une des premières monnaies papier du monde. Dans les années 1700, domination anglaise oblige, la seule devise courante est la livre sterling. Et personne - absolument personne - n’aurait misé un sou sur le dollar continental. Sauf Timothy Dexter. Lui, il investit TOUTE sa fortune dans des billets continentaux.

Sauf que là, coup du sort, la Guerre d’indépendance des États-Unis explose et le cours du dollar continental avec elle. Grâce à ses placements, Timothy Dexter devient littéralement millionnaire. C’en est trop pour Hancock et les autres nantis, qui décident de causer sa ruine.

Ils lui conseillent d’expédier des bassinoires aux Antilles, alors appelées les Indes Occidentales. Petit point culture, la bassinoire est une bassine de métal ancêtre de la bouillotte utilisée pour réchauffer les lits en hiver. Sauf qu’aux Antilles, il fait grosso modo 30°C toute l’année. Mais Timothy n’étant pas trop copain avec son lobe frontal, il achète des cargaisons entières de bassinoires. Là, devant tant de bêtise, ses potes bourgeois commencent à se demander si Timothy n’est pas de la famille de Manuel Valls. Du coup, ils en rajoutent une couche et lui conseillent d’envoyer également des paires de gants en laine, comme ça, juste pour rire.

Ni une ni deux, Timothy Dexter s’exécute et envoie plusieurs navires chargés de bassinoires et de gants en laine jusqu’aux Antilles. Coup de bol, la région fait face à une pénurie de métal. Toutes les bassinoires sont donc achetées pour être refondues en pots, en louches et casseroles pour les plantations de cannes à sucre. Encore mieux, des marchands asiatiques de passage aux Antilles achètent tout le stock de gants en laine pour les revendre en Sibérie.

Timothy Dexter fait un sacré bénéfice et revient demander conseil à ses “amis” rongés par la jalousie. Ils le convainquent d’expédier des chats aux Caraïbes et des bibles aux Antilles. Le temps que les bateaux arrivent aux Caraïbes, les différentes plantations sont infestées de rats et les chats sont accueillis à bras ouverts. Aux Antilles, les bibles s’écoulent comme des petits pains auprès de missionnaires fraîchement débarqués pour répandre la parole divine auprès des sauvages qui ont eut le mauvais goût de ne pas croire dans le même livre imaginaire.

Timothy Dexter devient l’homme le plus con et le plus riche de tout le Massachusetts. Il retourne s’installer à Newburyport où il s’achète un immense manoir. La haute société est folle de rage, et les riches du coin tentent le tout pour le tout pour le mener à sa perte.

Pour mieux comprendre la suite, il faut savoir qu’en anglais il y a une expression commune qui est “like carrying coal to Newcastle” - “comme envoyer du charbon à Newcastle”. Newcastle est une ville au nord-est de l’Angleterre où l’on trouve des centaines de mines de charbon. Donc en gros, on utilise cette expression pour désigner une action complètement stupide et inutile. A priori, cette métaphore est couramment utilisée depuis les années 1600, soit 150 ans avant que Timothy Dexter ne vienne au monde.

Donc même à la fin du XVIIIe siècle, il faut être complètement attardé pour envoyer des cargaisons de charbon à Newcastle. Vous l’aurez deviné, Timothy Dexter s’en bat les couilles et avitaille des dizaines de navire en charbon de Virginie avant de les envoyer en Angleterre. Toujours sur conseil des autres riches de la ville, évidemment.

Sauf que quand les bateaux mouillent dans le port de Newcastle, tous les mineurs du coin sont en grève générale. La production de charbon est à l’arrêt, et Timothy Dexter revend ses stocks à très bon prix.

À 50 ans, Timothy Dexter est riche mais toujours autant moqué par la bourgeoisie. Il décide donc de montrer à tout le monde qui c’est qu’est l’patron avec un gros cerveau en écrivant un livre : Un dilemme pour ceux qui savent, ou la vérité dans une robe de chambre. Grosso modo, il se plaint des politiques, du clergé et de sa femme. Le problème, c’est que Timothy est riche mais toujours aussi teubé. Son bouquin contient 8.847 mots et pas une seule ponctuation. Pas de points, pas de virgules, pas de majuscules. Le livre est tout bonnement illisible.

Tous les riches du coin se procurent le bouquin de Timothy, qui devient la risée de la ville. Vexé, il publie une seconde édition avec deux pages supplémentaires contenant seulement des marques de ponctuation. Genre ça : “….??,!..!?;;;;???.....!??!” mais sur deux pages complètes, avec la mention “Salt and pepper as you please” - “Assaisonnez à votre goût”. Comme quoi, on peut être complètement crétin mais avoir le sens de la formule. La légende raconte d’ailleurs que Timothy Dexter serait l’ancêtre commun de tous les chroniqueurs de On n’est Pas Couché.

Quelques années plus tard, Timothy Dexter organise un faux enterrement juste pour voir si ses proches seront attristés de sa mort. Sauf que gros plot-twist : toute la famille a une érection massive à la simple idée de toucher l’héritage. Durant la cérémonie, il trouve que sa femme n’a pas l’air assez éplorée à son goût, alors il se rue hors de son cercueil et la pourchasse canne à la main sous les applaudissements de tous les CRS de l’assemblée.

Il perd complètement la raison peu de temps après, et devient persuadé que sa femme est décédée. Sauf que non, elle est bien vivante. Alors il la présente à tout le monde comme “le fantôme de [son] épouse” pendant plusieurs années, et dit à qui veut l’entendre qu’elle hante son manoir jour et nuit. Il meurt finalement en 1806, à 59 ans.

TL;DR : C'est l'histoire du Donald Trump des années 1750.
Lord Timothy Dexter : l’homme d’affaires le plus stupide et chanceux de l’Histoire
Connectez-vous ou ouvrez un compte pour poster un commentaire.
@Shusuui: C'est une de mes histoires préférées, il est irréel ce mec là.
@Sebordel: quel coup de génie de parler de ce type ! Tu les trouves où ces gaziers ?!
@yashky: doc7 a fait une vidéo (Youtube)
@yashky: Celui-ci sur un thread Reddit, mais la plupart en divaguant sur des sites à la con.
Tes box sont excellentes.
@latrickisfalone: Merci ! J'ai écrit les premières de façon assez sérieuses, mais au final je trouve que rajouter des conneries c'est plus drôle à écrire et à lire.
Peut-être qu'il se faisait passer pour plus idiot qu'il ne l'était pour avoir des idées d'investissements que personne d'autre ne ferait
@Gothman: Pendant que les gens pensent que tu es idiot, ils ne se méfient pas de toi !
L'histoire est fun, c'est bien écrit, je dis GG
sympa tes ptites histoires, un forest gump le gars
@cabes: J'ai pensé la même chose. Vraiment amusant.

Et très bien écrit, bravo.
fav' merci !
Comme quoi on peut être complètement con et quand même avoir une belle vie.
@CaptainWaffle: Guenièvre s'offusque
Et le secret de l'histoire, c'est qu'il est à l'origine de la guerre d'indépendance, à l'origine de la pénurie dans les antilles etc
@Ptilait: Tu peux en dire plus ?
@Ponzi: Ben non.
Simplement, ça serait drôle d'apprendre qu'il est à l'origine d'événements, pour son propre intérêt financier.
@Ptilait: ah je croyais que tu parlais des faits. Ouais ça serait un sacré génie au final
Très bien écrit. Chapeau bas.
Super box, intéressante et drôle, vivement les autres!
Merci
@Zedix: Venant de toi vu la qualité de tes boxs ça fait plaisir !
Ah ouais quand même ! Certains sont vraiment béni par une quelconque entité c'est pas possible !

Excellent merci !
Putain cette mégachatte comment c'est possible. Très belle plume sinon cher ami, j'me suis bien marré. En attente d'autres histoires !
"Là, devant tant de bêtises, ses potes bourgeois commencent à se demander si Timothy n’est pas de la famille de Manuel Valls". J'ai soufflé du nez ! Merci pour cette belle histoire.
Je lis rarement les pavés comme ça. Mais tes récits sont toujours un petit bonheur ♥
Excellente box ! J'ai adoré !!
Bon je vais pas dire merci à tout le monde individuellement, mais merci pour les gentils comms. C'est cool de voir que le format plaît.
Je connaissais déjà son hqitoire mais ça fait toujours du bien de la relire
Le cul bordé de nouilles
Top box merci
Autres
Chargement...
Chargement...
Chargement...
J'accepteCe site utilise des cookies pour vous assurer d'obtenir la meilleure expérience sur notre site. En savoir plus