IRL de guilde décevante

Contexte : Je fais partie d'une guilde gamer qui a cinq ans d'existence. On a pris l'habitude de faire une grosse irl chaque année (une dizaine de personnes), en général l'été. La moyenne d'âge est de 30 piges, on a même des papas. Cette année, on fait ça à Menton dans le sud, super appart dont les parents d'un membre sont propriétaires.

On prépare nos irl plusieurs mois à l'avance. Pour celle-là, on apprend au fil des semaines que pleins de membres décommandent pour diverses raisons. Bon, tant pis (même si je voulais bcp en voir certains). Au final on arrive au lieu dit (à seulement quatre, c'est largement moins que d'habitude), et au bout de deux jours on apprend que le mec de la meuf qui nous accompagne décide au dernier moment de pas venir, excuse bidon, gna gna gna, en gros il veut pas venir. Super... De plus on a aucune nouvelle d'un membre qui habite pas loin et qui devait venir aussi. Bon...

Sur place, c'est pas mal : la vue est superbe, le soleil est là, les italiennes aussi, la mer est chaude (comme vos mères) et la ville est belle. Un régal pour les yeux.
Côté potes, l'ambiance est là, humour H24, grosses punchlines (surtout de ma part). Mais !

Tout le monde pionce jusqu'à midi (c'est les vacances me direz-vous, mais si on veut passer 10 heures au lit on peut très bien le faire chez nous, je vois pas l'intérêt) sauf moi qui me lève avant 9h, du coup le matin je me barre et je me tape 3h de marche ou je vais à la plage (j'adore ça mais le principe d'une irl c'est de faire des trucs ensemble). Les phrases que j'entends le plus sont "on roule ??" ou "qui veut boire un truc ?? (alcool évidemment). Pareil, je viens pas sur la côte d'azur pour passer la journée au balcon à fumer ou picoler. Hier soir, soirée sur la plage bien sympa, je rentre à 2h mais eux à 5h complètement morts, ayant bien pris soin de repeindre les escaliers de la ville avec leur vomi selon leurs dires). Super.

Dans la cuisine, c'est dégueulasse, personne nettoie rien, et vas y que je cuisine à l'huile mais que je nettoie pas derrière, plaques aussi poisseuses que je préfère pas savoir quoi (moi qui aime passer du temps en cuisine, ça m'emmerde un peu, désolé).
A cause de nos rythmes très différents, je dois toujours les attendre pour faire quoi que ce soit, par exemple bouffer ou aller à la plage, du coup j'hésite de moins en moins à prendre un jeu de clés et à partir en mode bas les couilles.

En à peine deux jours, ça commence à se sentir que l'irritation monte de mon côté, en même temps je m'attendais plus à un comportement de vacancier actif que de chômeur parisien de leur part. J'ai 23 ans et les autres me dépassent tous d'au moins 4 ans...
Donc voilà, je pense que je vais passer le reste de la semaine tout seul à faire des trucs de mon côté (sauf pour les quelques événements qu'on a prévu ensemble quand même). C'est juste moi qui suis relou ou j'ai raison de m'indigner un minimum ?

TL;DR : On fait une irl de guilde et ça se passe pas vraiment comme je l'avais imaginé, du coup je vais surement me la jouer solo, ce qui est pas vraiment dans l'esprit irl.

J'ai glissé chef..

Même si j'ai pas glissé

Petit infos gratuite, la taille des éclats d'un verre trempé (non ca veut pas dire qu'il est mouillé comme ta soeur le soir devant secret story) est égale à l'epaisseur de celui-ci.
Donc dans le cas le présent epaisseur = 10mm ca donne donc des eclats plus ou moins carré de 10x10mm.
Voilà voilà

J'ai fait un câlin à Reichmann !

Yo les chouals !
Tout est dans le titre, hier je passais à la télé (Les douze coups de midi) avec mon père en tant qu'accompagnateur, et j'ai fait un câlin à Jean-Luc parce-que je suis né le même jour que lui. Des bisous

Je suis tout seul !

Voilà, j'ai déménagé avec ma copine sur tours, et je suis tout seul, je me fais chier, si des chouals sur tours veulent bien m'adopter, je suis prêt, merci !

(NSFW) La mésaventure du plan cul à partager

youtube.com
C'est l'été et je suis ravie, ça se passe bien avec mon amant du moment. Appelons le « manche à couilles ». Je sais qu'il se passera rien après la levrette et bien que parfois je m'imagine avec lui, je reste à ma place, d'autant qu'objectivement, il est vraiment pas fait pour moi. C'est tellement rare pour moi d'avoir un coup de cœur sur un mec que je suis un peu déçue mais sans plus. Ma pote Jolene, elle est au courant de ma relation, je lui fais parfois lire des SMS cochons en rigolant grassement, je partage avec elle mon renoncement "nan mais il veut pas sortir avec moi c'est clair, mais t'as vu, il m'a fait une crise de jalousie quand même piapiapiapia". Elle vit la même situation que moi avec un autre amant du même acabit. Entre confidence d'espoirs vains et auto-dérision, on se marre bien.

Entre nous, Jolene, c'est l'avion de chasse que je ne serai jamais. Elle pue le cul et elle le sait. Princesse bonasse, ta minauderie et ton petit corps de rêve séduit. Elle séduit tellement, impossible pour moi d'être insensible, j'aimerai la mettre dans mon lit. Comme on est copines de beuveries, ça fait deux ans qu'à chaque fois qu'elle est pompette elle vient me rouler des pelles et mettre sa tête dans mes nibs en me disant d'un air de chagasse ultime "un jour, il faut qu'on fasse un plan à trois". Je sais que c'est que de l’esbroufe mais merde, y'a peut être moyen ?

On part en vacances ensemble : soleil, cigales, rhum et piscine. J'invite manche à couilles et propose à Jolene d'inviter un mec pour réchauffer ses draps. "Meh, j'ai personne à inviter ..." me dit-elle avec sa petite moue fatale. Comment lui dire qu'en tapant dans un réverbère y'a six beaux gosses qui tombent, la bite à la main, prêts à exaucer ses petits caprices pour sa jolie chatte ? Pas grave, un autre ami se joindra à nous, quelques jours plus tard, son petit nom c'est "t deg".

Manche à couilles connaît Jolene. ÉVIDEMMENT, il la kiffe. Elle a toujours dit qu'il était pas son style "j'aime pas trop quand il sourit". Elle a beau faire sa maligne, je l'ai vue le regarder et je sais qu'il ne la laisse pas indifférente. Dans ma tête, ça fait tilt, c'est comme un gros panneau publicitaire qui s'allume : cet été, profitez de votre copine bonne, c'est le moment parfait pour un treesome ! Mais oui ! Je commence à chauffer Jolene "tu sais manche à couilles tu lui plais, il me l'a dit". Je commence à chauffer manche à couilles "tu sais Jolene, elle m'a jamais dit clairement, mais y'a moyen si on s'y prend bien". Je me frotte les mains, ça va être bien !

Nous voilà, dans un cadre de rêve tous les trois en attendant t deg. Et là, désillusion. Je comprends mon erreur. Manche à couilles n'a d'yeux que pour Jolene. Il la mate sans arrêt, elle fait genre de ne rien remarquer mais rigole dès qu'il ouvre la bouche. Dès que j'ouvre la mienne, j'ai droit à une réplique cinglante de manche ak. Bon, je l'ai amère sévère, mais je me rassure, une fois la nuit tombée, on baise comme on l'a toujours fait, comme des crèvent la faim.

Les jours passent et je désenchante, manche à couilles et limite odieux avec moi tandis que Jolene roucoule carrément quand il la drague, et moi je rempli parfaitement le rôle de la copine moche. Vivement que t deg arrive, pour rétablir un peu de concurrence à la chasse au cul de Jolene. Mais quelle grosse blague ! T deg, bien sûr à aussi des vues sur elle, pour dire, ils ont déjà niqué ensemble. Mais Jolene, elle préfère manche à couilles. Avoué vaincu d'avance, t deg reste seul dans son slip, c'est à peine s'il a essayé.

Je me pose des questions, mais je suis conne aussi elle est tellement belle ! Et dire que je leur ai dit à tous les deux qu'ils pouvaient se baiser, tellement sûre de moi, pensant d'avance à la partie de jambes en l'air qu'on allait se taper. Mais rien ne se passe comme je l'avais imaginé ! Ma luxure m'a joué un sale tour. Et PUTAIN LA CON DE TA RACE J'AI MES RÈGLES ! Mon humeur est massacrante, mon égo est dans mes chaussettes : au fond de ma valise et inutile. Et plus grave encore : je peux pas niquer. Mon rêve cochon de treesome s'envole définitivement emportant avec lui mon estime de moi. Le coup fatal viendra de manche à couilles "franchement Jolene, elle me plaît, et t'avais raison y'a trop moyen. Je sais que c'est pas cool mais voilà est ce que je peux y aller ?"

Vous savez, je peux pas posséder quelqu'un. Je ne peux demander à personne d'aller contre son désir personnel parce que ça me fait plaisir. Encore moins quand c'est juste mon plan cul. C'est mon tempérament de contemplative. Je suis pas jalouse, je suis totalement dégoûtée, frustrée, colérique, triste, je me sens impuissante. Mais en laissant de coté mes émotions de nana qui vient de perdre sa confiance en elle, c'est vrai : j'ai pas d'avenir avec manche à couilles, si ce n'est des matins difficiles, des walk of shame de bâtard. Si je veux trouver l'amûr, il faut bien que je passe à autre chose à un moment donné. Et Jolene, elle est tellement déçue que son amant qui prend son cul pour du poulet ne veuille rien de sérieux avec elle, je comprends pourquoi elle craque face à manche à couille. Elle est d'ailleurs venue me voir à son tour pour avoir mon aval avant de se faire avaler le berlingot. Qui suis-je pour empêcher deux personnes qui se désirent de copuler ? Il faut ravaler sa fierté et assumer ses conneries. J'ai amené le loup dans la bergerie, je ne peux m'en prendre qu'à moi même. Que la force de Peter Mc Callaway soit en moi. Je prends sur moi, je respire un grand coup : https://youtu.be/moSFlvxnbgk?t=60

Je vous raconte pas la nuit que j'ai passé solo. Ma seule activité fun : me lever pour changer mon tampon, en les entendant parler et rire, comme on le fait qu'après le sexe, plein d'endorphines. J'ai aussi beaucoup pensé à t deg qui devait avoir les mêmes grosses boules que moi, mais que au moins lui, il pouvait se masturber rageusement sans ensanglanter ses draps.

Voilà trois semaines que les vacances sont finies.

T deg envisage de se mettre sur attractive world. Il cherche une fille belle, intelligente, créative, carriériste avec un tempérament de leader, mais qui veut trois enfants et qui aime cuisiner. On est tous avec lui.

Jolene et manche à couilles on passé plein de nuits ensemble, jusqu'à ce que Jolene décide de voir si l'herbe est plus verte ailleurs. Manche à couilles se les mord très fort. Mais je pense que l'histoire n'est pas finie entre eux. Prions pour que Jolene change d'avis, et permette à manche ak d'avoir une descendance.

Quant à moi, je rigole jaune de cette histoire, en bon dindon de la farce. Depuis, je chauffe tout ce qui bouge pour me rassurer : c'est pas moi qui suis moche mais Jolene qui est bien trop jolie.

TLDR : En vacance avec ma pote et mon plan cul, vous n'en reviendrez pas comme je me suis faite niquée (je l'ai pas baisée)

Il s'est fait suicider le pauvre

Aujourd'hui, je vadrouillais sur les internets en quête de trucs à apprendre et je suis tombé sur un petit fait divers daté du 16/06/2016 pas piqué des hannetons.
Ne sachant pas où recouper l'info avec une source fiable, j'ai fait le tour des journaux et voici la synthèse :

Le matin du jeudi 16 juin 2016, un corps à été repêché dans la Seine près du Pont-Neuf (Paris, Châtelet) par la Brigade Fluviale.
Il s'agit d'un homme d'une quarantaine d'années, pieds et poings liés avec de la "rubalise" (ruban "Police" servant à délimiter les périmètres de sécurité), un sac sur la tête, et un autre rempli de pierres attaché aux pieds.
Questionné sur l'identité de la victime, la Police a précisé qu'il s'agissait d'un anonyme, probablement un SDF

Dans la mesure où il n'y a "rien de suspect", les enquêteurs privilégient dans un premier temps la thèse du suicide, en attendant les résultats de l'autopsie.
Puis dans un deuxième temps, l'autopsie conclut... à un suicide, en l'absence de trace de coups.

Et là, le dilemme, pour accompagner l'info, j'ignore laquelle des vidéos, je dois mettre entre
https://www.youtube.com/watch?v=dq51_fYheNk
et
https://www.youtube.com/watch?v=gGBaK3aSgkQ

Mon expérience en tant qu'animatrice de séjour adapté


Coucou les chouals ! Etant en galère de boulot pour cet été, j'ai opté pour un job qu'on m'a proposé en tant qu'animatrice de séjour adapté. C'est à dire qu'en gros, en emmène des personnes handicapées en vacances, et ces séjours sont organisés par une association qui s'occupe aussi des réservations de gites, de véhicules, du recrutement des anim, toussa toussa. Et nous on sert à quoi ? A les accompagner dans leur vie quotidienne durant leurs vacances : on fait la bouffe, on organise les sorties, on fait en sorte que tout se passe bien entre les vacanciers et les anim, on est la pour les écouter en cas de doute, de coup de blues, de dépression, de colère, de violence …

J'ai pas mal appréhendé ce job, puisque je n'avais aucune expérience avec ce public la, mais je me suis très vite rendue compte que j'étais loin d'être la seule. En fait, 80 % des anim recrutés n'ont jamais côtoyé un handicapé de leur vie. Ca m'a d'ailleurs semblé bizarre que lors du recrutement, ça n'avait pas l'air de poser problème que je n'ai aucune expérience dans le domaine (on vit quand même H24 avec eux pendant 3 semaines). En réalité, il galère énormément pour avoir des candidatures, il n'y a pas assez d'animateur. D'ailleurs je n'ai eu qu'une seule journée de repos, faute d'animateur pour me remplacer.

Le jour du départ, on est bien 1500 personnes sur le parking... Toi tu dois te démmerder pour retrouver tes vacanciers dans cette foule. On est deux anim pour 7 vacanciers : une reste devant le bus pour accueillir les gentils parents qui viennent apporter leur progénitures (cette situation super simple à gérer n'a concerné qu'une seule vacancière sur les 14 qu'on a eu). L'autre circule dans la foule avec son bout de feuille dans l'espoir de trouver son vacancier qu'un taxi a largué quelque part. Ce petit jeu dure bien 2 heures. C'est après ce parcours qu'on peut partir.

Tout ça pour dire que rien que le début a été épuisant. Mais si j'écris à la base, c'est pour vous partager les histoires drôles (ou moins drôle) que j'ai pu vivre, ou que d'autres anim ont vécu (les rares fois ou on se retrouve, on se raconte nos péripéties, les yeux cernés, et c'est un super bon moment).

- Le premier qui me vient à l'esprit, c'est S. Alors lui, clairement, il n'avait qu'une idée en tête pendant sa semaine de vacances, c'était acheté une peluche … Mais quand je vous dit qu'il n'avait que ça en tête, c'est que réellement, IL N'Y AVAIT QUE CA ! Tooooute la journée, il nous a bassiné pour qu'on l'emmène acheter sa peluche. Sauf qu'y avait jamais de peluche a acheter, la ou on allait ! Pis on essayait de lui expliquer aussi que ça serait peut être mieux d'acheter un souvenir typique de la région ou on était plutot qu'une peluche qu'on pouvait trouver partout... Et un jour, Jésus soit loué, on tombe sur un magasin qui vend des peluches. Thanks god, il va enfin arréter de nous emmerder.Après une sélection très minutieuse des peluches du magasin, ça y'est ! S. Vient nous voir avec son petit lion, on peut passer en caisse ! Je pose mon sac pour chercher l'argent de S., payer cette putain de peluche, et dégager d'ici. Je cherche, je cherche, je cherche, jte retourne le sac... Pas d'argent... Je demande à ma collègue le plus calmement possible ou est ce qu'elle a foutu cette putain d'enveloppe de mes couilles. L'enveloppe aurait du être dans mon sac. Alors déjà grosse panique, parce qu'on s'est d'abord demandé si l'argent n'avait pas été égaré, puis encore plus grosse panique quand on sait qu'il va falloir annoncer à S. qu'il n'aura pas sa peluche aujourd'hui. Finalement, l'enveloppe avait été oublié sur la table …. Et S. s'est mis a répété en boucle « C'est pas grave après tout, l'essentiel, c'est que tout le monde soit heureux » approximativement 17 fois dans la soirée. S. était contrarié ! Et donc quand S. est contrarié, il monte à l'étage et fait des allés retours incessant dans le couloir.
Puisque vous posez la question, il a fini par avoir sa peluche et m'a dit au revoir 15 fois le jour du départ.

- Ce qui est drole aussi, ce sont les fiches des vacanciers. Une fiche qui nous fait l'inventaire de son état de santé physique, mentale, son caractère, s'il a tendance à fuguer, à être violent, etc …
J'ai eu une vacancière qui était sensé ADORER les ballades en voitures. Je n'ai jamais eu à conduire avec quelqu'un de si stressé. Et quand je lui ai posé la question, elle m'a répondu « Ha mais non ! Je déteste ça ! ».... Et un vacancier aussi sensé porté des chaussures orthopédiques. Alors pour moi, quelqu'un qui a un moignon à la place du pieds, qui porte une prothèse, et quelqu'un qui porte des chaussures orthopédiques, ce n'est pas la même chose. Surtout que ce séjour prévoyait quand même beaucoup de marche, énormément, même. En gros, son tuteur s'en ai battu les couilles, et a juste voulu s'en débarasser pendant deux semaines, quitte à écrire une fausse information. Un autre vacancier qui ne devait sous aucun prétexte nous toucher, sa famille d'accueil a lourdement insisté, mais ça elle nous l'a dit que 10 jours après son arrivée. Et aussi que c'était un gros manipulateur, qu'il ne fallait surtout pas croire ses histoires. Comment on-t-il pu omettre de nous communiquer de tels détails !

Les parents aussi sont fabuleux. Il dépose leur fille au gîte directement, range eux même les affaires de la vacancière, et installe sur le matelas une housse en plastique. On leur demande alors si elle a des accidents ? « Ho non ! Mais bon, au cas ou ... ». Ben tiens... Surtout qu'elle n'osait pas nous le dire, et planquait ses vêtements sales dans la chambre. On a vite découvert, rien qu'a l'odeur. Mais celle la, elle était lourdement atteinte, on s'est même demandé s'ils ne s'étaient pas trompé en la mettant dans notre séjour. Mais elle m'a vendu du rêve ! Parce qu'il faut savoir que les vacanciers font tout le temps des trucs drôles, mais nous on rigole pas, pour ne pas les vexer. Mais elle j'ai juste pas pu me retenir. J'ai explosé de rire devant tous les clients de la crêperie ou on était, ils ont du me prendre pour un monstre. (Tiens d'ailleurs, dans une autre crêperie, un de mes vacanciers a crié que « la dame la bas, elle me fait lever la queue »)

- Au final, mes vacanciers à moi étaient très autonomes, par rapport à d'autres séjour, ou un vacancier est un masturbateur compulsif, un autre frappe ses petits camarades sans aucune raison, ou attrape un article dans un magasin pour courir avec de toutes ses forces... Mais le pire, je crois, c'est le séjour ou un vacancier se chiait dessus régulièrement.

J'ai plein d'anecdote à raconter encore, mais ça serait bien trop long, je vais finir par vous perdre, et puis j'ai la flemme aussi...

TLDR ; Partir en vacances avec des handicapés, c'est rigolo, parce qu'il se passe plein de truc !

(NSFW) Succès déverrouillé

PRÉAMBULE

L'histoire que je vais vous confier est très longue à raconter et certainement chiante à lire. J'ai tout de même tenté d'aérer mon texte au mieux. Si tu n'as pas envie de lire un pavé, tu peux te barrer illico. Mais ce serait dommage, mon histoire est pleine de luxure et de perversité, comme tu les aimes, jeune chenapan.

CHAPITRE 1 (Une proposition alléchante)

J'en avais déjà fait allusion dans quelques commentaires. Je suis en couple depuis 8 ans avec la même SDP, et pour diverses raisons ils nous ai arrivé plusieurs fois avec ma copine de faire un plan à 3 avec mon meilleur ami. C'est une histoire compliquée, prenez le pour acquis.

Début de semaine dernière, ce dernier me propose via messagerie instantané : "J'ai un plan cul pour toi, tu es libre dimanche à 14h ?" Fort étonné de cette proposition pour le moins inédite, je lui demande plus de détails.
Il s'avère que depuis quelques semaines, monsieur fréquente un "plan cul" (il est aussi en couple avec la même fille depuis des années.)
Donc son "plan" aimerait tester avec 2 amants masculin. Il lui dit avoir l'homme de la situation et a tout de suite pensé à moi. Bien sûr, j'accepte dans la seconde, sans une once d'hésitation, sans avoir plus de détails...

Samedi matin, il me recontacte à ce sujet. Le plan est confirmé pour dimanche 14h, ça se passera chez moi. Il me donne plus de détails sur la meuf : elle est bisexuelle, en couple avec un homme. Elle n'a pas froid aux yeux, elle accepte tout, excepté la sodomie. Il me dit qu'avec elle, on peut tout faire niveau humiliation. La faire vomir pendant la fellation, lui mettre des claques, lui cracher au visage, l'attacher au plumard... Selon ses propres dires, elle est au courant quelle "sera traitée comme de la marchandise". Il ajoute même "Tu ne lui parle même pas, on vient, tu la baise, et à 16h on repart". Soit.
Il m'envoie 2 photos. C'est une petite brune toute maigre de 50 Kg à peine. Elle a les cheveux court et ça lui donne effectivement un air de lesbienne. C'est n'est clairement pas l'avion de chasse du siècle, mais la "marchandise" m'a l'air potable.

Je me lève tôt dimanche matin, je fais un brin de ménage dans l'appart, va acheter une boite de capotes au Carrefour Market du coin, me lave, puis mange. Il est 12h30. Je décide de jouer à mon MMO favori en attendant.
Il est 14h passé de quelques minutes, j'entends du bruit au RDC. Le temps de me déconnecter et de descendre au premier, je retrouve mon pote dans ma chambre, en chaussette et sans pantalon, assis au bord du lit, avec son "amie" à genou part-terre entrain je le sucer. Il a toujours pour habitude de faire "comme chez lui" quand il est à la maison, mais effectivement, comme il a dit, pas de foutaise aujourd’hui.

Je lance une petite blague "putain mais tu es un rapide, tu t'es venu directement en caleçon ?" Tout le monde rigole, le silence est brisé, c'est une bonne chose. La meuf se relève, je lui fais la bise. Je suis très agréablement surpris. La fille est bien plus jolie que sur les photos. Je la trouve même mignonne. De plus, elle bien habillée et maquillée, sexy, sans tomber dans le cliché "grosse pute".
Elle me vois avec une cigarette à la main et me demande si elle aussi peut s'en griller une. Je lui apporte un cendrier. Elle commence à me sucer pendant que l'on finit nos clopes respectives. Comme me l'avait promis mon pote, c'est vrai que la gourgandine fait de très bonnes fellations. Pendant ce temps, mon pote commence à la prendre en levrette (elle est toujours à 4 patte, par terre).

Viens le moment de l'échange. Ça fait des années que je n’ai pas mis moi-même une capote. Je galère un peu, fini par réussi, mais je bande mou maintenant. Je ne connais pas son anatomie, c'est mouillé de partout et ça glisse. Je ne bande plus, rien à faire, impossible de rentrer en levrette. Pas de panique, je demande un nouvel échange illico.
De nouveau dans sa bouche, je retrouve très rapidement ma vigueur. Je mets une nouvelle capote, du premier coup cette fois. Je tente la position de l'andromaque, c'est plus simple. Ouf, l'honneur est presque sauf...
S'ensuit alors une bonne heure de baise, d'échanges, et de changements de positions.

Arrive un moment "bizarre" où madame est sur le dos, les jambes bien relevées sur mes épaules et ou je lui mets de copieux coups de reins en la tenant par la hanche. Je remarque alors plein de bleus sur ses bras. Je passe ma main dessus machinalement sans vraiment réfléchir à ce que je fais. Elle me sourit tout en me fixant du regard. Ce moment me parait durer une éternité. Je lis beaucoup de tristesse, voir même une profonde détresse dans son regard. Je lui rends son sourire, m'approche d'elle et lui roule une grosse pelle. J'ai vraiment éprouvé de l’empathie pour elle.

Nous continuons quelques minutes dans cette position. Mon pote en profite pour éjaculer dans sa bouche grande ouverte. Elle fait quelques grimaces mais avale le tout. Je suis un peu vert, je suis encore méga chaud pour continuer et c'est comme d'habitude lui qui craque en premier.

C'est le moment d'en finir donc. On repasse en levrette et je commence à accélérer le mouvement. Je regarde s'il y a moyen de la faire jouir avant de finir. (c'est toujours un bon point !) Je fais varier la vitesse, j'écoute ses bruits et son corps. Mais je ne la connais pas, j'arrive pas à déchiffrer. Peut-être a-t-elle déjà joui, peut-être elle ne jouira-t-elle jamais. Je n'en sais rien et je n'ose pas lui demander. Il ne faudrait pas passer pour un romantique non plus !

Mon pote a fini de se rhabiller. Il est vraiment temps. Je la mets à genoux par terre et lui ordonne "de me vider les couilles". Elle retire la capote et me suce une poignée de secondes. Je préviens que c'est imminent. Elle continue sans réaction. Je réitère mes propos au cas où elle n'aurait pas bien entendu. Elle met ma bite encore plus profond dans sa bouche et accélère. Soit. Je me déverse directement au fond de sa gorge.
C'était un de mes plus grand fantasme encore jamais réalisé, ma copine refuse catégoriquement de me le faire. 11/10 la meilleur finition que j'ai eu de toute ma vie, et de loin.

Il est 15h45, on range la chambre, je demande à mon pote d'embarquer et de jeter toutes les preuves de nos ébats ailleurs.

CHAPITRE 2 (Et c'est pas fini)

Vers 17h, après qu'il ait ramené son "plan cul" chez elle, on se recontacte sur Steam. On débrief un peu. Tout le monde à kiffé, c'était cool. Puis il me dit "J'ai plus qu'à revenir chez toi, on nique ta meuf, et se sera vraiment une bonne journée" Je rigole et lance "imagine un succès dans un jeu: Au cours de la même journée, baisez 2 filles différentes avec le même partenaire de coopération"
En vrai, l'idée me plait bien. Niveau fdputerie, c'est assez haut niveau, j'aime beaucoup. "Chiche ?" J'envoie un texto à ma SDP qui est encore au travail, elle accepte.

Mon pote arrive avec son pc portable (on avait aussi prévu de faire quelques parties de cs:go avant). Ma SDP rentre du travail vers 19h avec 3 kebabs. On mange, on joue, on rigole, on picole un peu aussi. Je laisse ma SDP faire une partie, elle est contente.
Il est 23h30, on commence tous un peu à fatiguer. Je commence à la chauffer et à la dénuder. Rapidement on descend dans la chambre, et on commence notre petite affaire. Avec ce trio, on est rodés tous les 3, pas de soucis.

Pendant l'acte, je me repasse ce que j'ai fait tôt, dans ce même lit, avec une parfaite inconnue. Je n'arrête pas d'y penser, ça m’obsède, ça m’excite. Je me dis que l'on est, tous autant que nous sommes une belle bande de gros enculés décadents. Ça me fait doucement sourire. Vu l'époque que l'on vit, je ne vais pas m'emmerder avec l'éthique et profiter au maximum avant de crever.

Elle nous demande si on a mangé du lion à midi. Je regarde l'heure. Ça fait effectivement plus de 2h que l'on baise, (presque machinalement pour ma part).
Il est temps d'en finir. Je suis en train de la prendre dans la position de "L'indolent" (je viens d'apprendre le terme pour l'occasion). Mon pote en profite pour jouir sur ses seins. J'opte pour ma part pour un bon vieux creampie, classique mais toujours efficace. De toutes manières, après la finition de folie, à laquelle j'ai eu le droit quelques heures plus tôt, tout aurait paru fade, autant aller au plus rapide, pas la peine d'innover cette fois ci.

Mon pote se barre, je monte éteindre mon pc. Je lui envoie un "achievement unlocked", je déconnecte et vais me coucher aux cotés de ma bien-aimé.

TL;DR: J'ai passé un bon dimanche mais j'ai pas été me confesser.

Révélation...

En faisant quelques recherches sur le net pour décrire un monde d'urban fantasy, j'ai réalisé un truc... Pourtant c'est con, c'est un truc que je "sais" depuis des années mais je capte que maintenant.
La pyromancie n'a AUCUN rapport avec le contrôle du feu. C'est juste la divination par le feu. Et en fait le suffixe -mancie est uniquement lié à la divination et pas au contrôle (sauf dans le cadre très précis de la nécromancie, où pour parler à un cadavre faut bien le ressusciter en premier lieu).
Les RPG de toute ma vie m'ont menti. Dans Dark Souls en fait le pyromancien c'est juste un mec capable de lire dans le feu quand il va se prendre l'épée d'Artorias dans le cul. Les géomanciens de wow en fait ils sont pas dangereux, ils peuvent juste lire l'avenir en regardant des galets.
Le contrôle, c'est la kinésie. Et putain je le savais ça en plus. Voilà, révélation du jour, en fait tout n'est que tromperie... Harambe was an inside job.

La peur qui rôde 2k16

Je me permet de faire une box pour exposer un point de vue sur la situation actuelle des végé et des féministes.

Pour commencer sachez que je suis pour aucun côté d’aucun mouvement je m’en branle allégrement les burnes.

Je me demande simplement pourquoi le monde à tant de haine envers les végétariens et les féministes. Je suis persuadé que cette haine est tellement infondée ou mal-fondée. Ces mouvements sont bons en soit car ils n’aspirent qu’à faire bouger les choses et briser des normes établies qui ne sont pas forcément saines pour l’évolution de notre vie, mais la large partie de la population ne voit en ses mouvements que l’infime partie minuscule de l’iceberg qui dépasse de l’eau.

Le végétarisme aspire à quoi ? Réduire grandement la pollution générée par la surproduction de viandes, faire prendre conscience de la cruauté envers les animaux d’élevages (et limiter cette cruauté), préserver notre terre (destruction des fonds marins pour la pêche, épuisement des ressources pour l’élevages)...

En soit ce ne sont que de bonnes choses qui méritent à être appliqué et les personnes saines d’esprits qui diront le contraire ne le feront que par orgueil, fierté, ou manque de discernement.
Cependant, là où ça coince pour la quasi totalité des réfractaires à ce mouvement ce n’est pas tant sur les causes défendus mais sur la manière dont les partisans les défendent. Et le problème se situe ici, sur 100 végétariens, 90 vont vivre leur vie naturellement comme tout le monde (en faisant bouger les choses quand ils le peuvent), 8 vont essayer de forcer pour faire bouger les choses et les 2 restants vont être des figures emblématiques du mouvement, présentes sur twitter facebook instagram forum & cie, figures qui vont faire le maximum de bruit à gueuler pour tout et n’importe quoi et à s’embrouiller avec le premier contradicteur venu. Le soucis étant que ces 2 figures qui disent représenter le mouvement et le défendre en donnent une très mauvaise image car le public lambda ne va voir le végétarisme qu’à travers le prisme que sont ces 2 figures. Les informations sont maltraitées, mal diffusées, mal interprétées et avec le maximum de subjectivité car comment faire preuve d’objectivité et de discernement pour des propos sorties de la bouche d’une personne qui n’en fait aucunement preuve ? Cela va de soit, si une personne que vous pouvez pas blairer vous transmet une information aussi pertinente soit elle vous n’allez quasiment pas la prendre en compte car, comment écouter, être à peu près d’accord ou, encore pire, donner raison à quelqu’un qu’on aime pas ?

Il n’y a qu’à prendre un exemple, sur le site de la fondation brigitte bardot “C’est admettre qu’un animal n’a pas à souffrir physiquement et psychologiquement pour satisfaire les papilles gustatives de l’Homme.” L’Homme est naturellement orgueilleux et fier, comment lui faire passer un message quand en une phrase on le rabaisse à un monstre qui fait souffrir les animaux aussi bien dans leur chair que leur âme juste car “oulala que j’aime le gout d’la barback putain”. Je ne dis pas que ce n’est pas le cas, en soit la viande l’être humain peut s’en passer aisément mais elle est présente car c’est dans notre mode de vie. Si je vous demande de me dessiner grossièrement un repas lambda il va y avoir : une assiette, un morceau de viande, un accompagnement, un verre d’eau et une cuillère pour le dessert. Simplement, le message ne passera jamais formulé de cette façon car il part du point de vue de quelqu’un qui est déjà végétarien et est rédigé d’une manière qui va juste conforter les lecteurs déjà végé.

Et pour le féminisme c’est exactement le même schéma, des tas de femmes (et mêmes des hommes) se sentent féministe, se disent féministes et agissent pour la cause comme il se doit. Seulement, on ne les remarques pas, non, on voit juste les têtes de proues présentes sur twitter & cie, qui se revendiquent féministes, font un tas de choses au nom de cette cause mais ne se pose pas la question de “est-ce que je déforme les limites ou le combat en lui même ?”. Une feministe qui vie normalement ne sera pas remarqué (normal), une femme qui va faire un acte générant du buzz quelconque tout en le revendiquant au nom du féminisme va se faire remarquer, et va donner une image plus ou moin bonne de la cause. C’est comme le terrorisme. Des gens quelconques peuvent s’armer et aller faire un massacre pour au final le revendiquer au nom d’un Dieu/d’une religion, c’est pas pour autant que c’est la religion qui l’a voulu ou que la religion le cautionne, et pourtant ce sont les 99% de pratiquants normaux qui vont s’en prendre pleins la gueule alors qu’ils ont rien demander. C’est même pire maintenant, j’ai personnellement l’impression que le terrorisme s’accapare ce qui ne lui appartient pas (une tuerie je ne sais où par un aliéné sans raison religieuse -> un mouvement terroriste va revendiquer l’attaque en son nom et par extension au nom de leur religion). Le féminisme et le végétarisme c’est pareil, arrêtez de vous fier aux 1 ou 2% que vous voyez et qui vous font gerber de haine et de colère, car les 99% restant sont comme tout le monde et ne demande qu’à faire avancer les choses.

Là où c’est même cocasse c’est que ces figures de proues ont leur fanbase, mais ce qui les fait vraiment marcher c’est la fanbase de haters qui les poussent indéniablement vers le haut du panier. Si les gens arrêtaient de leur donner de l’importance ça changerait la donne déjà.

Je sais pas pourquoi mais ça me fait penser à ces moments quand j’étais au collège et qu’une personne derrière moi me parlait, je tournais alors légèrement la tête sur le côté pour écouter ce qu’il avait à me dire et le prof’ scandait “On bavarde pas en classe !” ce à quoi je répondais “Je parlais pas monsieur c’est lui qui me disait un truc”, et le prof me sortant naturellement “Pour dialoguer, il faut être deux, sinon ça ne marche pas.”

Tout cela pour dire que la majorité des détracteurs à ces mouvements se font just bait comme des bleus-bites en pensant que ce sont eux qui tiennent la canne.

Ouaip.

Pardonnez mon orthographe approximatif.

Je viens vers vous parce que vous êtes des fils de putes qui me font rire et chialer depuis des années maintenant. J'ai pas une histoire aussi triste que certains ici a raconter, mais je vous avoue que j'ai juste envie de me vider un peu.

Je suis un petit con lambda, qui galérais dans la vie et dans le reste, je tombe un jour sur un taf sympa qui réglerai enfin mes problèmes de tunes, moi le petit fdp non diplômé et qui ne connais pas ses droits.

Je passe une dizaine de jours la bas, et je vois déjà tout les soucis que j'ai s’évaporer. Je suis heureux, et l'on reconnais enfin mon travail. Tout cela c’était nouveau pour moi, éternel pauvre. Parce que faut le dire, être pauvre, c'est fatiguant. Refuser des sorties et des repas avec les potes justes parce que t'as pas une tunes, sauter des repas, et avoir une très basse estime de soi suivi de cette constante impression d’être de trop ici. C'est dur.

But everything changed when the fire nation attacked (C'est drôle putain) Un beau jours je me suis fais renverser, traumatisme crânien, jambe en lambeau et massif facial fracturé. Grosse ambiance, je perd la mémoire pour une semaine, et ai l'impression d’être un putain de demeuré qui a aucune capacité de concentration.

Et bien sur, aucun souvenir de l'accident.

Pleins de mauvaise nouvelle dans les jours qui suivent.
1 - Je risque d'avoir des séquelle pour remarcher, suivi d'une arthrose de fdp.
2 - On m'explique calmement que ma mémoire et ma concentration risquent de ne jamais revenir comme avant.
3 - J'ai plus de tunes, et j'ai des factures a payer.
4 - Mon assurances va prendre tout son temps avant de m'indemnisé le moindre pesos.
5 - Mon taf me jette (Parce que "On peut pas garder quelqu'un qui peut pas bosser")
6 - J'ai peur des voitures, de traverser et du bruit. Ça me déclenche des crises ou je me met a hurler très poliment sur les chauffard.
7 - Je vois des putains de morts et des gens rempli de bleus quand je ferme mes yeux et dans mes rêves
8 - Je suis en état de stress quasi constant quand j'ai rien qui m'occupe l'esprit. Et je sais pas ce que je vais foutre de mon avenir, j'ai l'impression d’être devenu une larve.
9 - J'ai une crise de panique a chaque fois que je reçoit du courrier
10 - J'ai pris du poids.

Et accessoirement des problèmes dans mon entourages qui n’améliorent pas mon humeur.

J'ai certainement oublier pleins de trucs, il est 4h30 du mat. Je suis pleins de frustration et j'ai juste l'impression d’être un poids qui perd du temps dans sa vie.

Les points positifs seraient que j'ai commencer a lire des bouquins même si c'est une vrai gymnastique pour mon cerveau. Puis j'ai enfin pris le temps de commencer One Piece ♥

Mais voila, j'ai jamais rien abandonner dans ma vie, je m'en suis toujours sortie jusqu’à présent, mais la, la vie ma quand même mis K.O. assez violaient. On m'a toujours dis "Quand ça ne vas pas, écrit". Et pour une fois j'essaie. Donc me voila

Je ne baisse pas les bras malgré tout, j'essaie de prendre la valeurs et de devenir meilleur, quand j'ai l’énergie et la motivation nécessaire.

Donc me voila, je vous écris aujourd'hui en tant "qu'infirme" depuis quelques mois.
Je vous souhaite a tous une excellente et heureuse vie. Je vous souhaite de voyager, je vous souhaite d'avoir un cœur ouvert et tolérant, je vous souhaite d’apprécier les belles choses qui vous entourent, et je vous souhaite tout le bonheur du monde a vous et a votre famille.

J'ai pleins de pensées que je ne pense pas réussir a exprimer dans mon état actuel.
Mais je pense que l'essentiel est la. J'ai adorer ses années avec vous. Merci.

TL;DR : J'ai mal et j'ai peur.

Un Ghostfag qui vous aime.

Putain j'ai eu un flash

youtube.com
Et je me suis souvenu de cette vidéo de Poulpe et voila je devais le dire à quelqu'un !
Ptet g/Nostalgie

Je ne tombe pas souvent amoureux d'une fille #3

Je ne pensais pas que ça arriverai un jour mais cette box est une suite à http://choualbox.com/BCJsx
Cette box va être longue alors j’invite les chouals à se munir d’une tasse de café, d’un pâté en croûte ou alors à aller se branler sur le g/porn si c’est trop chiant (ça sera peut être plus productif physiquement parlant). Alors avant tout, ca ne va pas être une histoire “ouiin elle m’a quitté la sdp :’(((“ comme c’est le cas généralement si ça peut en rassurer quelques uns.
Mais il va quand même falloir que je fasse un rapide prologue de la période post-#2.
Cette fille on va l’appeler “Y” pour une fois.

Prêt ? Vous pouvez commencer à couper le pâté en croûte.

Après notre rupture, on avait coupé les ponts un peu, ne se parlant qu’à quelques rares occasions, histoire de savoir ce que l’autre devenait uniquement. Arriva l’été (2014 si je ne me trompe), revenue pour une semaine de vacances, on ne s’était vu uniquement 2 jours, bien que ce soit difficile pour nous deux, on avait pas eu trop d’occasions de se parler seul à seul vu qu’on était entourés d’autres personnes. Ce n’est qu’au moment de partir, lorsque l’on s’est enlacé que j’ai su qu’il y avait toujours quelque une petite chose entre nous, qui nous empêchait de nous séparer encore sereinement. Mais bien sûr, elle repartit pour Dubaï, me laissant un goût assez amer de ne pas avoir pu profiter de sa présence comme je l’aurais souhaité à l’époque.

Petit saut dans le temps de 1 an (donc été 2015), on ne s’était quasiment pas parlé de l’année, elle ne répondait presque pas aux rares messages que je pouvais lui envoyer ce qui m’avait mis en colère contre elle. A ce moment là je m’apprêtais à déménager dans une autre ville pour mes études, je venais tout juste de réussir à me trouver une copine avec qui je m’entendais extrêmement bien. A ce moment là, Y revenait une fois de plus pour quelques jours. Toujours en colère contre elle, je ne comptais pas tant la revoir que ça mais celle-ci semblait tenir à m’expliquer le pourquoi de son comportement et insistait vraiment lourdement. A ce moment là je me suis dit “meh. allez, pourquoi rester en de mauvais termes”. Alors on se vit l’espace d’une après-midi, elle me raconta son année, assez difficile pour elle où les merdes lui sont tombées dessus les unes après les autres (je vous passerais les détails). A ce moment là, la faute fut à moitié pardonnée, et on resta le reste de l’après midi à discuter comme si rien ne s’était passé, elle gardait en elle toujours une grande tendresse envers moi et j’ai remarqué aussi des tentatives de contact tactile assez non anodine pour être seulement de l’amitié. Je n’y prêta pas plus d’attention que ça et l’après midi se termina.

Suite à ça, mon déménagement à eu lieu, à moi la vie étudiante et son lot de pâtes à manger chaque jour. Cette année fut compliquée: ma relation avec ma copine s’est détériorée lentement ainsi que très douloureusement et le fait que je sois seul dans cette ville m’a beaucoup affecté, ce qui a eu par conséquent un impact sur mes études (du coup j’ai raté mon année lel). Bilan de cette année scolaire (2015-2016 donc), un échec total, limite nervous back down comme on dit de part la manière dont c’est terminée ma relation pour laquelle j’avais tant donné de ma personne (pendant près d’un an). Suite à ça je suis rentré chez moi, soulagé de retrouver de vieux amis mais aussi quelque peu brisé. (Là le prologue se fini, tu peux aller chercher le fromage, je te conseille une petite tomme de Savoie, y’a rien de mieux.)

Il y a pas si longtemps, Y me contacte, m’apprend qu’elle revient l’espace d’une semaine dans les environs pour passer du temps avec nous et qu’elle désire me voir. Sachant que l’on s’est très peu parlé, j’en étais heureux de pouvoir passer un petit moment avec elle histoire, de se remémorer de vieilles histoires. Elle arriva donc dans ma charmante ville cette semaine et l’on s’était dit que l’on se verrait le mardi. C’est alors dans l’après midi, alors que j’attendais de ses nouvelles pour la rejoindre, que l’on s’est croisé en ville avec une de ses amies proches. Elle s’empressa de finir sa conversation avec son amie pour qu’on puisse alors être seul à seul, un empressement assez inhabituel. On s’est alors retrouvé, à discuter de ce qui était nouveau, à rire de ce qu’on est devenu, toujours avec cette proximité intacte, que l’on aurait gardé toutes ces années, la proximité physique plus insistante que d’habitude encore et toujours avec une immense tendresse, une grâce et un naturel qui m’ont toujours envoûtés. Elle m’expliqua qu’elle a été un peu jalouse d’apprendre que j’avais une copine, qu’elle trouvait ça complètement aberrant que cette fille gâche ce que elle avait tant souhaité avoir. On s’est alors tout les deux dit que notre relation n’avait jamais eu ce qu’elle méritait et qu’on en était déçu tout les deux. A ce moment là, j’aurais dû quitter Y pour rejoindre une fille rencontré à une soirée pour boire un verre, mais bon, je passais une très bonne aprèm’, pourquoi ne pas repousser le rencard un peu ? On continua à parler et à renouer des liens qu’on avait tout de même un peu perdu de vue avec le temps, mais tout me semblait pourtant intacte. Au moment de la quitté pour rejoindre une autre, j’en avait pas vraiment envie. Le fait qu’elle me pris dans ses bras me prouva que elle non plus. Elle me demanda alors de venir une soirée qui se passait chez un très bon ami a moi.A sa manière de me regarder, il n’a pas fallu très longtemps pour me convaincre. Je pris mon bus, et pria pour que ce verre se finisse rapidement.

Ce verre fini, je m’empressa de rejoindre cette soirée. Les regards se sont fait plus nombreux au fur et à mesure, celle-ci cherchait toujours alors à me prendre les mains ou à se coller contre moi. Peu à peu, chacun de ses regards se transforma en une caresse infini dans mon esprit, ce même regard dans lequel je me plongeais il y a bientôt 3 ans de cela. Les vapeurs d’alcool se mélangères alors à cette ivresse qui s’était emparée de nous il y a quelques heures de cela. En y pensant, cette situation pour nous était complètement vide de sens mais était pourtant toute aussi évidente. La pièce se vida l’espace d’un instant pour que les fumeurs aillent se remplir les poumons de goudrons, on se retrouva alors seul, on ne chercha même plus à trouver une raison de ne pas aller plus loin, alors on s’embrassa. Je crois bien que jamais quelqu’un ne m’a regardé comme elle l’a fait par la suite (même elle lorsqu’on était en couple), un mélange de gêne, de satisfaction et de désir à la fois accompagné d’un sourir rempli d’affection .On était juste là, à se dévorer du regard pendant des minutes entières en silence, tel qu’on le faisait lorsque l’on était ensemble .Tu vois ta mère ? Même elle ne te donne pas autant d’affection (bon après tu habites peut être dans le nord donc bon).

Suite en commentaire.

Artiste: Stuntkid

Projet distributeur nourriture #2

Suite à :
http://choualbox.com/n6rjt
http://choualbox.com/Xgda5

Petite cool-story sur l'avancement du projet :

Choses à faire rapidement :
-Aller voir les mairies
-Réaliser l'étude de marché

Par le suite il faudra trouver un nom et un budget

Mais je fais surtout cette box car en plus des superbes informations des chouals,
à une heure de chez moi j'ai rendu visite à non pas 1, non pas 2 mais 3 distributeurs automatiques !
Le tout dans la ville de Bourges, au niveau d'une station service, la gare SNCF et le centre commercial.
Du coup j'ai fait l'espion pas très discret, la société est de 2006 et a du s'installer petit à petit.
Commencer petit sans plats chauds ne me dérangerai pas vu que je n'ai pas beaucoup de fonds, ensuite sur une des zones il y a une magnifique micro-ondes pour les pasta-box et autres...

Tout ça pour dire que je ne veux pas faire pareil mais que ça me donne de l'inspiration, place à l'image : (j'essaye de mettre des gifs en com plus tard)

Vos coïncidences, synchronisités ?

Il m'est arrivé un truc pas banal aujourd'hui, enfin tout est relatif...
Je voulais m'acheter un truc sur Paris, je cherche des boutiques sur google et je tombe sur cette photo, mais je m'en fou un peu, je n'y prête pas intention. Je voulais en profiter pour me faire une petite balade parisienne, j'aime bien marcher au hasard dans les rues, guidé par l'instinct (ça peut déboucher sur des aventures mémorable).
Je prend la ligne 3 et décide, au pif, de descendre au centre de la capitale à l'arrêt Sentier. Je marche pépouze, une clope au bec, aucune direction précise en tête. Au bout d'un moment je reconnais le quartier, je suis déjà passé par là, alors je prend un chemin nouveau. Une rue plus loin je tombe sur la boutique que j'avais entrevue sur internet, ça m'a fait un ptit choc : merde, j'avais combien de chance de tomber dessus ? Je m'y attendais pas...
Je sais pas si l'inconscient joue un rôle la dedans, mais ça m'arrive souvent ce genre de chose, genre je pense à une musique, j'allume la radio et je tombe dessus. Je pense à quelqu'un et je le croise dans le rue ou je reçoit un coup de fil venant de sa part.
C'est soi-disant la "sychronicité" (conférence tedx là dessus : https://www.youtube.com/watch?v=4tPB5i-sg20)
Une derniere anecdote, lorsque j'ai vue cette video la premiere fois il y a quelques temps, mon pére avait décider de dormir seul ( probleme de sommeil, comme moi) on était dans le même étage tout les deux. Au moment où je termine la vidéo, je décide de pisser. Et exactement au même moment on ouvre nos portes pour aller aux chiottes. Pile poil synchronisé, c'était exactement le sujet de la vidéo que je venait de voir.
Ça me fait poser des questions, il y a beaucoup chose qui se passe sans que l'on s'en aperçoive.
Racontez nous donc vos moments de synchronisité ou coïncidence, j'imagine qu'il doit y en avoir de surprenantes.

En passant dans mon debarras

J'ai retrouve ma ps1 avec quelques jeux, notamment le cd de demo des sortie d'hiver de 98 avec Ghost in the shell, Tekken 3, Medievil, Spiro, Crash Bandicoot. J'ai egalement remis la main sur l'exode d'abe et Metal Slug X ! Enfin bref ca fait plaisir, je dois avoir Gran Turismo 1 dans un coin faut que je remette la main dessus.

Le site internet le plus pourri au monde

http://www.thebadside.com/article/liste/2198/2

Voilà, je viens de découvrir ça. Je sais pas si c'est un bug ou s'il n'y a vraiment rien sur le site.

image un-relaté

Préparez les oranges... Reviens gamin!

A force d'aider un gamin au bord du précipice...
réponse à une vidéo faite par gooby et moi, pour rendre service à un jeune talent qui a été censurée par le demandeur et à signalé la vidéo à qui de droit,
alors qu'on voulait bien faire...

Traces qui font tache #kenlejoursuivant

Je suis parti en vacance en oubliant de tirer la chasse après mon caca d'avant départ.
Après 3 jours de bain de javel cet enculé de trône ne veut pas paraître visuellement acceptable à une quelconque visite de dernière minutes.
J'en appel à votre aide, mon pénis vous implore.
y'a quoi de plus efficace que la javel sans risquer de faire fondre la dalle de ma maison par la même occasion ?
J’hésite presque à le vider pour y mettre un coup de peinture blanche sa mère

(NSFW) Tout seul ce soir...

J'ai retrouvé ce bouquin,
Je vais prendre un bain, avec des trucs de fille qui font de la mousse. Avec 2 Atlas. 2, 3 trucs en plus, bref, jt'enmerde,
Puis je vais essayer de ne pas m'endormir en m'astiquant gentiment en écoutant BJork,
si je sors (j'adore foutre la tête dans l'eau jusqu'à boucher mes oreilles, juste le nez te tiens en vie)
je sortirais nu comme un guerrier grec qui a connu la bière
Je vais prendre une serviette propre, aller fumer à poil sur le balcon et enfin,

me branler sur ce fameux dvd qui réunis les films pornos du 19eme, vendus sous le manteau à l'époque,
bien plus bandant que le porno actuel.
Mon chat déteste ça,
je prend toujours 4 feuilles de sopalin. éponger, et nettoyer le sol devant la télé.
Afficher la suite

25 euros pour une soirée en Enfer

Bon j'étais hier soir au Rooftop des Terrasses du Port à Marseille pour voir le DJ set de Kavinsky. Je m'en suis toujours pas remis.

Une prog annoncé le jour même sur la page facebook du Rooftop, un premier DJ qui passait de la merde, Kavinsky qui même s'il reste 1h30 ce qui est plutôt pas mal passe des sons moyen (le remix dubstep / electro de Killing in the name omfg j'ai chialé), les gens présents qui avaient un respect proches du zéro absolu qui te poussent te marchent dessus te renversent leur verres dessus pas un pardon pas un regard rien du tout.

Bref j'ai perdu 25e hier soir, déception pour Kavinsky que j'attendais avec impatience.

Des chouals y étaient ? Y'a que moi qui me suis fait chier et qui soit déçu ?

J'aime ces fins de journées.

J'aime ces fins de journées.

Tu parts du taff, t'es à l'aise blaise, heureux de rentrer chez toi après une journée de boulot bien remplie.
Donc t'es dans le métro, casque sur les oreilles à écouter ta playlist de l'amour, t'arrives à ta station pour prendre un train dans lequel tu sais que tu vas crever de chaud parce que ses cons de la sncf sont pas foutu de mettre à jour leur réseau de merde.
Et là, tu remarques qu'il y a beaucoup de monde à St Lazare, bon normal c'est une gare à gros trafic, mais tout de suite ton œil avisé de Transilien capte direct que les panneaux d'affichage t'indiquent que ta ligne habituel subi des retards.
Il est 18h00, le 17h31 n'est toujours pas partie et est annoncé avec 40min de retard, petite annonce en gare "suite à des personnes se trouvant des les voies, le trafic est perturbé sur la ligne J et L".

Bon... on va wait un peu.

18h30, le train de 17h31 n'est toujours est toujours en gare avec un retard annoncé de 1h40 sur les panneaux, un pote m'a rejoint j'le motive pour tracer jusqu'à la Défense et prendre le car, allez c'est tipar.

Arrivé à 19h15 devant devant le car, il part à 19h22, cool bientôt home sweet home, une bonne douche, un bon repas oklm.

Et oui, mais non, dans ton cul lulu, pas de Gaz dans le quartier à cause d'une fuite dans la matinée que les personnes incompétente de GDF n'ont pas réparée.

Donc bah la douche, hein...

Le plus beau métier du monde #16

Tome 1 – Epilogue

Cette première année en tant que prof fût riche en événement mais surtout en enseignement. Je ne parle pas d’enseignement envers les gamins qui, bien sûr, à marcher plus ou moins bien, mais d’enseignement sur moi-même, sur le métier de prof, sur la manière d’engranger un savoir et de le transmettre.

On dit souvent, et parfois à raison : « Si on ne sait pas faire un truc, on l’enseigne ». Et c’est vrai que j’ai connu quelques profs totalement incompétents mais pourtant tout en haut de la hiérarchie professorale, bardés de diplôme en tout genre, mais qui ne savent pas transmettre le savoir qu’ils ont eu, qui ne savent pas donner envie aux gamins voir même qui ne savent carrément pas tenir une classe. Cependant, la plupart de mes collègues ont été de très bon conseil, m’aidant à la moindre difficulté que j’ai pu rencontrer, me réconfortant après une heure de classe extrêmement difficile voir même me félicitant d’avoir tenu bon et de n’avoir jamais lâché. Et pour cela je les en remercie.

D’ailleurs, j’en profite pour parler d’un point qui n’apparait pas trop dans mes précédents récits. Il est vrai qu’être remplaçant dans une salle des profs n’est jamais facile, encore moins lorsqu’on est nouveau dans la profession, et encore moins quand en plus on est que contractuel (donc pas de CAPES). Cependant, il faut parfois s’imposer et dire qu’on existe. Il ne faut pas hésiter à aller vers les autres, et on remarquera très vite que ça peut aider. Donc, pour les futurs enseignants qui me lisent, n’hésitez pas à discuter avec vos collègues en salle des profs, avec vos voisins de salles, avec la direction… Se ne sera pas toujours facile, certaines équipes seront même de vrais connards, mais c’est bien mieux pour le moral et pour les gamins d’être intégré dans la bande.

Et puis, j’ai également appris à ne pas noter tout le monde pareil. Alors j’en entends déjà certains hurler à l’injustice (putain on dirait mes petits cons de troisième !!!), mais je vous arrête tout de suite. Je ne parle pas des notes en tant que tel mais des attentes que l’on peut avoir de chacun. Quand j’étais gamin, je me disais toujours qu’en tant que prof jamais je ne ferai ça, mais il est vrai que parfois on va féliciter un gamin qui a réussi à avoir 10 alors que son voisin qui a 16 se tape une vieille appréciation en mode « T’as rien glandé ! ». Car oui, c’est con à dire, mais on ne nait pas égaux. Certains ont des facilités, des capacités. Certains travaillent d’arrache-pied pour se taper un 8 alors que d’autre n’ouvrent même pas leurs cahiers et se tapent 18.

Je me doute à quel point ça peut être rageant pour le mec qui a 8 de voir son pote qui lui à 18 (j’étais dans la deuxième catégorie). C’est donc à nous profs, d’expliquer au gamin qui a 8 que c’est très bien, qu’il a des difficultés et que même si sa note lui semble pourri, ça ne veut pas dire grand-chose. Et aussi aller engueuler celui qui à 18 pour qu’il bosse et aillent plus loin.

Mais vous me direz : « Mais t’es un FDP ! Pourquoi tu viens faire chier le gamin qui a 18 ? ». Parce que justement, toute ma scolarité j’ai été ce gamin qui a 18 en n’en glandant pas une. Du coup, lorsqu’il a fallu se mettre au boulot, je n’en n’étais pas capable. J’aurai pu faire autre chose, devenir médecin, chercheur, ingénieur… Mais quand on n’a jamais appris à travailler…

Et puis, il y a autre chose à prendre en compte dans les relations avec les gamins, c’est le cadre de vie. Certains ont la chance d’avoir papa maman qui sont derrière eux, qui se soucient d’eux, qui ont les moyens de les aider (voir même pour certains beaucoup trop). Et il y a ceux qui ont une vie de merde. Et c’est difficile de voir à 14 ans, une gamine qui vient à l’école une fois par semaine, qui doit s’occuper de ses petits frères avant d’aller au collège, qui se fait frapper par son père alcoolique (je parle de plusieurs cas en même temps)… Et c’est d’autant plus dommage quand tu vois que la gamine se renferme sur elle, qu’elle lâche l’affaire et qu’elle se dit déjà qu’elle ne peut pas avoir mieux. Alors oui, on n’est pas des assistantes sociales, mais combien de fois j’aurai aimé pouvoir faire quelque chose de plus. Donc on se contente de lui offrir une heure de liberté dans ton cours. Une heure durant laquelle tout le reste n’existe plus… Et durant laquelle on s’occupe d’elle pour une fois.

Et putain, qu’est-ce que c’est dur quand arrive la fin de l’année, qu’on sait qu’on ne reverra probablement plus jamais ces gamins là et qu’on se dit qu’on aurait aimé faire plus…

Heureusement, la fin d’année offre également des moments beaucoup plus décontracts. On fait des jeux avec les élèves, on fait des sorties… Bref on passe à autre chose. Et ça fait plaisir de voir les élèves passaient la barrière de la relation prof/élève pour avoir un moment de rigolade… On arrive parfois à leur apprendre des choses même pendant un jeu, et ce sans qu’ils s’en aperçoivent.

Certains qu’on a pu engueulé toute l’année vienne vous voir en disant que vous avez été le meilleur prof qu’ils ont eu. Sur le coup tu comprends pas car t’as passé ton année à lui gueuler dessus, mais tu vois bien au fond de lui qu’il te remercie pour ça. Vous savez, les gamins ont beau être shootés à la télé-réalité et à internet, ils sont loin d’être con et savent très bien qu’on fait ça pour eux. Je retiendrais particulièrement une de mes quatrièmes qui est venu me donner un petit porte-clés fait en cours de techno, juste comme ça. C’est une babiole, c’est mal fait, mais c’est un truc que je pense garder le plus longtemps possibles (comme les mots de mes cinquièmes qu’ils m’ont écrits).

Bref, l’année est finie et je sais que je ne serai plus dans ce collège (après plusieurs péripétie, l’académie a préférée mettre des personnes totalement nouvelles au lieu de garder un prof qui voulait rester, que les élèves voulaient garder, que le principal et le corps enseignant voulaient également garder, tout en ayant déjà proposer plein de projet pour l’année prochaine. En gros la connerie de l’administration). La plupart de ces petits cons vont me manquer. Peut-être est-ce que je m’attache trop à eux. Mais en tout cas je suis content d’avoir fait quelque chose pour eux, de leur avoir enseigner le plus possible, de leur avoir montré pour certains que ce qu’ils pensaient difficiles est en fait tout con, d’avoir réussi à les faire rire tout en leur apprenant tout et n’importe quoi (vive les digressions qui au final durent l’heure entière)… En gros, d’avoir fait mon boulot de prof du mieux possible.

A l’heure actuelle, je ne sais toujours pas où je serai, si j’aurai un poste à l’année, si je commencerais à la rentrée, voir même quelle matière je vais enseigner. Mais, même si j’ai apprécié ces vacances bien reposantes (et surtout méritée car malgré tout je n’ai pas arrêté surtout en fin d’année (d’ailleurs pour cela que j’ai mis un certain temps à écrire cette boxe)), j’ai hâte d’avoir à nouveau des élèves face à moi et de reprendre mes cours en donnant le meilleur de moi-même.

En espérant que cette fois, ils ne me tueront pas…

Les chaines de top et de gaming

Voilà, je me lève, il est 13h45 du matin. Je suis en vacances... Et les youtubeurs intéressants aussi...

Rien d'intéressant à regarder et pourtant j'en ai un paquet d'abonnements ! Beaucoup de vieilles chaines pour la majorité d'entre elles (genre de cinq à sept ans). Mais puisque l'été ils ne sont pas actifs et que l'été internet est rempli, tel le vagin d'une pute polonaise dans un gangbang, d'une horde de summerfags il ne reste plus que les chaînes YT dédiées à leur capacités de compréhension et de profondeur d'humour. J'ai nommé : Les chaines de top et les chaînes de gaming !

Les chaînes de top, c'est pile le genre de chaîne quand t'es curieux de savoir qu'un truc existe, mais... qu'en réalité t'as pas du tout envie de te faire chier à savoir comment sa marche.
"Bonjour ! Voici le top 10 des trucs qui existent que vous ne saviez pas qu'ils existaient : N°10: ça existe ! N°9: ça existe ! N°8:" etc... etc... trente secondes par sujet, la vidéo dure cinq minutes et au final on s'endort presque aussi con qu'on ne s'est levé.

Les chaînes de gaming, très populaires parmi les jeunes qui sont trop pauvres pour s'offrir un PC ou un console (ou les deux), permettent de délocaliser votre fun et au passage de vous spoiler tout le scénario d'un jeu. Les seuls trucs que je regarde à ce niveau-là sont les speedruns, le joueur se fixe un objectif difficile. Ce qui est à mon sens plus intéressant que de regarder Kevin faire péter des voitures sur GTA pendant huit heures.

Alors du coup... Qu'est-ce que vous regardez l'été ? Quelles chaînes intéressantes sont actives ?

Putain de chat

Y'a un putain de chat qui c'est battu cette nuit, il c'est fait boloss et maintenant il est en train de crever oklm dans mon jardin avec le bide à moitié ouvert et plein de mouches.

J'ai fait le tour des maisons voisines, tous c'est putain de fdp sont encore plus associales que moi, 0 fucking sonnettes dans toute la rue.

J'en fait quoi du coup de ce putain de chat ?

Connexion free

Salut les gens aujourd'hui j'ai été sur le speed test car ma connexion était vraiment très très lente, je suis chez free depuis un moment, dans une autre ville j'avais une très bonne connexion je téléchargeais à 14 Mo secs et j'avais 12 de ping.
maintenant que j'ai déménagé dans une autre ville ( plus grande) ma connexion ne marche PLUS DU TOUT " preuve en image " je sais pas quoi faire j'ai appelé FREE il mon dit " oui dans votre appart les 3 mecs qui ont free donc vous perdez en connexion et puis pour nous tout et normale '" mais oui tout et parfaitement normale.
Donc je demande de l'aide si des gens ont une idée de quoi leurs dires ou que faire je suis preneurs.


LINK DE MA CONNEXION : http://www.ariase.com/fr/free/freebox-revolution-adsl.html

Une quête pour les Chouals voyageurs !

Pour les Chouals au Vietnam en ce moment, où à venir, j'ai laissé un message dans le restaurant "Gecko" au 40 Hang Manh Street dans le quartier Hoan Kiem à Hanoï.
Il est disposé sous une plaque de verre sur la table devant les escaliers au fond.

Un cookie pour la personne qui prendra une photo !

Péripéties d'un carabin à l’hôpital 38

Hey !

L'ami Steamer m'a rappelé que j'étais absent depuis un petit moment, c'est pour cela que je prends le clavier aujourd'hui. Cette année a été rude, j'ai beaucoup taffé, eu peu de temps pour moi mais j'ai pu la valider après avoir affronté un tunnel de partiels.

A part ça je reviens tout juste d'un séjour de 5 semaines au Vietnam où j'ai à la fois profité de vacances méritées mais aussi "travaillé" dans l’hôpital international d’Hanoï. Vous remarquerez les guillemets, en effet une seule assurance française nous assure à l'étranger pour les stages médicaux, et nous avons l'interdiction totale de pratiquer. C'était donc un stage d'observation...où j'ai bien évidemment pratiqué des gestes médicaux.
J'étais en chirurgie pédiatrique, et j'ai pas mal d'anecdotes à vous raconter :

- Les consultations du matin se déroulaient avec parfois 5 familles en même temps (Secret médiquoi ?), tout le monde entendait tout ce qui se disait, et quand le motif de rendez-vous était urologique (la plupart du temps) les petits garçons sortaient leur pénis devant une foule entassée dans une petite pièce.

- Le médecin des consultations que je suivais examinait 15 gamins l'heure, ne se lavait quasiment pas les mains, et j'ai longtemps cru que la boîte de gants jetables devant lui était décorative. Jusqu'au jour où une famille très friquée à amener son gosse, et que les deux bouts de latex sont enfin sortis de leur écrin...

- Il n'y a pas de solution hydro-alcoolique dans les hôpitaux vietnamiens, sachant qu'en France on en utilise des baignoires par personne et par jour, c'est assez déconcertant.

- Les transmissions orales des infirmières le matin sont INTÉGRALEMENT manuscrites sur un carnet, au mot près. Autant en France ça peut être long parfois, mais là ça relevait carrément du monologue de 30 minutes.

- Au Vietnam quand tu souhaites avoir recours à des soins, tu dois payer des pots-de-vin constamment. Pour accoucher dans de bonnes conditions tu raques, pour avoir une péridurale tu raques, pour envisager un post-partum reposant...tu raques. C'est la norme là-bas, et cela dans tous les domaines médicaux.

- Gêné un médecin m'a avoué qu'il y avait beaucoup de micro-pénis non pris en charge dans le pays, car les parents considéraient à tort le sexe de leur enfant/ado de taille normale.
Bon ok, j'ai pouffé intérieurement quand j'ai entendu ça.

- Durant les opérations sont utilisés des champs opératoires en tissus, donc lavables et réutilisables, contrairement en France où tout est jetable. C'est ainsi qu'une fois, après la prise en charge d'un phimosis par une circoncision, j'observe l'aide-opératoire mettre en boule les draps souillés, sortir dans le couloir du bloc et les jeter dans le bac de la lingerie. SAUF que sur le chemin un bout de prépuce se fait la malle, et s'exhibe fièrement sur le sol du couloir. Il y est resté un bon moment et se retenir de rire a été sacrément compliqué.