XMaidoX 2528

Envoyer un message

Film à ne pas voir : Premier Contact de Denis Villeneuve (2016)

Bon là je sais que je ne vais pas me faire que des copains, mais c'est juste que je ne comprends pas l'engouement qu'il y a sur ce film, que ce soit des spectateurs ou même des critiques de façon assez massive.

Je vous fais juste parvenir ma critique sur celui-ci donc :

Un an après son quelque sympathique Sicario, le réalisateur de Prisoners ou encore Enemy revient vers nous avec son premier film abordant le genre de la science-fiction, Premier Contact. Et pour annoncer la couleur, ce film vient de détruire en moi les 0.00001% de chance que Blade Runner 2049 censé sortir en 2017 du même réalisateur soit bon. Pourquoi donc me direz-vous ? Eh bien venez avec moi !

Première chose qui vous transperce la rétine quand le film commence et qui s’affirme de plus en plus au fur et à mesure du film : La photographie. Bon Dieu que c’est moche ! Je sais que chaque personne a sa propre approche et sa propre attache par rapport à l’imagerie d’un film, mais ici, même si c’est sûrement un parti pris, on se retrouve face à un film moche pour les raisons suivantes :
- Tout est sombre, mais vraiment tout, comme si quelqu’un avait baissé la luminosité de tout le film, ce qui rend le film très irritant à regarder car cet effet ne rend pas hommage à ce que nous voyons. Concrètement, par cette assombrissement permanent, les visages, les acteurs, les décors, les paysages etc ne sont pas mis en valeur, semblent être relayés à des outils de scénario n’ayant aucune importance.
- Toutes les couleurs sont dé-saturées, tout apparaît comme terne et sans vie, que ce soit au début ou à la fin du film. Encore une fois ceci est sûrement un parti pris, mais cela rend de nouveau l’expérience cinématographique très désagréable et donne de nouveau une imagerie que je qualifierais de moche.

Certains effets spéciaux ont réussi à me faire saigner des yeux, notamment celui où Ian appréhende le changement de gravité dans le vaisseau et saute quand même. A ce moment-là, on a une gerbe visuelle tellement la motion capture semble galérer à retranscrire le visage dans la combinaison, jusqu’à même remarquer des images en moins sur le mouvement de tête d’Ian quand il se relève. Apparemment, les 60 millions de dollars de budget n’ont pas très bien servi dans cette branche du film.
En parlant d’Ian, à noter sa totale inutilité dans le film (à part une seule fois avec son petit calcul de fraction, relayant donc le personnage pas comme personnage principal comme affiché sur l’affiche, mais comme pauvre personnage fonction). De plus, le twist final révèle lui-même qu’au final, les personnages ne sont pas des personnages du film, mais juste un rouage du scénario. C’est comme si le film était en fait déjà écrit antérieurement, et que Villeneuve cherchait juste à nous en faire une reconstitution en essayant d’impressionner le spectateur avec du rien du tout. Ça nous met des grosses basses dans les oreilles, ça reprend ses propres plans de film qui n’avaient déjà rien de spécial, ça veut faire le malin en voulant faire un gros twist final, twist qui détruit en fait le film et le rend sans queue ni tête.
Juste 2 exemples pour prouver cela [SPOILER ALERT] : au début du film, le personnage de Louise nous est introduit à travers ce que nous pensons être des flashbacks, avec son mari parti, élevant seule sa fille, sa fille mourant d’un cancer vers l’adolescence, et donc Louise se retrouvant complètement seule. On retrouve alors Louise dans le « présent », comme sans vie, vivant seule dans ses propres souvenirs, dans sa mémoire. Mais vu qu’à la fin du film, on nous annonce qu’en fait tout le début du film pour introduire le personnage n’est pas des souvenirs mais est ce qu’il va arriver, cela signifie que tout ce que le personnage de Louise au début du film jouait est totalement artificiel et faux pour que nous croyons à l’histoire.
2ème exemple : à plusieurs moments, nous voyons le personnage de Louise avoir des flashs de moments passés avec sa fille, comme si elle était traumatisée de ce qui lui était arrivée. Le film nous prouve aussi que nous sommes intérieurement dans l’intériorité du personnage de Louise (cf la scène de l’hélicoptère où elle met le casque pour entendre Ian). Nous avons déjà entendu sa voix off et sa pensée. Alors pourquoi est-ce au bout d’une heure trente de film que le personnage se pose la question : « Qui est cet enfant que je vois dans ma tête ? » De nouveau cela n’a aucune logique et sert juste à préparer le petit twist final de Villeneuve. Tout est fait dans le film pour que nous soyons surpris du twist final, et ceux au prix de nombreuses incohérences, révélant alors 2 choses : d’un une mauvaise écriture au niveau du scénario et de 2 une très mauvaise mise en scène de Villeneuve qui ment et triche entièrement aux spectateurs juste pour faire fonctionner un twist très plat. Personnellement je nomme ceci comme une technique ultra putassière afin de faire croire à l’histoire de personnages qui sont donc au final que des rouages de scénario.

Le film semble aussi n’avoir aucune gêne à repomper d’autres films à gauche à droite : les plans de faux flashbacks complètement pompés de Tree Of Life de Terrence Malick, les plans d’entrées dans le vaisseau, les tenues des personnages, le touché de la vitre, tout entièrement pique à la scène de la Lune dans 2001, l’Odyssée de l’Espace de Stanley Kubrick, le scénario même pris de Rencontre du Troisième Type de Steven Spielberg, etc. Et notez bien que je fais la différence entre maniériste et repompage, entre copier et voler : Brian De Palma est un maniériste, ici Villeneuve est un voleur.

Le montage aussi est à vomir avec le son. En permanence en plein milieu des scènes, on nous remet les scènes de faux flashbacks avec Louise et sa fille qui n’ont aucun intérêt et cassent juste le rythme du film. Ça essaye de créer des émotions et des ressentis avec du pathos alors que tout semble aseptisé, comme toute la pièce où les humains communiquent avec les heptapodes (nom des aliens dont le design reste à revoir, perso ils me font penser au final à des bouchons de champagne avec des pattes). On attend presque qu’une heure pour qu’il se passe enfin quelque chose, et sur un film d’environ 1h55, ça se ressent. Comme dit au début de ce paragraphe, le mixage son est juste… horrible, aucun autre mot pour décrire. La musique est insipide et générique, les bruitages sont sous-mixés ou sur-mixés, pas de juste milieu, et les dialogues n’ont pas d’intérêt ni d’enjeu (sur un film qui base son twist final aussi sur le langage, paradoxe quand tu nous tiens !).
Et quitte à voir un film sur l’importance du langage, je préfère voir Inglourious Basterds de Quentin Tarantino qui traite ce sujet, parce qu’ici avec leur espèce de fin mielleuse et style « humaniste » alors que durant tout le film, on nous dit que les méchants, c’est les chinois, les russes et les pakistanais, ça n’a pas l’air de trop assumer ce qu’on fait à ce que je vois !

Pour finir cette critique, je vais de nouveau parler de la fin du film [SPOILER ALERT]. En lisant et écoutant plusieurs personnes parler du film, ils ont décrit leur dernier geste de Louise de malgré sa connaissance du futur et ce qui arrivera à son couple et sa fille, elle ne dit rien, comme si elle se sacrifiait. Cependant, le film auparavant affirmant lui-même qu’il n’y a qu’une seule continuité du temps, vu qu’elle est obligée de voir le futur pour sauver le présent, et que ce futur est celui qu’elle est en train de construire au présent, ce n’est pas un sacrifice mais une fatalité, le film essayant donc de nous mentir de nouveau pour nous essayer de nous donner des émotions avec du mauvais pathos.

Avec ce film, Denis Villeneuve nous a prouvé qu’il ne sait pas faire de la science-fiction. Et comme dit au début de la critique, celui-ci réalisant la suite du meilleur film existant au monde, nous allons sûrement frôler le suicide artistique en 2017… et le mien sûrement également…

Bleeder (1999) de Nicolas Winding Refn vient de "ressortir" au cinéma

C'est même plutôt sa première sortie en France.

Je sors de séance, c'était juste... juste... génial, je vois pas d'autres mots. Jetez vous dessus pendant que tous les pignoufs s'emmerdent à aller voir Docteur Strange. ♥

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=58033.html

The 80's Guy Mix #8 : The Week Before Halloween

youtube.com
Tracklist :

0:00 Dance With The Dead - Nightmare On Elm Street Theme
3:31 Gost - Erotic Night Of The Living Dead
7:26 NightRunner - Those Creepy Kids
12:22 Carpenter Brut - Le Perv
16:31 Absolute Valentine - Terrordrome
20:05 Lacrema - Deadcall
24:30 Mega Drive - Maniac
30:34 Perturbator - The Darkest Alleys (Final Stage)
35:53 Street Cleaner - Facing The Beast
39:33 KILLER INSTINCT - Sadism
45:00 SurgeryHead - Witch
48:56 Julian Winding - The Demon Dance

The 80's Guy Mix #7 : Just A Dream ?

youtube.com
Tracklist :

0:00 Synthasyzor - John "The Night Cruiser" Donson
5:00 Level -1 - Robotic Angel
9:11 80tribe - Android Love
13:12 VHS Dreams - Downtown
17:07 7DD9 - When She Came
20:44 Tommy '86 - Offshore
25:21 Xetrovoid - In The Quietness Of The Night
29:27 CYBERCORPSE - Somatic Machine
33:33 Android Automatic - Watching Stars
37:03 Advection Stride - Star City
42:51 Syntax - Longmore
47:47 Lacrema - Acie

The 80's Guy Mix #6 : Judgment Day

youtube.com
Tracklist :

0:00 SurgeryHead - B-Movie King
5:19 Christine - Estatic Sole
10:27 Noir Deco - Charged And Ready
14:17 Perturbator - Raw Power
19:20 KILLER INSTINCT - Gunpoint
22:55 Dan Terminus - Restless Destroyer
27:30 Mega Drive - Acid Spit
32:09 Réno - Moleskine
35:28 Judge Bitch - Twelwe
39:17 Dance With The Dead - No Survivors
43:00 College - Une ville silencieuse
45:41 Vangelis - Rachel's Song
50:22 Depeche Mode - Pimpf

A ne pas voir : Don't Breathe (2016)

Pour faire simple, je vous copie colle ma critique de merde de senscritique :

"Si vous sortez récemment de votre doux foyer, vous pouvez lire sur les multiples affiches de ce film "Le meilleur film d'horreur de ces 20 dernières années." Eh bien j'aimerai fortement rencontrer la personne ayant écrit ces mots pour lui demander ce que celui-ci a branlé durant 20 ans... A moins d'être allé voir également le remake d'Evil Dead du même réalisateur, mais ça veut dire qu'il a vraiment des goûts de chiotte...

Ce film est juste une catastrophe sur pattes. Il est pour moi incompréhensible après son visionnage de comprendre l'engouement qu'il y a pour celui-ci.

Le gros problème vient pour moi du genre du film : horreur. Or, ce n'est pas un satané film d'horreur. Pourquoi me direz-vous ? Il y a plusieurs raisons à cela :

- Qui est le véritable méchant du film ? Un homme qui défend sa maison ou 3 cons de pré-adultes antipathiques dont on se contrefout dû à leur absence de charisme et qui tentent de cambrioler un homme aveugle ? Le film tente bien d'essayer de nous faire ressentir quelque chose par rapport à ces personnages, mais vu que leur développement est aussi plat qu'une galette bretonne, cela alors relève de l'exploit pour réussir à aimer ces personnages. Pour ma part, je me suis donc retrouvé rapidement à être du côté du vieux qui se défend des 3 abrutis (ah oui, ils sont vraiment très très dégénérés)
- Le film ne présente aucun enjeu, aucune tentative d'originalité (à part le pitch du film qui, sur papier, fonctionne, mais en donnant une caméra à un réalisateur qui a des pains aux raisins à la place des mains, ça se casse vite la gueule) et nous montre ce qu'on a déjà vu mille fois dans les films d'horreur. C'est un misérable décalque des bouses horrifiques qui nous sont lâchées depuis ces quinze dernières années type La Maison de Cire, The Eye et j'en passe...
- Et pour conclure, dites-le moi franchement, où est la peur, la tension, l'angoisse ? On a juste le droit à quelques jumpscares du pauvre rajoutés à gauche à droite (parce que les ados qui iront voir ce film adore les jumpscares, ces pige... euh pardon spectateurs) et de la musique "ouhlala qui fait peur je me fais pipi dessus". La seule chose qui motive un minimum dans le film, c'est de voir comment les personnages vont crever, et même cet aspect est foiré tellement les mises en scène des morts sont plates et inintéressantes.

Je pourrais continuer à en faire des tonnes et des tonnes, avec par exemple le réalisateur qui aime bien nous montrer "qu'il sait bien faire des travellings compensés". Bravo Alvarez, c'est bien, on l'applaudit ! Allez tiens t'as gagné un sourire.
Mais bon, si je continue de tirer sur l'ambulance, ça va encore faire scandale !

Je vous conseille donc à la place de lever vos petites fesses de votre siège pour aller voir ce film de merde de rester chez vous, de mettre une petite pizza au four, de prendre une bouteille de Coca avec vous et de vous mater un bon vieux slasher type Vendredi 13.

Et ça, c'est du tout bon !"

Bref, de la pure merde à 100% !

The 80's Guy Mix #5 : Chillin' In The Future

youtube.com
Tracklist :

0:00 Lacrema - Feels Pïlls
4:10 1986 - Journeys
6:59 2AM - Love U In The Dark
11:56 Night Driver - Memory
16:22 Gloom Influx - The Taste Of Salt (featuring Alojla)
20:30 Tommy '86 - Rebirth
27:39 VHS Dreams - Ocean Heights (feat. Satori in Bed)
32:53 Deathray Bam! - Illusions Bar
37:02 Dan Terminus - Retrieving Apparent Magnitude
41:38 Oceanside85 - All That Love
45:52 Syntax - Lilium (feat. Droid Bishop)
50:28 Advection Stride - The Magnetic Skeleton

The 80's Guy Mix #4 : Untold Horror Stories

youtube.com
Tracklist :

0:00 Noir Deco - Future Noir
4:43 Lazerhawk - Skull and Shark
9:18 VHS Glitch - Escape
14:52 Absolute Valentine - American Nightmares
20:00 EMMETT BROWN - Main Theme
23:30 Irving Force - Beverly Hills Mummy
27:48 Cluster Buster - Cleavage Vs Cleaver
31:47 CYBERCORPSE - Savage Blood
35:33 Mega Drive - Video Stalker
39:14 Perturbator - Ghost Dancers Slay Together
45:17 Power Glove - Crypt

Enjoy !

The 80's Guy Mix #3 : Driving Through Miami 2029 A.D

youtube.com
Tracklist :

0:00 VHS Dreams - Miami 2K15
5:10 Dan Terminus - Pepperoni Autodrive
8:38 Tommy '86 - Test Drive
15:18 Street Cleaner - Explosion
20:00 Deathray Bam! - Point of No Return
24:25 Judge Bitch - Tropicool
28:48 Sektor Hymn - 5150
32:03 Vulta - Twin Brother's Revenge
36:31 KILLER INSTINCT - Worship
39:31 Réno - Masquerade
43:28 VHS Dreams - Shanglin 2K15 (vs Alpharisc)

Love (Perturbator (Feat. Memory Ghost's Isabella Goloversic) - Naked Tongues)

youtube.com
Music : Perturbator (Feat. Memory Ghost's Isabella Goloversic) - Naked Tongues

https://perturbator.bandcamp.com/
https://soundcloud.com/perturbator

Movies :

- Wicked Man (1987)
- Robot Carnival (1987)
- Goku Midnight Eye (1989)

Enjoy !

The 80's Guy Mix #2 : Replicant Sleep

youtube.com
Hello !

Désolé d'avance si je me trompe dans le vocabulaire (mix, mixtape, etc). C'est pas un travail de fifou, mais j'espère que vous apprécierez les tracks présentes.

Tracklist :

0:00 Dan Terminus - Sensory Cascading Failure
5:14 Perturbator (feat. Highway Superstar) - Femme Fatale
10:38 Ultravox - Vienna
15:25 Depeche Mode - One Caress
18:55 Noir Deco - Sentient Love
23:31 Trevor Something - Synthetic Love
28:26 Greta Link - The Sun Never Rises Out Here
30:56 College (feat. Electric Youth) - A Real Hero
35:20 Cliff Martinez - Neon Demon
38:38 Dance With The Dead - Watching You
43:30 Power Glove - Blood Dragon Theme (Reprise)
46:16 M|O|O|N - Dust
51:07 Kavinsky - Nightcall
55:21 Annie - Anthonio (Berlin Breakdown Version)
59:25 Nightrunner - Nuclear Countdown
1:06:41 Tommy '86 - Globe-Trotter
1:16:46 Desire - Under Your Spell
1:20:34 Le Cassette - You Are You Are
1:24:52 Vangelis - Tears In Rain

L'importance de la photographie #1 : Blade Runner (1982)

On va voir si ça passe mieux en prenant qu'avec l'autre que vous avez mis en PLS (aka anonyme désormais)

Film : Blade Runner (1982)

Réalisateur : Ridley Scott

Style : Science-Fiction / Film Noir / Cyberpunk

Directeur de la Photographie : Jordan Cronenweth

Musique : Vangelis
Afficher la suite