Chargement...
Allez viens, on est bien !
Inscription / Connexion :
Google
Nouveaux Populaires Likes Favoris
plus
Tous les groupes Créer un groupe
Conditions générales d'utilisation Cookies



Connectez-vous ou ouvrez un compte pour poster un commentaire.
Je reste impatient de voir ses données et sa méthodologie.

Parce que pas mal de questions me restent en tête dont celle-ci :


- Si il traite en amont des personnes, comment il les compare ? qu'est-ce qui lui dit que ces personne ne guérirait pas spontanément ?
Si une personne vient spontanément à l'hôpital se faire tester, il y a des chances pour que cette personne n'est que la forme bénigne, donc, ces personnes "testées" précocement sont peut-être juste apte à guérir seul, sans traitement. Et donc il va exclure les personnes qui arrivent en ambulance déjà mal, car il dit exclure les cas sévères. Donc il effectue une sélection.
Et seule les personnes traitées auront donc de base une diagnostique favorable, et cela donne l'impression que ça fonctionne.
Est-ce ca ? sans méthodologie exact on ne peut pas savoir, car en science on ne croit pas des "dires" on veut du RAW DATA.

Parce qu'au final traiter une personne qui guérira spontanément, avec un composé qui lui peut avoir des effets secondaires, fait pencher la balance bénéfice risque du côté des risques.

Si une personne saine a 0.2% de chance de n'avoir aucuns complications vitales, ca fait du 1 sur 500... Donc si dans son test, il y a un biais qui sélectionne que ces personnes, ce chiffre est exactement le même à celui qui montre... Donc ? Donc ca change rien.


C'est pour ca que les plus grands biostatisticien se posent des questions sur son étude et attendent d'en voir +, et surtout voir exactement sa méthologie.
@kodi: je pense que se qu'il cherche a faire c'est juste de limité la propagation,le problème c'est que mm une personne saine qui n'auras aucunes complication ni symptômes peut quand mm le transmettre et devrait être traité pour casser la chaine
@phallusflasque: Oui, mais son message n'est pas ça.
En science tu peux largement dire ce que tu veux comme message, si tu l'assumes et le prouves.

Si il avait dit : "pour limiter la propagation, on traite les cas précoce à la chloroquine, car nous observons une charge virale diminuée", ok là on commence à être cohérent.

La il dit : "on soigne le covid avec la chloroquine", mais il soigne que des gens avec des cas qui semblent être bénins."

Ca pose problème a beaucoup de monde.
@kodi: admettons que les cas bénins soit réellement "soigné" ou du moins qu'il fasse baissé la charge viral comme il le dit dans sa vidéo du 16,ces cas bénins risquent moins de transmettre le virus a des personnes qui développeraient des formes beaucoup plus grave et si c'est fais le plus tôt possible ça serait encore plus efficace ?
@phallusflasque: C'est tout la le but de l'étude

Est-ce que risquer des effets secondaires (oui il y en a !!!) est moins grave, que de diminuer l'infection des autres ? (car de gens ont des pathologies nont compatible avec le traitement, et ca sans le savoir et eux risque des graves effets)

Et une autre question se pose : les personne avec des pathologie cardique, rénal, hépatique, ne peuvent pas utiliser ce traitement, or, ces personnes sont les plus faible pour le covid. Donc ? est-ce vraiment utile ?
@kodi: ouais mais ça revient au mm, pour éviter de contaminé les personnes avec des problèmes cardiaque etc le faite de limité le nombre de porteur c'est bien non ?
si les effets secondaire sont plus gérable ( a mon avis ils le sont ) que de laissé 80% de la populations en mode inchalla y a des guérisons spontanée et pour les j'vais jeté des dés avec un peu de chance ça passe, pourquoi pas?
après en vrais y a toujours pas de médicament, mm en préventif, donc la question se pose pas, pour le moment.
@phallusflasque: 97% de la population, et si 3% de personne on des pathologies cachées le médoc risque de les tuer aussi, autant que la maladie.
De façon médiatique et réseaux sociaux, oui c'est pareil.
D'un point de vu médical ou scientifique non.

C'est ca le soucis actuellement, des gens pas du domaine se laissent submerger par leur émotion et du coup voit pas les choses de façon objectives.

Actuellement personne descend Raoult, des grands biostatisticiens se posent des questions sur son travail, ils disent pas c'est nul, ils disent faut + de preuves. Et on les aura bientôt.
Du coup j'attends ses résultats et ceux des autres tests
@kodi: mais y a pas des résultats qui sont sorti en disant que ça fonctionnait pas sont truc récemment ?
A moins que se soit des résultats anticipé
@kodi: il a toujours été clair, ce traitement est préconisé pour les patients qui viennent de contracter le virus. De léger a moyen.

Quand ils sont en état grave, le corps est trop faible pour que le virus puisse vivre, il n'y en a plus dans le corps et les lésions occasionnées par l'infection et la surréaction de défense du corps doivent être soigné par d'autres moyens, mais il est moins optimiste pour cette catégorie de malade.

Ça a toujours été son postulat, énoncé très clairement.
@phallusflasque: non rien n'est sorti actuellement, c'est en cours
@Seriousmonkey: Alors c'est quoi l'intérêt de traiter des gens confinés si le traitement ne change rien car les cas léger se soignent seul ?
La question est : "est-ce que ca change vraiment quelque chose où les cas se seraient guérit seul?"

Et encore une Nième fois : ON NE LE SAIT PAS ENCORE

C'est ca la question des biostatisticien et des autres scientifiques.

Je suis oas sur de comprendre. Ils ont traité 500 personnes dans son service ? Donc si je résume. Ils ont testé positif un peu plus de 1400 personnes, et en ont traité 500.
Mais si le traitement est appliqué qu'aux cas sévères, cela fausse en fait les chiffres. Du coup son traitement n'est vraiment efficace que s'il y a un dépistage massif
@Myelodysplasia: ta façon de voir le truc est biaisée. Je pense plutôt qu'il faut certes tester un max de gens, mais c'est pour les traiter avant que leur cas ne devienne grave, et surtout pour qu'ils évitent de contaminer d'autres personnes.
@Jimbolamouche: Ils ont traité 500 personnes à la chloroquine. Les autres ont été traités avec d'autres produits ou étaient dans un état trop avancé ou pas assez avancé pour utiliser de la chloroquine.
@Myelodysplasia: Augmenter le nombre de tests permet justement d'éviter de biaiser les résultats ... Juste en parlant de résultats, si on testait plus de monde on verrait qu'il y aurait bien plus de rémissions. Toutes les personnes qui ont des symptômes et sont renvoyées chez elles sans être testés car ce n'est pas à un stade avancé, si elles guérissent, elles ne sont pas comptabilisé.
Chargement...
Chargement...
Chargement...