Chargement...
Allez viens, on est bien !
Inscription / Connexion :
Google
Nouveaux Populaires Likes Favoris
plus
Tous les groupes Créer un groupe
Conditions générales d'utilisation Cookies



NSFW Les Oustachis et l'Etat Indépendant de la Croatie, 1941 - 1945

Le 6 janvier 1929, le roi Alexandre I de Yougoslavie abolit la Constitution de son pays. Dès le lendemain, à Rome, un groupe de croates indépendantistes se réunirent sous la direction d'Ante Pavelic, un nationaliste croate exilé en Italie. Ils se font appeler « les insurgés », Ustaše en croate. Le mouvement des Oustachis était né.

Le mouvement d'extrême droite s'inspira fortement du fascisme de Mussolini -qui venait de prendre la tête de l'Italie- et avait pour but de renverser le Royaume de Yougoslavie. Ils organisèrent alors un attentat contre le roi, l'assassinant dans un attentat à Marseille le 9 octobre 1934, tuant par la même occasion le ministre des Affaires Etrangères français, Louis Barthou.

Suite à l'attentat, six chefs oustachis furent condamnés, mais trois n'étaient pas en France. Un est arrêté en Allemagne mais est relâché. Pavelic quant à lui est interné en Italie mais Mussolini refusa de l'extrader vers la Yougoslavie.

Il est libéré en 1936 et le mouvement obtint de l'aide de l'Italie et de la Hongrie fasciste. Un accord est d'ailleurs passé avec Mussolini : si la Croatie obtient son indépendance avec son soutient, l'Italie obtiendra la Dalmatie. La marché est conclu et respecté.

Quand, au printemps 1941, les forces de l'Axe envahirent la Yougoslavie, l'Italie fit pression pour que ce soit le mouvement de Pavelic qui prit la direction du tout nouvel Etat Indépendant de la Croatie, alors sous tutelle italo-allemand. Pavelic arriva à Zagreb, la capitale, le 10 avril 1941.

Les Oustachis avait assimilé des idéaux fascistes et nazis, comme l’antisémitisme, mais contrairement à eux, ils étaient surtout très pro-catholique. Les forces de l'Axe s'étaient montré proche de l’Église (rappelons que ce fut l'Italie fasciste qui donna à l’Église le territoire du Vatican en 1929 et que le premier acte diplomatique du IIIe Reich fut la signature d'un concordat avec le Vatican en 1933), mais ils n'étaient pas pour autant de grand promoteur du catholicisme. Les Oustachis, eux, l'étaient ouvertement, et se montrait hostile aux serbes orthodoxes qu'ils considéraient aussi mauvais que les juifs. Les musulmans, quant à eux, furent protégés durant le début de la guerre avant d'être eux aussi victime de répression.

Ainsi, le clergé croate (et yougoslave) se montra globalement favorable au régime Oustachi. L'archevêque de Zagreb, Alojzije Stepinac, soutiendra la division de la Yougoslavie et la séparation des croates et des serbes. Cependant il fut également l'un des rares à condamner le traitement que reçurent les serbes et les juifs. On peut également citer les archevêques des grandes villes qui soutinrent ouvertement le régime, comme celui de Sarajevo, Ivan Saric, mais aussi ceux de Banja Luka et de Split.

Le gouvernement mit alors en place une politique d'épuration ethnique et religieuse : interdiction du cyrillique, destruction des églises orthodoxes, fermetures d'écoles orthodoxes, port de signe distinctif obligatoire pour les orthodoxes et les juifs, etc. Le 22 juin 1941, le programme se résumait en : 1/3 des serbes doit être converti, 1/3 doit être expulsé et 1/3 doit être exterminé.

Le premier massacre eut lieu le 28 avril 1941, à Gudovac, où 190 serbes furent exécutés. Dès juin 1941, le gouvernement appela la population croate à les aider de massacrer les serbes orthodoxes et les juifs. Ce fut au même moment que les troupes allemandes quittèrent la Croatie pour envahir l'URSS, les massacres de masse gagnèrent alors tout le pays avec une violence inouïe. Aidés par des membres du clergé ainsi que par une partie de la population civile, les soldats Oustachis commirent massacre sur massacre, à coup de couteau, de marteau, de hache et de scie. Face à cela, le chef d'état major allemand Von Hostenau déclarera que les « Oustachis sont devenus totalement fous ».

Le Vatican fut lui aussi tenu au courant des massacres, notamment via Stepinac, mais le pape Pie XII ne condamnera jamais ces exactions. Seul le cardinal secrétaire d'état Luigi Maglione recommandera d'agir officieusement pour inciter les Oustachis à la modération.

Entre 1941 et 1942, environ 240 000 serbes furent convertis de force. Dans le même temps, 24 camps de concentrations furent créés en Croatie, dont la majorité était géré par des locaux. On y retrouva un nombre conséquent de franciscains. Ainsi, l'un des principaux chefs du plus important camp croate, celui de Jasenovac, était Miroslav Filipovic, un ex-franciscain. Au sein de ce camp, on retrouva aussi Petar Brzica, un autre franciscain, connu pour avoir remporté un « concours » en égorgeant en une nuit 1 360 prisonniers serbes et juifs avec un couteau de boucher.

Les Oustachis arrivèrent à se montrer encore plus cruels que les nazis. Dans les camps, les prisonniers étaient de ce fait tué à l'arme blanche, démembrés vivants, et certains finissaient empalés pour effrayer les autres prisonniers. La Croatie fut aussi le seul pays à posséder des camps exclusivement destinés aux enfants.

Ces massacres et cette violence fit naître en Croatie et en Yougoslavie une très forte résistance, notamment chez les communistes dirigés par Tito. On comptait près de 100 000 partisans rien qu'en Croatie en 1943.

Quand les forces de l'armée rouge et que les partisans de Tito marchèrent sur la Croatie en mai 1945, l'armée Oustachi s'enfuit en Autriche pour se rendre aux anglais. Ces derniers les livrèrent aux partisans de Tito qui les massacrèrent, considérant ces personnes comme pro-Oustachi. Si cela était vrai pour une partie d'entre eux, il y avait également beaucoup de civils qui avaient simplement peur des communistes. Le mouvement Oustachi avait échoué.

Ante Pavelic parvint néanmoins à s'échapper, se cachant dans des couvents avant d'être caché par le Père Krunoslav Draganovic (connu pour ses réseaux d'exfiltration nazi) puis fini par fuir en Argentine. Un attentat contre lui le poussa à émigrer en Espagne franquiste où il finira sa vie paisiblement, en 1959.

Il est aujourd'hui très difficile de connaître le nombre exact de victimes. On estime le nombre de morts à entre 550 et 750 000 serbes orthodoxes, 90 000 bosniaques musulmans, 60 000 juifs, 40 000 tziganes, 50 000 monténégrins, 30 000 slovènes et 20 000 croates (opposants, communistes). Le nombre de victimes du régime Oustachi tourne ainsi autour du million de morts.

Pour plus de photos, vous pouvez aussi voir ces deux boxs :https://choualbox.com/4PmLP, https://choualbox.com/KWFiy.
Les Oustachis et l'Etat Indépendant de la Croatie, 1941 - 1945
Connectez-vous ou ouvrez un compte pour poster un commentaire.
Quelle horreur..
L'affaire du concours d'exécution par engorgement m'a serré la gorge. Quel genre de personne revendique ce genre de chose, avoir égorgé 1360 personnes en une nuit ?
Et les photos, notamment celle avec les deux mecs plein de sang et qui sont morts de rire, tellement d'horreur et de déshumanisation.. C'est dur à voir
Zedix
op
@Martos: J'ai fais un calcul vite fait, si le "concours" a duré 8h, on se retrouve avec une moyenne de presque 3 égorgements par minutes... Niveau boucherie, on peut difficilement faire pire
@Martos: moi c'est la 6 qui me perturbe: femmes et enfants taillés en pièces......comment on peut découper des gosses bordel....
Pas mécontent que cela se soit passé à une époque où les photos étaient dégueulasses.
Merci pour cette box ça meriterais une serie sur ces episodes trop méconnu des nombreux nationalismes en Europe de l'est alliés au Nazi et leur exactions durant la seconde guerre mondiale en Croatie, Ukraine, Estonie par exemple.
Zedix
op
@latrickisfalone: Effectivement ça pourrait être pas mal intéressant (je verrais pour en faire si personne d'autre n'en fait).
Après le cas de la Croatie est à part, parce que là où les collabos des autres pays ont surtout servi de milice à la botte du Reich, les forces croates étaient relativement autonomes, gérant eux même les massacres et les camps, et niveau cruauté, ça se pose là
Et après on se demande pourquoi les méchants serbes détestent les gentils croates, et les bosniaques par la même occasion
Tiens, je tombe un peu tard sur cette box mais je suis justement actuellement en Serbie chez l'habitant, via une connaissance. J'ignorais tout de ces exactions qui ont eu lieu en Serbie, je me suis senti un peu con au début. J'en ai discuté avec des personnes âgées et des plus jeunes (la cinquantaine), cette guerre est encore vraiment ancrée dans les esprits. Tu m'étonnes qu'ils n'apprécient guère les croates...
@High_Box: ma grand-mère à quitté la Yougoslavie il y a 74 ans. Elle crache encore par terre quand elle prononce le mot "croate", systématiquement avec un rictus de haine.
C'est même devenu une blague dans la famille.
@Wendigo: Ce soir j'ai mangé avec des serbes qui ont fait la guerre de 91, apparemment ils ont toujours adoré la France, jusqu'à ce qu'elle se range du côté de la Croatie pendant la guerre. Ça en dit long sur leur rancune ! Mais c'était sympa de pouvoir papoter un peu et de faire tomber les clichés. Par la même occasion j'ai mangé le meilleur cochon de lait de ma vie, tout bénef !
Comme d'habitude superbe box. Ça fait froid dans le dos toute cette violence.
Choquant. Dans tout les sens.
hyper intéressant, sympa ta box sur une histoire méconnue


A Voir
Chargement...
Chargement...
Chargement...