Chargement...
Menu Groupes

Qu'est-ce qu'une obligation ?

Qu’est-ce qu’une obligation ?

A l’instar de l’action qui est un titre de propriété donnant des droits au porteur (de l’action hein ! l’acheteur quoi), une obligation est un titre de créance (quèsaco ?). Prenons un exemple : l’entreprise CanardLaquay, grosse chaîne de restaurant asiatique dont je tairais la spécialité, souhaite ouvrir une nouvelle enseigne et a besoin de 10 Mios. Ne souhaitant pas émettre des actions de peur de perdre le contrôle, l’entreprise opte pour un emprunt et choisit une émission d’obligation. Cela revient à faire un emprunt mais dans ce cas-ci, à une myriade d’investisseurs.

On dit qu’elle fait appel public à l’épargne car ce seront des particuliers qui prêteront (les gens comme vous et moi) plutôt qu’un établissement privé à savoir la banque. L’emprunt est alors divisé en part de 1 000 € (soit une émission de 10 000 obligations). L’entreprise décide alors des caractéristiques de l’emprunt obligataire : sa durée (5/10/15/20/../50ans), son taux (2%,3%, taux variable), son mode de remboursement (remboursé à la fin, remboursé à moitié dans 5 ans l’autre moitié 5 ans après…) etc…

Un taux d’intérêt est la rémunération de deux éléments :

• Le taux d’intérêt rémunère la renonciation à la consommation : si vous avez le choix entre détenir 1000€ et pouvoir les utiliser n’importe quand et 1000€ mais ne pouvoir l’utiliser que dans 3 ans, vous choisissez quoi ? On est d’accord ! Evidemment plus la durée de renonciation est longue, plus la rémunération (càd le taux d’intérêt sera élevé).

• Le taux d’intérêt rémunère également la prise de risque. Entre prêter pendant 10 ans avec un même taux à 5%, à une entreprise bien solide telle que Microsoft OU à une entreprise vacillante dont l’avenir est incertain, vous préférez quoi ? Je vous rappelle que si le 1er janvier vous prêtez 1 Mios à une entreprise et que le 2nd Janvier de la même année, cette entreprise coule, vous ne reverrez jamais vos 1 Mios (c’est ce qu’on appelle le défaut de paiement, l’entreprise ne peut plus rembourser ses créanciers). La notation permet d’évaluer la probabilité de défaut d’une entreprise (« quelle chance a l’entreprise de couler ? »). Sans en être sur, je crois qu’une entreprise notée AAA a 0.03 % de chance de couler sur un an. Ici également, plus la maturité (c'est-à-dire le nombre d’année sur lesquelles l’opération s’étale, un emprunt de maturité 20 ans commençant aujourd’hui sera remboursé totalement dans 20 ans) est longue, plus la prise de risque est élevée et donc plus le taux sera élevé. Que sera Microsoft dans un an ? A peu près la même chose qu’aujourd’hui donc pas de risque mais qui sait que sera devenu Microsoft dans 50 ans ? le risque est plus grand donc la rémunération doit être supérieure.

Ce concept est primordial dans le finance : Plus le risque est élevé, plus la rémunération est grande, c’est ce qu’on appelle le couple risque-rendement.

Pour vous démontrer cela, on va faire une petite expérience : vous tirez une carte dans un deck de 52 cartes. Si la carte est rouge (donc 1 chance sur 2), je vous donne 100€ mais pour entrer dans le jeu il faut payer. Combien acceptez-vous de payer ? Les matheux diront que l’espérance de gain du jeu est 50€ (0.5 x 0 + 0.5 x 100). Donc je paie 50€ mais ça c’est sur le papier. Combien accepteriez-vous de lâcher pour jouer avec moi ? 30€ peut être. Je change les règles. Même configuration mais cette fois, je vous paie 100€ si la carte tirée est un cœur (soit 1 chance sur 4). Combien serez-vous prêt à payer ? Certainement moins que 30€, peut être 20€.

Dans le 1er jeu, vous avez donc un gain potentiel de 233% (investissement 30 > gain 100) associé à une probabilité de perte de 50% (vous avez 1 chance de 2 de perdre).
Dans le 2nd jeu, vous avez donc un gain potentiel de 400% (investissement 20 > gain 100) associé à une probabilité de perte de 75% (vous avez 3 chances sur 4 de perdre).
En augmentant la probabilité de perte, vous augmentez la rémunération.

Les agences de notations telles que Fitch, Moody’s ou Standard & Poor’s évalue cette probabilité de défaut pour les entreprises (et les pays) et les entreprises appliquent alors un taux à leur émission d’obligation correspondant, elles s’alignent. Mais pourquoi ? Pour changer prenons un exemple :
• L’entreprise Bahlsen, notée AA-, lance un emprunt obligataire pour 10 Mios remboursé dans 5 ans, taux annuel : 5%.
• L’entreprise Gorvie, notée AAA, lance un emprunt identique.

Lequel choisissez-vous ? L’entreprise Gorvie bien sur. Elle offre exactement les mêmes caractéristiques mais est de meilleure qualité et a donc une probabilité de défaut moindre. L’entreprise Bahlsen va donc augmenter son taux pour s’aligner sur les entreprises notées telles qu’elle.

Comment sont définis ces taux ?

Ces taux ne sont pas définis au hasard, ils dépendent des taux sans risques c'est-à-dire le taux de rémunération qu’offre les obligations émises par des Etats, pas n’importe lesquels, les plus sûrs d’entre eux tels que les USA, l’Allemagne, la France. Ce taux est appelé taux sans risque car la probabilité qu’un Etat face faillite avoisine le 0%. On trouve par exemple le taux associé à l'obligation Allemande 10 ans (l'obligation s'appelle le Bund), le taux associé à l'obligation Française 10 ans (l'obligation s'appelle l'OAT ou Obligation Assimilable du Trésor) ou le taux associé au T-note, l'obligation 10 ans des USA.

Ces taux n’ont qu’une composante « renonciation de consommation » (rappelez-vous !). Lorsque ces taux sont établis, chaque émetteur (pour définir le taux qu’il offrira) va ajouter à ce taux la prime de risque qu’il offre en fonction de sa qualité (et donc de sa notation). Par exemple : si les taux sans risque sont à 2% sur 5 ans, l’entreprise AAA rajoutera 1% (soit 3% sur 5 ans), l’entreprise AA- rajoutera 1.5% (soit 3.5% sur 5 ans), l’entreprise BBB+ rajoutera 2% (4% sur 5 ans) etc… et les taux seront établis. Cette notion est très importante pour la suite. Ces chiffres sont purement indicatifs.

Retour à notre entreprise CanardLaquay, leader dans la restauration rapide asiatique. L’entreprise est très bien notée (AA) et choisit de rémunérer ses créanciers (càd les acheteurs des obligations qu’elle émet) au taux annuel de 5% et de rembourser la totalité du montant dans 5 ans. Smocky, petit particulier à la retraite, décide d’en acheter une. Voici le déroulement de la vie du produit:

Aujourd’hui, nous sommes le 1er janvier 2011 et CL émet ses obligations (soit 10 000 obligations de 1 000€) et parmi tous les acheteurs, Smocky casse la tirelire. La totalité des obligations sont achetées, CL empoche 10 Mios € et Smocky lâche 1 000€. L’obligation rémunère un coupon (taux d’intérêt * nominal) semi-annuellement (c'est-à-dire 2 fois dans l’année). Comme le taux est annuel, il faut le diviser par 2 (respectivement par 4 si les coupons sont payés trimestriellement etc…). Donc, tous les 6 mois jusqu’à la fin de l’emprunt, Smocky va recevoir … roulement de tambours … 25€ (0.05/2 x 1000). Il recevra le 1er coupon le 1er juillet, le 2nd le 1er janvier de l’année précédente etc..etc.. Jusqu’au 1er janvier 2016 où il récupèrera son dernier coupon + ce qu’il a prêté.

Mais Smocky n’est pas obligé d’attendre la fin de la période car comme les obligations sont (pour la plupart) cotées (càd qu’à n’importe quel moment, il sait combien vaut son obligation), il peut la revendre n’importe quand.

Pourquoi sa valeur évoluerait ? Pourquoi ne reste-elle pas à 1 000 € ? ou 1 250€ ?

Pour comprendre cela, il faut s’intéresser à la valeur d’une obligation. Reprenons le cas de Smocky, le papy trader. Il a acheté une obligation 1 000 € sur 5 ans adossée à une entreprise notée AA avec un taux de 5% et le taux sans risque s’établi à 2%.

Règle TRES importante, pour définir la valeur d’une obligation, on ne peut pas additionner les flux à recevoir (on ne peut pas faire 25 + 25 + 25 +… + 1025 = 1250). 1€ aujourd’hui, ca ne vaut pas 1€ dans un an. C’est LA règle en finance. Si on vous propose 1€ aujourd’hui ou 1€ dans un an, vous prenez quoi ? 1€ aujourd’hui bien sur et pourquoi ? Car cet euro, vous pouvez le placer et dans un an il vaudra au minimum 1€ x le taux sans risque soit 1.02€. Comme 1€ aujourd’hui vaut 1 x (1+0.02) soit 1.02€ demain alors 1€ demain vaut ? 1€ demain vaut 1/(1+0.02) soit à peu près 0.98 €.

Appliquez ce principe à notre obligation et vous aurez la valeur présente de l’obligation de notre papy trader. La valeur de son obligation aujourd’hui est 1142.58€ (25/1.02^0.5 + 25/1.02^1 + 25/1.02^1.5 + .. + 1025/1.02^5). Dans cette formule, l’exposant (^) est la maturité : 1€ dans un an vaut aujourd’hui 1/1.02^1, 1€ dans 2 ans vaut aujourd’hui 1/1.02^2, 1€ dans 3 ans vaut aujourd’hui 1/1.02^3 (pour mettre 6 mois on met exposant 0.5 soit la moitié d’une année).

S’il faut se concentrer, c’est maintenant. La valeur actuelle des flux à recevoir dépend de ? Du taux sans risque bien sur. Maintenant, imaginez que ce taux évolue. Imaginez que ce taux sans risque double et passe à 4%, que se passe-t-il ? Au lieu de diviser par 1.02 à la puissance du temps, je divise par 1.04 à la puissance du temps. Je divise par un plus grand nombre donc ma valeur actuelle sera plus petite. Si le taux passe à 4% la valeur de mon obligation vaudra 1046.72 € (même calcul que précédemment mais avec 1.04 à la place de 1.02). On dit alors que le prix de mon obligation (sa valeur) est négativement corrélé avec le taux sans risque, cela signifie qu’ils évoluent ensemble (quand l'un bouge l'autre aussi) mais en sens inverse. Quand les taux montent, mon obligation diminue et inversement lorsque les taux diminuent mon obligation monte. Voila pourquoi une obligation à taux fixe change de valeur. CanardLaquay lui s’en fous, il remboursera 1 000 € dans 5 ans quoi qu’ils adviennent.

On peut expliquer ce principe un peu moins mathématiquement :
Si, à peine l’obligation achetée par Smocky, le taux sans risque passe de 2% à 4% alors le taux offert par CanardLaquay devra passer de 5% à 7% (il offrait 3% de prime de risque par rapport à sa qualité). Comme tout le monde se calque sur les même taux, cela voudra dire que les entreprises notées comme CL à savoir AA rémunèrent maintenant 7% sur 5 ans alors que Papy Smocky lui a une rémunération de 5% pour le même produit. L’obligation de papy smocky perd donc de la valeur car maintenant il existe un même produit, au même prix, sur la même maturité, par une entreprise de même qualité mais rémunérant 2% de plus.

Papy smocky est dégouté !

Voila je vais m’arrêter là pour les obligations, je pourrais vous parler d’encore plus de choses mais malheureusement, ça commencerait à devenir vraiment complexe. Disons que pour cette fois, ça suffit ! J’espère ne pas avoir été trop rapide sur un point, au cas où n’hésitez pas à me le faire remarquer.
Bons Plans
Connectez-vous ou ouvrez un compte pour poster un commentaire.
J’ai travaillé 2 mois pour l’un de leurs concurrents donc je suis bien placé pour répondre à ta question ! Sur igmarket, tu ne traites pas avec les produits (actions, obligation, devise étrangère..) c'est-à-dire, tu ne les achètes pas vraiment, tu ne les détiens pas. Ce que tu achètes, ce sont des CFD à savoir Contract For Difference.

C’est un produit dérivé (je ferai une box sur les produits dérivés car c’est selon moi les produits les plus intéressants dans le monde de la finance). Comme son nom l’indique, un produit dérivé dérive sa valeur de celle d’un autre produit.

Imaginons un produit X adossé à une action France Télécom. Si l’action FT vaut 12 €, alors mon produit X vaut 1.2€, si l’action FT passe à 20€, mon produit vaut 2€ etc.. Sa valeur se dérive de la valeur de l’action. Un produit dérivé peut être adossé à n’importe quel produit (action, indice, obligation, taux, devises, matière 1ère, etc..).

Retour sur le CFD, comment ça marche ? C’est tout con : j’achète un CFD sur BNP et l’action côte actuellement 40€. Si l’action passe à 42€, mon CFD vaut 42€, si l’action passe à 80€, mon CFD passe à 80€. Inversement si mon CFD passe à 35€, mon CFD vaut 35€ etc.. Je ne te parle pas du prix du CFD car c’est un peu spécial (ex : le CFD France télécom coûte 40€, le même prix que l’action mais on ne te demande de payer que 5% du prix par exemple). Donc il réplique la performance d’une action, mais à la différence de la détention de l’action, tu ne possède pas l’action et tu ne paies pas le prix complet de l’action. Tu peux donc jouer la performance de l’action sans la détenir (et ce grâce à un contrat, c’est un pari entre l’investisseur et son courtier). Dans notre exemple je pense que tu paierais quelque chose comme 5€ sur CFD. C’est ce que l’on appel le levier mais j’en parlerai plus tard également ! IG Market propose d’autres produits dérivés mais ils ont globalement fait leur fond de commerce sur les CFD.

Il offre un levier pouvant aller jusque 200, c'est-à-dire qu’avec 10€, tu peux potentiellement investir pour 2000€ mais dis à ton amis de ne jamais dépasser le 20 de levier (ce qui est déjà beaucoup). S’il a investi 10€, il ne faut pas qu’il engage plus de 200€ de capital sinon c’est la banqueroute assurée !!
Comment s'instruire sur Choualbox en 10 leçons avec btravis182 :)
Très intéressant encore une fois :)
Juste une petite question, j'ai un collègue qui joue avec la bourse sur un truc qui s'appelle IG Market. En gros tu peux acheter ou vendre des contrats suivant l'évolution de la bourse. C'est quoi leur produit? des obligations?
http://www.igmarkets.fr/
Ca fait déjà plusieurs mois qu'il s'amuse avec ça, il a pris des cours, je m'inquiète pas pour lui ^^
En tout cas merci pour les détails, c'est un peu moins flou :)
Putain chaud là :) J'ai pas tout pigé sur la fin : quand le taux passe à 7% au lieu de 5 = Smocky se fait baiser (mais pourquoi ???? pas pigé xD).

Bref, merci, même si il y peu de chance que tu lises mon commentaire une semaine après la publication de la box ^^
@CanardLaquay : héhé, tu crois ça ? Moi j’ai les yeux partout même au boulot ! On va reprendre l’exemple de A à Z. L’entreprise CL calque son taux sur le taux sans risque. Disons qu’il existe une échelle. Les entreprises notées AAA offrent le taux sans risque + 1%, les AA+ offrent le taux sans risque + 1.5%, les AA offrent le taux sans risque + 2% etc… Toutes se calquent sur le taux sans risque. Donc si le taux sans risque est de 2%, AAA paie 3%, AA+ offre 3.5%, AA offre 4% etc… etc… Donc si Smocky achète une obligation à 4% à 1 000 € sur 5 ans adossé à une entreprise notée AA, cela veut dire que le marché paie actuellement 4% le risque associé à une entreprise AA (Rappelle toi le couple risque rendement).

Mais si maintenant, le taux sans risque passe à 4%, l’entreprise sera obligé de répercuté ce prix pour les nouvelles obligations qu’elle va émettre. Imaginons que le lendemain de l’achat de l’obligation de Smocky, l’entreprise CL émette de nouvelles obligations mais comme elle a répercuté la hausse des taux sans risque, elle offre à présent 6% (4% du taux sans risque + 2% de prime de risque pour les AA). Smocky se dit qu’à un jour près, il aurait pu avoir 2% supplémentaire. C’est comme si toi et moi on avait exactement le même produit mais moi je gagne 6% et toi 4% ! Auparavant la qualité AA payait 4%, maintenant elle paie 6% (parce qu’en un jour l’entreprise CL n’a pas perdu en qualité, c’est exactement la même que la veille !).

Imagine si Smocky veut revendre son obligation au prix où il l’a acheté, le mec va lui dire « pourquoi je te l’achèterai pour gagner 4% alors qu’au même prix je peux avoir du 6% ».

Donc Smocky a un peu l’impression de s’être fait enflé !
Ahhh ok, c'est clair :) Ma logique était un peu en défaut là ^^ Putain ce pavé que t'as fait pour un truc tout con ^^ Désolé xD

Fallait juste me répondre ça et j'aurais compris ^^ : "Imagine si Smocky veut revendre son obligation au prix où il l’a acheté, le mec va lui dire « pourquoi je te l’achèterai pour gagner 4% alors qu’au même prix je peux avoir du 6% ». "
Autres
Chargement...
Chargement...
Chargement...
J'accepteCe site utilise des cookies pour vous assurer d'obtenir la meilleure expérience sur notre site. En savoir plus