Chargement...
Menu Groupes
Bons Plans
Connectez-vous ou ouvrez un compte pour poster un commentaire.
"Face au «Leader suprême» nord-coréen, Donald Trump bande..." c'est dommage que je ne puisse pas lire la suite, j'aurais bien voulu voir les images du gang bang !
D'habitude je ne pos pas les box avec des articles ou il faut un abonnement, mais la juste pour la dernière phrase... pos
Asie
La silhouette inquiétante de l’USS Michigan a fait surface mardi dans l’immense rade de Busan, annonçant un nouvel accès de tensions sur la péninsule coréenne. Ce sous-marin américain à propulsion nucléaire fait escale dans le plus grand port de Corée du sud, chargé de missiles balistiques et de Tomahawk capables de frapper le territoire nord-coréen en quelques minutes, mettant en garde Kim Jong-un contre la tentation de conduire un sixième test atomique. Face au « Leader suprême » nord-coréen, Donald Trump montre ses muscles militaires, le jour anniversaire de la fondation de l’Armée populaire de Corée (APC) en attendant l’arrivée prochaine du porte-avions USS Carl Vinson dans les parages. Le régime a célébré l’événement par un exercice d’artillerie de grande ampleur près du port de Wonsan, sur la côte orientale de la péninsule. « La force de frappe de l’APC, équipée de notre matériel militaire de pointe, dont des armes nucléaires miniaturisées et de précision et des missiles balistiques à bord de sous-marins, est sans limite » s’est vanté le Rodong Sinmun, le quotidien du Parti, menaçant de « couler » le porte avions géant.
En état de siège permanent
Depuis plusieurs jours, l’appareil brandit le spectre d’une « guerre totale » contre Washington, à coup de communiqués et d’annonces enflammées diffusées à la télévision d’État. Un branlebas de combat qui ne trouble guère la vie quotidienne des élites de Pyongyang, habituées à ces appels récurrents à la mobilisation décrétée par un régime en état de siège permanent depuis des décennies. Mais la volonté affichée du nouveau président américain de « régler » le problème nord-coréen, y compris par un recours à la force, couplée à la défiance de Kim, déterminé à se doter coûte que coûte d’une force de frappe crédible, sème un parfum d’incertitude inédit en Asie du Nord-Est. « Le régime fait un pari périlleux qui, en cas d’erreur de calcul, pourrait ramener le pays à l’âge de la pierre » confie une source diplomatique occidentale à Pyongyang. La Maison-Blanche a convoqué l’ensemble des sénateurs à un briefing mercredi sur la question nord-coréenne autour de Rex Tillerson, le secrétaire d’État, et James Mattis, son homologue à la Défense. Une initiative rare qui indique que le dossier est devenu prioritaire pour l’Administration Trump sur le front international. Cette mobilisation militaire et politique vise également à donner du crédit à la menace d’une frappe, en cas de « provocation » du jeune dictateur, qui a conduit un nouveau test balistique raté, le 16 avril. Mais, l’option diplomatique semble encore privilégiée à Washington, en déclenchant rapidement des sanctions internationales d’une vigueur sans précédent contre Pyongyang, comme l’a évoqué Trump lors d’une conversation téléphonique avec la chancelière allemande, Angela Merkel. « Le statu quo n’est pas acceptable », a déclaré lundi le président, exigeant du Conseil de sécurité de l’ONU des mesures plus « musclées ».
Rationnement d’essence
Un message percutant qui cible autant le jeune « Maréchal », que le président chinois, Xi Jinping, avec lequel Trump s’est une nouvelle fois entretenu au téléphone lundi. « Nous pensons que la Chine a un rôle très très important à jouer » a déclaré Joseph Yun, l’émissaire américain en charge du dossier nord-coréen, à l’issue d’une rencontre avec ses homologues japonais et sud-coréen. Washington et Tokyo plaident pour un embargo pétrolier pour mettre à genoux Kim dont l’essentiel de l’approvisionnement transite via la deuxième économie mondiale. L’interdiction de la compagnie aérienne Air Koryo fait également partie des options sur la table. Sous pression, Pékin se démène sur le front diplomatique pour prévenir une crise à ses portes, qui pourrait semer le chaos sur sa frontière nord-est. Tout en relativisant ses moyens d’influence sur son régime « frère », la Chine accentue la pression sur le jeune dictateur, l’appelant à lâcher du lest. À Pyongyang, des mesures de rationnement d’essence ont été mises en place ces derniers jours, selon les informations sur place du Figaro, nourrissant l’hypothèse de nouvelles sanctions chinoises d’ampleur, après la suspension des importations de charbon décrétée en février. « Les stratèges de Pyongyang ont mal interprété les sanctions de l’ONU qui visent ses provocations nucléaires et balistiques et non son système ou ses dirigeants », pointe le China Daily, légitimant ainsi des représailles contre un pays « frère ». « Ils surestiment dangereusement leurs forces et sous-estiment les périls grandissants », ajoute un éditorial, aux allures d’ultime avertissement.
@Ratapon: tu es abonne au figaro?
@FendMoiLaBuche: Non il a du improviser ça comme ça d'une plume inspirée
@Ratapon: Comment tu fais alors foiré ?
@Y0DA: je le reçois dans ma boite aux lettres tous les matins, j'ai juste recopié l'article manuellement
@Ratapon: Le "bande" vient de nul part en fait...
@kondor7: à mon avis ils avaient écrit à l'origine "Trump bande ses muscles", avant de se rendre compte que sur l'article tronqué, ça coupe exactement là, et donc de changer par "Trump montre ses muscles"
Ca va faire boum
@patate: et c'est l'amour qui s'éveille.
Il faut être abonné pour lire l'article. Quelqu'un peut faire un copier/coller?
@ActionMan: /AFP
La volonté américaine de régler le problème nord-coréen et la défiance de Kim Jong-un créent une incertitude inédite.
À Shangaï
La silhouette inquiétante de l'USS Michigan a fait surface mardi dans l'immense rade de Busan, annonçant un nouvel accès de tensions sur la péninsule coréenne. Ce sous-marin américain à propulsion nucléaire fait escale dans le plus grand port de Corée du Sud, chargé de missiles balistiques et Tomahawk capable de frapper le territoire nord-coréen en quelques minutes, mettant en garde Kim Jong-un contre la tentation de conduire un sixième test atomique. Face au «Leader suprême» nord-coréen, Donald Trump bande ...
@Digmaw: Merci je l'avais déjà lu et rigoler à la blague. mais je voudrais la suite.
@ActionMan:

Présidentielle 2017 Le Scan Politique International Economie Bourse Décideurs Le Scan Eco Sport24 Le Scan Sport Culture Lifestyle Madame Figaro Store Figaro Live Etudiant TVMag Santé Figarochic.cn Histoire Immobilier Nautisme Golf Figaroscope Voyage Enchères Vin Jardin Météo consult Annuaire santé avec PagesJaunes Le particulier Cadremploi La chaine météo Keljob Kelformation Explorimmo Propriétés Le Figaro Ticketac Résultats élection présidentielle


Menu 4
En direct
Le journal

Suivre
Recherche
Connexion
Figaro

Présidentielle Actualité Economie Sport Culture Lifestyle Madame Figaro Live Vox

Actualité
Élection présidentielle
Le Figaro Premium
International
Politique
Le Scan Politique
Société
Figaro Vox
Figaro Etudiant
Science & Environnement
Tech & Web
Figaro Magazine
Figaro Santé
Figaro Live / vidéos
Blogs
Diaporamas
Infographies
Toute l'actu
Economie
Sport
Culture
Lifestyle
Madame
Le Figaro Premium
Services
Tous les sites du Figaro

En live

En direct - Jean-Luc Mélenchon ne dira pas pour qui il vote au second tour
mis à jour à 13h16

Le Flash Actu 4

13h12
Le Pen défie Macron sur le site de Whirlpool
12h58
Hollande installerait ses bureaux rue de Rivoli
12h35
Hollande mobilise ses ministres contre Le Pen
12h28
Présidentielle : Jean-Luc Mélenchon ne dira pas pour qui il vote au second tour
12h09
Il est midi, l'essentiel de l'actualité

Les derniers articles

Paris : des affiches anti-avortement dans le métro suscitent la polémique
Dix interpellations dans l'enquête sur les attentats de janvier 2015
Quand le gouvernement américain s'adresse aux francophones

Les plus populaires

1
Christine Boutin : «Contre Macron, je voterai Le Pen»
36k
2
Des djihadistes tués par des sangliers ?
23k
3
La campagne de Macron visée par des hackers russes ?
8,3k
4
Le refus de Mélenchon de soutenir le «front républicain» décrié
6,7k
5
Sur le Web, des mélenchonistes s'organisent pour contester le premier tour
6k

Corée du Nord: Trump sonne la charge contre Pyongyang

Home ACTUALITE International

Par Sébastien Falletti Mis à jour le 25/04/2017 à 18:01 Publié le 25/04/2017 à 17:52

Deux remorqueurs sud-coréens préparent, mardi, dans la rade de Busan, la manœuvre de port du sous-marin nucléaire américain USS Michigan. Équipé de missiles balistiques et Tomahawk, il est capable de frapper le territoire nord-coréen.

La volonté américaine de régler le problème nord-coréen et la défiance de Kim Jong-un créent une incertitude inédite.

À Shangaï

La silhouette inquiétante de l'USS Michigan a fait surface mardi dans l'immense rade de Busan, annonçant un nouvel accès de tensions sur la péninsule coréenne. Ce sous-marin américain à propulsion nucléaire fait escale dans le plus grand port de Corée du Sud, chargé de missiles balistiques et Tomahawk capable de frapper le territoire nord-coréen en quelques minutes, mettant en garde Kim Jong-un contre la tentation de conduire un sixième test atomique. Face au «Leader suprême» nord-coréen, Donald Trump bande ...

Cet article a été publié dans l'édition du Figaro du 26/04/2017 . 87% reste à lire.
Je suis déjà abonnéJe me connecte
Activez votre mois d'essai offert pour lire cet article.

Plan du site Charte CGU CGV Infos cookies FAQ Contact Abonnements Services Codes promo Mentions légales Publicité Sitemap Résultats présidentielle 2017

vous l'avez longtemps attendu,bientôt la fin ? Viêt Nam ,la suite!
C'est qui qui ? Ouuuuuh que c'est vilain !
#TeamTrump
#revenge
#4-1-16neverforget

Autres
Chargement...
Chargement...
Chargement...
J'accepteCe site utilise des cookies pour vous assurer d'obtenir la meilleure expérience sur notre site. En savoir plus