Chargement...
Menu Groupes
Pepitow
297 points, 119 boxs et 446 commentaires
Pepitow n'a pas rempli sa description.
@Schloren: Quel est le point commun entre ces personnes? Vous avez 5 minutes.
19 points
Ce fdp de Mélenchon qui se la joue subversif alors qu'il est resté plus de 30 ans au PS.
13 points
@Gooby: Ferme bien ta grosse gueule de fdp et laisse nous nous branler en paix.
11 points
Les commentaires actuels me font penser à un mari cocu qui revient vers sa femme en disant je t'aime, laisse moi gober le foutre de ton amant qui coule encore de tes lèvres.
16 points
Et sinon c'est qui?
16 points
On parle de 50 morts, ratio de cheater.
14 points
Oh! Un film Français qui vente les bienfaits du vivre ensemble... Quelle originalité! Quelle subversion!
15 points
Meurs, pourriture communiste.
16 points
@styloobic: En gros application pornhub + casque "VR" + auto asphyxie pendant la branlette = réveil à l’hôpital
15 points
Le crou n'est pas mort?!
11 points
Je suis pour la création d'un groupe Urbex. Ca pourrait être sympa d'organiser quelques sorties entre choual.
13 points
@Soopapin: les passants participent voyons, c'est plus rigolo à plusieurs.
Je vais prendre mon padamalgam, je commence à avoir des sueurs, c'est mauvais signe. Je me caresse les tétons, tout va bien.
11 points
La vidéo a été prise en Egypte il me semble, attention.. Ca n'enlève rien au caractère dramatique de la scène bien entendu.
13 points
Si l'agression avait été commise par des Allemands pure souche, ce cher dessinateur aurait-il eu le même discours?
Ca s'offusque du manque de femme dans le festival d'Angoulême mais ça passe sous silence le fait que la maire de Cologne demande aux femmes d'adapter leur comportement pour les migrants. C'est ça le féminisme actuel?

Prends une dose de padamalgam et continue de taxer ceux qui dénoncent cette agression très peu médiatisée de nazis... Et va te pendre. Bisous.
19 points
@luckisavon: Ma chienne n'arrête pas de pisser partout, c'est pas pratique pour nettoyer. Les chats c'est carrément mieux!

J'ai connu du 100G, ferme, qui ne pendait pas sans soutien gorge. Après si ton ex était grosse.. ça peut se comprendre...
12 points
C'est vrai ça, ils font chier les réalisateurs à faire des ciels bleus et des flammes oranges. Enculés.
12 points
@Dub_plate: "fat ass library webcam" sur google. On la trouve partout.
17 points
Haha ce titre, j'achète!
17 points
@beben: Regarde où se déplace la main de la madame...
12 points
Ah cette belle justice impartiale. A vomir.
12 points
Bordel le cri à la fin... J'ai perdu mes oreilles.
12 points
@grems: Ah! Mon petit grems! J'attendais avec impatience ta réaction sur cette "affaire"!
Cette image est-elle antisémite?
17 points
@BloodyButcher: Les deux autres sujets tests ont subi la même intervention, tous les deux sans anesthésie. Cependant, il a été nécessaire de leur injecter un paralysant pendant la durée de l’opération. Le chirurgien n'arrivait pas à effectuer la chirurgie pendant que les patients riaient continuellement. Une fois paralysés, les sujets pouvaient seulement suivre les médecins des yeux. Le paralysant a été éliminé de leur système après une période anormalement courte et ils ont rapidement essayé de s'échapper. Au moment où ils ont pu recommencer à parler, ils ont recommencé à demander le gaz stimulant. Les chercheurs ont essayé de leur demander pourquoi ils s'étaient infligé ces blessures, pourquoi ils avaient arraché leurs propres entrailles et pourquoi ils voulaient de nouveau le gaz.


La seule réponse qui a été donnée était: « Je dois rester éveillé ».


Les liens des trois sujets ont été renforcés et ils ont été replacés dans la chambre en attendant de savoir ce qu’on allait faire d’eux. Les chercheurs, faisant face à la colère des « bienfaiteurs » militaires à cause de leur incapacité à atteindre le but qu’ils leur avaient fixé, ont pensé à les euthanasier. L'officier commandant, un ancien agent du KGB, a, au contraire, vu du potentiel en eux, et a voulu voir ce qui se passerait si on les replongeait dans le gaz. Les chercheurs s'y sont formellement opposés, mais leurs objections ont été ignorées.


Afin de les préparer à être de nouveau scellés dans la chambre, les sujets ont été connectés à un moniteur électroencéphalographique, et leurs liens ont été renforcés pour un confinement à long terme. À la surprise générale, ils ont tous les trois arrêté de se débattre au moment où quelqu'un a laissé échapper qu'on allait les remettre dans le gaz. Il était évident qu'à ce moment, ils avaient énormément de mal à rester éveillés. Un des sujets qui pouvait parler fredonnait d'une voix forte et sans s'arrêter ; le sujet muet appuyait ses jambes de toutes ses forces, d’abord la droite, puis la gauche, puis de nouveau la droite, afin d’avoir quelque chose sur quoi se concentrer. Le dernier sujet gardait sa tête au-dessus de son oreiller et clignait des yeux rapidement. Ayant été le premier à avoir été relié à l’électroencéphalogramme, la plupart des chercheurs observaient ses ondes cérébrales avec surprise. Elles étaient normales la plupart du temps, mais affichaient parfois inexplicablement une simple ligne. C’était comme s'il subissait plusieurs morts cérébrales, avant que tout ne redevienne normal. Comme ils se concentraient sur le papier qui sortait du moniteur, seule une infirmière a vu ses paupières se fermer au moment où sa tête est retombée sur son oreiller. Ses ondes cérébrales se sont immédiatement muées en celles du sommeil profond, puis la ligne droite est apparue pour la dernière fois, alors que son cœur s’arrêtait.


Le seul sujet restant en état de parler s’est mis à crier pour être scellé immédiatement. Ses ondes cérébrales montraient les mêmes lignes droites que celui qui était mort après s’être endormi. Le commandant a donné l’ordre de sceller la chambre avec les deux sujets à l’intérieur, ainsi que trois chercheurs. Un des trois qui ont été nommés a immédiatement sorti son revolver et tiré une balle entre les deux yeux du commandant, puis a retourné son arme contre le sujet muet, lui faisant également sauter la cervelle.

Il a ensuite pointé son arme vers le sujet restant, toujours attaché au lit tandis que les membres restants de l’équipe médicale et de recherche fuyaient la pièce. « Je ne me laisserai pas enfermer là-dedans avec ces choses ! Pas avec vous ! a-t-il crié à l’homme attaché à la table. QU’EST-CE QUE VOUS ÊTES ? a-t-il demandé. Je dois le savoir ! »


Le sujet a souri.


« Est-ce que vous avez oublié si facilement ? a répondu le sujet. Nous sommes vous. Nous sommes la folie qui est cachée dans chacune d’entre vous, suppliant d’être libérée à tout moment dans votre esprit animal. Nous sommes ce dont vous vous cachez toutes les nuits dans vos lits. Nous sommes ce que vous réduisez au silence et à la paralysie lorsque vous rejoignez le paradis nocturne que nous ne pouvons fouler. »


Le chercheur a marqué un arrêt. Puis il a visé le cœur du sujet et a fait feu. L’électroencéphalogramme a alors affiché une ligne droite, tandis que le sujet s’étranglait, laissant faiblement échapper quelques mots : « Si… près d’être… libre… »
15 points
Le père de Scott Tenorman!
13 points
Et ça c'est cadeau
15 points
nsfw
Kev Adams et Cyprien dans une même box. Merveilleux.
18 points
Un bien triste nouvelle pour la chiasse journalistique de gauche!
10 points
Autres
Chargement...
Chargement...
Chargement...
J'accepteCe site utilise des cookies pour vous assurer d'obtenir la meilleure expérience sur notre site. En savoir plus