Chargement...
Allez viens, on est bien !
Inscription / Connexion :
Google
Nouveaux Populaires Likes Favoris
plus
Tous les groupes Créer un groupe
Conditions générales d'utilisation Cookies



Me suis perdu

La solitude, ce poison..

Je vais vous raconter un peu ma vie, où j'en suis et les raisons de comment j'en suis arrivé là.

Je pense que une bonne partie de la population subissent leurs relations, mais n'ont pas la possibilité de couper les ponts avec ces gens par peur de cessez d'exister sans leurs attention qui font leurs quotidien.

Elles se plaignent tout le temps...

La majorité des femmes que j'ai rencontré ne savaient parler que des ces hommes qui à force de partager leurs vies avec leurs rendaient la vie impossible.

Mais non c'était mieux d'alimenter le drame encore et encore comme si le but de la vie c'etait de se la pourrir avec des histoires stupide au nom de l'amour, comme si le but c'était d'avoir une bonne raison de souffrir plutôt que de faire face au vide qu'est la vie.

J'ai jamais reussi à comprendre comment et pourquoi les autres aiment tel personne ou tel chose.

Un exemple : le foot, je m'en carre, je trouve ça stupide et j'arrive pas à comprendre comment certaine personne arrive à parler que de ça..

Pareil pour la musique pop, la majorité du rap vulgaire et puéril au possible de mon point de vu.

J'en viens à toujours me sentir en décalage avec mes pairs, je ne les comprends pas, impossible de se sentir proche dans ce cas et ces dernier temps ça empire.

J'ai la critique trop facile et ça, ça viens de mes deux parents totalement malade et malsain mais pas comme ceux de grayson.

J'ai eu comme père un homme ultra violent et oppressant de 130kg Videur de boîte qui à chacunes de mes actions me critiquer et m'humilier vis à vis de mes capacités physiques ou intellectuelle.
Même lorsque je regardais quelques choses à la tv il fallait qu'il intervienne et qu'il dise que c'était de la merde et que je ferai mieux d'apprendre des choses...
Je n'avais aucune seconde de repis et forcément j'en venez à pleurer comme une fiote h24.

Forcement j'ai développé énormément de traumatisme lié au plaisir de m'amuser et à l'apprentissage

Il ne m'a jamais frappé, seulement bousculer deux trois fois c'est déjà ça...

Et ma mère..

Ancienne alcoolique, phobique au point d'interdire à ces enfants de sortir dehors de peur qu'il se fasse kidnappé, elle ne peut pas s'empêcher dimaginer le pire et de monter la tête à ses enfants pour qu'ils reste enfermé à la maison.

Avec des phrase du genre "tu va te noyers, tu vas te perdre, tu vas te faire mal, y'a des cinglé dans les rue tu risques de te faire poignarder..."

Et ça encore h24..

Pas besoin de parler en détail des ces saut d'humeur de gonzesse et de ces caprices ni du chantage affectif que d'ailleurs mon père utilise aussi

Je pourrais allez plus loin dans les détails, expliquer différentes situations aberrante qu'ils m'ont fait subir mais je pense avoir assez bien dessiner leurs personnalité avec mes mots.

Les comportements de mes parents ont fait de moi un pauvre type qui est incapable d'aimer quoique ce soit ni qui que ce soit.

La seul chose qui m'a permis de survivre mentalement c'etait de m'enfermer dans les jeux vidéo mais maintenant j'ai besoin de vraiment guérir.

Il paraît logique que en vu du couple catastrophique que mes parents forment, de ce qu'ils se font subir l'un l'autre et à leurs enfants que j'ai de gros soucis avec les relations,
J'ai vite fais de fuir une personne que je trouve instable émotionnellement ou trop à l'ouest.

Je sais que aujourd'hui j'ai besoin de trouver un crew, une sorte de famille, un groupe d'amis sain avec qui partager de bon moments sans que ça tourne autour de drame et je sais absolument pas comment faire, je suis perdu.

Comme je vous l'ai dis il m'est très difficile d'avoir un véritable centre d'intérêt.

J'en appelle à vous, si certains vivent ou on vécu une situation similaire et ont des conseil je prends.

Je ferai une box sur les méthodes et les choses qui m'ont permisse de finir par me sentir bien et en paix avec moi même et surtout sur comment j'aborde la chose qu'est le bien-être.

Je suis désolé si la lecture de ce pavé et difficile et si il est plein de fautes mais j'ai du passer par mon téléphone pour poster mon pc étant hs pour le moment et c'est pas évident de tout relire et de faire une bonne mise en forme avec un smartphone.
Connectez-vous ou ouvrez un compte pour poster un commentaire.
Bienvenue dans le monde dont je me suis extirpé. pas de bol, dans ton cas, les choses sont puissance mille par rapport à moi.
A te lire, tu es quelqu'un de très sensible et intellectuellement plutôt éclairé. e J'espère que j'arriverai à t'aider avec le peu de mots que je pourrai te dire.
Si je devais faire de la psychologie de comptoir, je dirais :
Que ton père t'as inculqué le désamour de toi-même et de tout ce que tu pourrais entreprendre
Que ta mère t'a enfermé dans une peur perpétuelle du moindre projet.
il en résulte quelquechose de pas très jolie, où quand tu as des envies, et elles sont rares, tu abandonnes, car soit cela te paraît impossible, ou alors tu as peur de mal faire. Tu en es même arrivé au point où instinctivement, tu préfères ne plus t'intéresser à rien, de peur d'être déçu ou de décevoir.
Personnellement j'avais des phrase qui revenaient souvent dans mon esprit:
- à quoi bon?
- j'y arriverai pas
- ça a l'air chiant
- qu'est-ce qu'on va penser de moi
- je me fais chier je sais même pas quoi faire

et j'en passe...
ce que tu vis est terrible à mon avis (si j'ai bien cerné le problème), mais tu as déjà fait un énorme pas en avant : tu vois qu'il y a un souci.
Sincèrement, dans un premier temps, parles-en à un spécialiste. Psychologue, Psychiatre, mais reste pas sans rien faire.
Les jeux vidéos, c'est ce avec quoi tu te remplis pour éviter de te confronter au vide qui est en toi. Ya des chances que tu aies d'autres addictions (alcool, drogue, sexe), pose toi la question de ce que tu pourrais faire d'autre pour changer.
Par exemple, moi j'allais me balader au parc, je m'y posais je jouais de la guitare, ou alors je faisais du vélo. Le sport c'est cool!
Enfin pour rencontrer des gens, et ça, c'est l'essentiel, je ne vois pas 30 façon de faire... Trouver une activité avec d'autres personnes que tu pourrais revoir régulièrement pour lier une relation amicale (le one shot, c'est pas possible). Voilà, c'est confus ce que je dis, mais j'espère que ça t'aidera.

Force à toi
@Jimbolamouche: la phrase qui revenait souvent c'est
"je suis une merde"
J'ai réussi à pas mal endiguer la "voix" dans ma tête

Mon père me traitait de mongole, d'attarder et il disait aussi que pour survivre dans la vie il faudrait que je gagne au loto.

Je suis plus dans une bulle d'impuissance acquise qui me fait me sentir inférieure à la majorité des personnes que je croise et forcément mon cerveau malade trouvera toute les bonne raison pour y croire.

Je sais que principalement ce qui me torture le plus c'est cette impression d'être inférieure au autre et la peur d'être rejeté.

Je prends mon passé comme des faits à étudier pour trouver un remède et non pour chialer.
@Porcelet: je vois. Pourtant, je suis persuadé que tu es quelqu'un qui mérite d'être connu et apprécié. Donc va voir un toubib!
Force à toi mec ! T'as pas vécu des choses faciles et je suis d'accord avec l'autre commentaire, t'as l'air sensible et intelligent. Deux grandes forces dans ce monde d'abrutis qui pensent qu'à leur gueule. T'as l'air d'être un brave type même si t'es en galère là tout de suite, et donc de mériter d'aller mieux. Je ne peux que te dire bon courage mais surtout te conseiller de voir un psy pour te servir de béquille dans ce moment sombre de ta vie, que j'espère t'arriveras à sublimer.
@Sabordage: C'est très agréable merci à toi.

Encore une fois je n'ai aucun mérite.
Vivre ce genre de situation ne fait pas de nous des sains mais des malades et des personnes handicapées intellectuellement ainsi que socialement.

Ce que j'ai vécu est particulier et fait preuve de la complexité de ce que peut devenir un être humain en temps que malade à soigner.

J'aime me dire que malgré les mauvaises choses que mes parents m'ont inculqué ils m'ont donné les bon gênes pour m'en sortir.

Comme si la nature avait bien fait les choses :)

Ce vécu m'accorde une certaine valleur à la vie et au bien-être, peut être que mon rôles et de sensibiliser sur comment s'en sortir face à ce genre de choses, comment se rendre compte de nos propre dérives pour ne pas faire des générations suivante, d'autre traumatisé.

On verra plus tard pour le moment je cherche mon équipe pour affronter la vie emsemble.

Je vois un très bon psychologue mais celui ci ne m'est pas rembourser malheureusement.
Je vais le voir quand cela devient une nécessité.
@Porcelet: Des personnes handicapées sur certains aspects mais qui bien souvent par cet handicap arrivent à développer d'autres forces. On compte plus, et tu le sais, le nombre de dingues et de paumés qui ont réussi à décrire ce que personne d'autre n'a su mettre sur des mots (Beaudelaire, Rimbaud, j'en passe.). Ce n'est qu'un exemple mais il existe cet oeil neuf et sensible des gens un peu perdus qui permettent, et je le crois sincèrement, de faire avancer le monde positivement, même à leur petite échelle.

Tant mieux si tu vois ce très bon psy, c'est une bonne nouvelle. J'espère qu'avec et sans lui tu arriveras à mener ta vie comme tu souhaites le faire !
@Sabordage:j'ai à travailler sur ma tolérance envers les gens et la vie avant de réussir quelque chose.
J'ai trop l'habitude de la fuite et du conflit.
D'autres circonstances, mais ressenti similaire
Prends un billet d'avion et fout le camp sur une ile du pacifique, tu trouveras bien quelque chose à y faire, fais un reset de a vie.
Déjà voir un psy, ensuite prendre conscience que tu es seul aux commandes de ta vie et que tu ne dois rien à personne à part tes enfants.
C'est compliqué.
Courage.
@Wendigo: C'est clairement pas à la portée de tout le monde.
Pour beaucoup il est impossible de remettre en doute leurs parents et toutes leurs personalité car ça reviendrai à perdre tout repère je pense.

De mon côté c'est évident que mes parents sont des malades, j'ai donc réussi à comprendre ça

Mais mes parents beaucoup moins.
Je suis un peu le healeur, le confident et le seul enfant sur qui on peu compter sur les trois.

Ma famille à plus besoin de moi que l'inverse et ce depuis longtemps.

J'ai avec pas mal de confrontation changer les comportements abusifs de mon père même si ceux-ci revienne de temps à autre, mon pti frère à beaucoup moins de soucis que moi et c'est beaucoup plus vivable à la maison.
@Porcelet: On fait toujours à un moment, consciemment ou inconsciemment, le bilan de ce que nos parents nous ont apporté. La balance s'équilibre seule en général. On aime des parents aimants et on leur pardonne, on rejette des parents maltraitants, le pardon étant affaire de caractère dans ce cas.
Des parents absents ou maltraitants (Ne pas s'occuper ou mal s'occuper d'un enfant est une maltraitance) qui inversent la charge en devenant dépendants de leurs enfants empêchent ceux-ci de s'épanouir et surtout de s'autonomiser. C'est un comportement de parasite, la même toxicité que les parents qui intrusent leurs enfants.

On éduque nos enfants pour les laisser quitter le nid et être des adultes capables de vivres seuls.
D'avoir la conscience de tout ça c'est déjà l'introspection nécessaire pour avancer, et c'est, je pense, le plus dur.
Essaie de rentrer dans des assos, sportives ou non, pour rencontrer du monde, des gens différents de toi, d'âges et de milieux divers, ça t'aidera à relativiser sur le fait que chacun a son fardeau, et que le tien pourrait devenir une force le jour où tu trouveras un truc qui te passionne et que tu voudras prouver à tout le monde (et en 1er à toi même) que tu n'es pas l'incapable qu'on a voulu voir en toi.
Y a pas de mystère, faut te confronter au monde, sors vraiment des jeux vidéos, c'est un paradis artificiel comme un autre (dans ton cas je précise, avant que les geeks me tombent dessus) et ça ne peut pas te sortir de cette routine mentale.
@Daboulganiech: Déjà essayé mais pas de petite flamme.

Et absolument vouloir prouver de quoi je suis capable ce serais donner raison à mon père.
j'ai pas envie de remplacer une névroses par une autre je l'avais déjà fait aussi.

Je pense que ça viendra tout seul et que le sentiment de bien-être et de paix doit être le but recherché quand on fait quelque chose.

Je souffre plus de ce décalage avec les autres et d'une difficulté à les tolérer voir même de jalousie.

Mais je prend note quand même de ce que tu me dis !
Chargement...
Chargement...
Chargement...