Chargement...
COTOREP of the DEAD,


Jour 1 - Le début du commencement de tout

Le 16/03/2020
Bureau de Daniel - 18h 46

Bonjour, c’est Patrick. J’habite au C.A.T du centre de la ballastière. J’écris depuis le bureau de Daniel, le seul qui a internet.
Il est presque minuit et je ne suis pas dans ma chambre. Normal, Daniel est mort. Daniel c’est notre éducateur.
Il est mort mangé.
Pas par nous, mais par les autres enculés de dehors. Depuis hier, ils font chier. Ça a commencé à la cantine vers 12h. On était tous à table quand des monsieurs sont venus taper à la vitre.

Au début on a cru que c’étaient des sales clochards pasqu‘ils titubaient et ils étaient moches, et aussi y’en avait un qui avait qu’un bras. C’est la que Daniel est sorti pour les engueuler. Les clochards l’ont attrapé et l’on bouffé, comme ça, dans le jardin. Y’en a qu’on criés comme des filles, et Régis il est parti prévenir Delphine, la dame de cantine.
En attendant, les clodos ont laissé tomber Daniel pour continuer à taper sur la vitre. Y z’ont faim dis donc, à dis Serge. (Serge c’est mon copain), alors il a eu l’idée de balancer la cagette de pain dans la cour pour qu’ils nous laissent tranquille.
En plus c’est vrai qu’ils faisaient peur. J’ai dit bonne idée. Faut toujours donner du pain aux pauvres y disait Daniel.

J’ai aidé Serge à ramener les baguettes jusqu’à la porte et puis on a ouvert. Tous les autres nous regardaient à table. Serge a commencé à balancer le pain sur les sales clodos, comme quand on va au parc le mercredi, avec les pigeons.
Honki! Y’en a un qu’a tourné la tête. Elle était toute moche, comme Pascal qui est là pour se battre contre l’alcool comme il dit. La même tête mais en pire.
Le clodo a commencé à venir sur nous en gueulant ou en rotant, on sait pas trop. En tout cas on s’est dit qu’on aller rentrer, et laisser le pain, et c’était déjà sympa de notre part. Et aussi que Daniel, était en morceaux dans le jardin à cause de ces types. Alors.

On a refermé la porte. Delphine est arrivée. Comme d’hab avec ses gros titis qui bougent quand elle court.
J’y suis pour rien, j’ai dit, c’est Daniel, tout seul et les clochards de dehors! Elle a regardé à la fenêtre, pis bien sur elle a encore gueulée comme les autres. Elle tremblait, comme une mongole, sauf que elle, on lui donne jamais de médicaments, ça a énervé Serge, alors il l’a tapé avec un tabouret et c’était fini.
A part les autres de dehors qui frappaient fort aux carreaux avec leurs mains pleines de sang de Daniel.
Dans la cantine y’en a un qui même dit holala!..(pasque nous on se fait tout le temps gueuler quand on sali les vitres avec nos bouches pour faire rigoler).
Quesqu’on fait? À dis Régis, (il m’énerve Régis, toujours à faire l’intéressant) et tout le monde s’est regardé. C’est vrai que Daniel est plus la et que Delphine dort. Alors, j’me suis souvenu du film de cette semaine ou Mel Gibson décide de motiver ses potes à faire la guerre aux enculés avec des épées avant de se peindre le visage. Alors Je suis monté sur une table, je suis tombé, puis en m’asseyant finalement j’ai dit : On va les baiser ces enculés qui nous font chier les couilles !!!

Ouaaaaiiiss! Ils ont dit, ! Tout le monde a crié, et tout, comme dans le film. J’ai même eu droit à : et 1 et 2 et 3 zérooooos! Aller ! La France! Et puis on a arrêté.
Ya eu un gros bruit dehors. Une bagnole a carrément pété sur le parking d’en face. Ça a tout fait trembler ici, tout le monde a fermé sa gueule et plus personne faisait l’intéressant.
Surtout, que les enculés dehors étaient encore plus nombreux que tout à l’heure....

A suivre
COTOREP of the DEAD,


Jour 1 - Le début du commencement de tout

Le 1...
Chargement...
Chargement...