La religion est-elle l'opium du peuple ?

Hello,
J'aimerais recueillir vos idées de plan/arguments/punchlines sur le sujet "La religion est-elle l'opium du peuple?" Je dois écrire un texte drôle sur ce sujet pas drôle du tout... si ça vous inspire, partagez moi vos idées :)

[Bad] Tout est une suite logique d'événements, on choisit rien ?

Salut à tous c'est la première fois que je poste ici... Donc pardonnez les mal adresses d'écritures je suis pas très doué avec tout ça (et je fais des fautes).

Voilà ce que je me suis dit: "Depuis le Big bang, tout ce qui s'est passé c'est juste des réactions en chaîne d’événements qui se produisent parce que les lois de la physique les ont déterminés ainsi, en gros c'est des suites logiques d'évènements"

Par exemple si le soleil se trouve ici c'est parce qu'une suite d’événements l'ont amené à se placer ici, pas parce que le hasard ou n'importe quelle force mystique le veut.

Du coup j'ai fait le parallèle avec le monde vivant depuis ses débuts : "si tel ou tel bactérie a évolué c'est grâce aux lois de la physique, et des différentes actions ascendantes qui l'ont conduit à évoluer en tel ou tel animal."

J'ai encore une fois fait un parallèle, mais avec la conscience humaine et animale:
"Si notre cerveau aussi complexe qu'il soit c'est juste une machine qui interfère avec le milieu extérieur en fonction des événements qui se produisent (Par exemple, si j'ai peur du noir, c'est parce que différents réseaux de neurones réagissent à un stimuli); alors c'est que tout ce qui est fait, ce qui a été fait et ce qui sera fait ne seras pas du au hasard mais à une simple réaction en chaîne d’événement logiques complexes qui conduisent à telle ou telle action.

En gros si l'antilope fuit, c'est parce qu'elle voit le guépard, nous si on réfléchit à des questions super complexes c'est qu'il y a forcément une raison ascendante.

CSB/ Du coup là je suis en train de faire mes candidatures pour les écoles d'ingé et je me dit que quoi que je choisisse, j'aurais de toute façon l'illusion que c'est moi qui ait choisi telle ou telle école alors qu'en fait nope, c'est déjà tout tracé, et une suite de réactions logiques en chaîne me mènera à choisir une de ces écoles .

Bon j’espère que vous comprendrez le fond de ma pensée c'est pas facile à expliquer.

Une araignée au plafond - La dépression

youtube.com
C'est vraiment super génial ce qu'il fait, allez voir sans hésiter le reste de ce qu'il fait !

Devenir un détecteur de mensonge ambulant

youtube.com
Le seul logiciel gratuit que je connaissance pour s'entrainer à reconnaitre les micro-expressions (comme dans la serie "Lie to me"). L'interface est hyper-austère mais c'est suffisant, la difficulté augmente au fur et à mesure (rapidité des micro-expressions). Pour celui qui veut vraiment s'y mettre il y en a pour des heures d'entrainement.

Le logiciel est normalement utilisé pour améliorer la sensibilité des psychothérapeutes et des travailleurs sociaux au comportement non verbal.
http://www.ipsp.ucl.ac.be/recherche/projets/FaceTales/fr/Telechargement.htm

Une semaine de Web conférences

Salut les chouals!

L'association OZE propose, à partir de ce soir et pour une durée d'une semaine, en soirée, une série de web conférence aux sujets qui pourraient vous interesser...

Voici le programme:

06/10 : Nathalie de Boisgrollier : divine colère : comment accompagner la colère chez l’enfant et l’adolescent ?
06/10 : Olivier Masselot : je communique, tu communiques, nous communiquons en famille
07/10 : Olivier Clerc : l’auto-jugement, première violence contre soi-même
07/10 : Sophie Daout : jamais douce les drogues !
08/10 : Jeanne Siaud-Facchin : la précocité : est-ce que mon enfant est un zèbre ?
08/10 : Joelle Morice : Droite/Gauche, la latéralisation chez l’enfant
09/10 : Maïtie Trelaün : quelle place pour le père dans la maternité ?
09/10 : Dr Véronique Baudoux : couple et sexualité, vers une alchimie positive
10/10 : Thomas d’Ansembourg : sommes-nous inspirant pour nos jeunes ?
10/10 : Florence Servan-Schreiber : psychologie positive en famille : sur ordonnance ?
11/10 : Dr Alexandra Henrion-Caude : transmissions biologique et culturelle, que transmettons-nous à nos enfants ?
11/10 : Jacques Schecroun : une autre façon d’aimer
11/10 : Camille et Olivier Vaunois : que faisons-nous de nos blessures d’enfance au moment de devenir parent ?

Plus d'infos sur: http://www.art-de-vivre-en-famille.fr/weblg.asp?i_id=43066

P.S: Si jamais certains d'entre vous sont motivés pour assister à certaines de ces web conférences et en faire un petit résumé, qu'il me le fasse savoir!

La première impression est-elle toujours la bonne ?

youtube.com
Haha putain quel autiste que je suis, je repost du coup !

(Tout ça à cause d'une erreur XITI de mes...)

Peace and love

Voici un petit texte que j'avais écris il y a longtemps et que j'ai retravaillé là ce matin, je comptais le poster, c'est maintenant chose faite. Le débat, les critiques, sont ouvertes.

Tout homme, de tout temps, pour survivre, a dû vivre en société (Schopenhauer et sa théorie des porcs-épics, j’avais fait une box là-dessus : http://choualbox.com/oxPTn ).
La population mondiale était de 1 milliard en 1800, c’est-à-dire qu’en plusieurs milliers d’années, nous avons atteint le milliard. Mais: en deux siècles, nous avons quintuplé. Et la courbe exponentielle de la population mondiale s’est lancée, et ne risque pas de s’arrêter.

Mais je m’égare un peu, le but de cette box étant plutôt de parler de la société, et non d’analyser la population. Tout ça pour dire que la société actuelle est devenue tellement grande que les hommes ont de moins en moins d’importance dans leurs unicité (un seul homme ne vaut pas grand-chose face à 7 milliards d’autres). Tout est régis par la foule.
Mais la foule, la masse, est-elle maîtrisable, elle ? Sortir de la foule, est-ce une bonne solution ?
Actuellement, qui ne sait pas et qui n’a jamais entendu que l’homme cours à sa perte, que la planète se détruit, que les ressources énergétiques s’épuisent, que les guerres ne cessent, que la population grandit de manière dangereuse (+ d’un milliard la dernière décennie…) ? Qui a grandi sans entendre une de ces choses ? Personne.

Mais alors, pourquoi personne ne réagit ?

Le but de toutes ces préventions, à la fois humaines et naturelles (les infos du JT nous préviennent, mais aussi les écarts de températures qui empirent d’années en années, les catastrophes naturelles qui se multiplient, les espèces qui disparaissent…) n’est-il pas de pouvoir nous retourner juste avant que l’irrattrapable arrive ?
Deux forces tentent de nous prévenir : la société, et la nature.
Avant tout la nature, car la société, elle, prévient, mais est aussi coupable.
Dans toutes les occasions où solutions que nous avons, car dieu sait qu’il y en a, les hommes concernés ne réagissent pas. Et le pire dans tout ça, c’est ce que personne n’assume de ne rien faire. Pas même moi, qui suit en train de me dénoncer ! Utilisant un ordinateur pour écrire ce pavé, conduisant une voiture pour aller manger au fast food du coin.
C’est vrai, la tendance de tout le monde est de déléguer la faute sur la société, sur les industriels, la foule, le reste quoi.
Tout le monde attend l’initiative de son voisin, et lui passe la faute dessus. Ainsi, personne ne se croit coupable, mais tout le monde l’est. Le problème là-dedans, c’est que comme je le disais plus haut, chaque élément seul est insignifiant. Il est normal de ne pas vouloir agir contre la masse. Car sinon, la masse nous dévore, nous tue. Un industriel tentant d’être écologique va tout simplement couler sa boîte car la concurrence n’en fera pas de même.

La société est tellement complexe que tout le monde préfère s’y voir au centre et refuse d’accepter le fait d’être un simple citoyen. Penser d’abord à son mal, c’est ça qui nous sauvera, nous, notre personne. Et c’est parfaitement légitime, car tout le monde fait ainsi.
Imaginez que tout le monde agisse en prenant comme priorité le bien d’autrui (et par autrui j’entends aussi la planète), tout ne pourrait que fonctionner mieux. Evidemment, ça parait complexe de rassasier tout le monde, dans l’optique ou on doit penser d’abord à soi. Mais imaginez que vous seriez prêt à vous sacrifier pour que d’autres vivent, et que les autres en feraient de même pour vous… Dans un village de 100 hommes, tout le monde aurait 99 alliés. Alors qu’actuellement, le seul allié c’est vous, et vos proches (ou pas, c’est dur à dire mais c’est comme ça).

Mais il y a un risque dans cette méthode. En effet, sur 7 milliards d’homme, il en suffirait d’une dizaine qui garderait notre mode de pensée actuel, pour retourner totalement les choses, et revenir à la société dans laquelle nous vivons, basée sur des inégalités et un égoïsme pur.
Ce que je vous raconte là, c’est le rêve, imaginez, imaginez simplement… que tout le monde coopèrent dans le même but : vivre paisiblement.
Peace and love, si cette formule est respectée, le monde de l’homme ne sera pas vain.

Atelier du futur

Salutations, bande d'enculés !

J'étais en train de discuter de mes cours d'histoire, que j'affectionnais particulièrement, quand soudain me vint une idée : Pourquoi pas des "ateliers du futur" ?

Je m'expliques : Plutôt que parler du passé avec beaucoup de "on dit que...", pourquoi ne parlerions nous pas du futur avec les jeunes dans nos écoles ,ou bien même hors contexte scolaire, par exemple sous forme d'ateliers ?

Je m'obstines à penser que ce serait bien plus enrichissant & intéressant, de faire participer les gens, quel que soit leurs âges, à des débats ou autres idées, aussi farfelus soit elles.

J'en viens donc à vous, chers chouals, pour parler de l'avenir avec vos idées (d'enculés de fdp de vos morts), sérieuses ou pas, pour parler du futur à notre échelle (Nous ne somme pas tous de ces connards en costards à 4000 $, qui parles d'un avenir uniquement monétaire, n'est-ce pas ?!).

Mon idée serait justement de développer un genre d'atelier concernant les attentes, les idées, les envies futures de tout le monde, que ce soit sur l'écologie, l'humain ou simplement d'autres idées qui concernent quelque chose de plus précis.

Photo de profil inquiétante (le renard de tunisie)

Référence : http://choualbox.com/6sPFK

Suite et fin : ce connard c'est barré la semaine où il a eu les papiers français... je pense que le ninja de la photo c'était pour dire qu'il était en mission sous marin pour les assedics... quel saloperie... Et ma connasse de cousine qui ne se rend pas compte qu'elle a été abusée.

Inch-allah qu'on le retrouve pas aux infos ce connard...

[TP] Tous Malhonnêtes: Mensonges et Tricheries

youtube.com
Une chaine bien sympa de vulgarisation de psycho, je conseille d'aller voir ses autres vidéos !

Expérience : Comment induire "l'impuissance apprise"

youtube.com
Ça serait intéressant à reproduire.
Une expérience réelle montrant comment il est facile et rapide de susciter chez les autres (en l'occurrence dans une classe) le sentiment d'impuissance, et de perte de confiance en soi.

Ce genre d'informations est toujours très intéressante, on peut se remettre en question et se rendre compte qu'un manque de confiance en soi peut être dû à une remarque d'un tiers plutôt qu'à un vrai problème qui nous concerne. On peut même étendre le sujet sur les complexes.

Plus d'infos ici : http://reseauinternational.net/petite-demonstration-dimpuissance-acquise/

Comptez le nombre de passes que se font les joueurs en blanc

youtube.com
Ceux ne connaissant pas le résultat, jouez bien le jeu. Ce n'est pas si facile. Et restez jusqu'au bout

PSYCHE #1 : les psys, tous les mêmes ?

youtube.com
Chaîne youtube dédiée à la psychologie ^^ (depuis le temps que je rêvais d'en voire une :D).

Photo de profil, inquiétante ?

Une "amie" a rencontré un type sur baddoo il y a quelques années. Aujourd'hui fraîchement marié et débarqué du bled, il a mis ça comme photo de profil, un choual sachant lire l'arabe saurez dire ce qu'il y a d'écrit sur ce drapeau ? C'est étrange non ?

Qu'est-ce qui pousse un type qui débarque à avoir autant d'irrespect pour son pays d’accueil ? ou alors j'ai une mauvaise lecture de la signification.

People prefer electric shocks to time alone with thoughts

http://www.bostonglobe.com/news/science/2014/07/03/idle/J2LpEcTdZzLykRCTnZ80fL/story.html
C'est en anglais mais en gros : Les sujets étudiés ont en majorité préféré s'auto-administrer des chocs électriques plutôt que de passer 15 minutes seuls sans rien faire. Et d'autant plus quand ils étaient chez eux.

Philosophie - La démonstration, l'interprétation [2/2]

Salut les chouals, nous nous retrouvons ce soir pour la deuxième partie de La démonstration, l'interprétation.
Je rappelle que je rédige ces boxs grâce au livre Rock'n philo pour ceux que ça intéresse.
Je rappelle également que les commentaires, avis, relances sur le sujet voire même sur un sujet voisin sont les bienvenus. Je trouve le groupe bien peu actif, et c'est dommage...
Commençons ! La musique ici affiliée au sujet est Hotel California - Eagles : https://www.youtube.com/watch?v=h0G1Ucw5HDg
Pour ceux qui ne connaissent pas, je conseille vivement.

Tout savoir, rationnel ou empirique, doit être crédible. La norme de toute crédibilité scientifique est la démonstration, raisonnement par lequel on prouve la véracité d'une proposition. Mais l'être humain, lors de sa vie, n'est pas uniquement en quête de connaissance, mais aussi de sens... Or, les raisonnement démonstratifs tels que 1+1=2 ne sauraient répondre à nos questionnement existentiels.
La subtilité est au rendez-vous. L'outil de la connaissance est la démonstration, quel est celui du sens ?

C'est l'interprétation ! Et de même que la démonstration doit être crédible, l’interprétation doit être plausible. 1+1=2, l'homme vieillit car le temps s'écoule, là, c'est crédible et plausible; 1+1=3 et l'homme vieillit car il fait beau, là ce n'est ni crédible, ni plausible.
Une interprétation plausible consiste à rendre compréhensible une chose qui ne l'étais pas auparavant, par le biais d'un signe, texte, phénomène (la parole). C'est comme tenter de répondre à une énigme.

L'interprétation se distingue de la démonstration car celle-ci (la démonstration) est quantitative, objective et universelle, presque toujours mathématique, systématisée. L'interprétation, elle, est l'oeuvre d'une subjectivité, éclairée et méthodique, certes, mais qui se heurtera à des avis divergeant à coup sur. L'interprétation n'est jamais définitive, toujours prête/ouverte à mouvoir (1+1=2 et ça ne changera jamais, contrairement à une interprétation !), elle est multiple, elle prête à discussion, est non-objective. De plus, elle est concernée par notre vie et notre expérience antérieure (je ne verrais pas la peine de mort de la même manière qu'un ex prisonnier de prison).
La leçon qu'il faut tirer de cette box est que : pour démontrer quelque chose, il faut respecter les normes universelles qui régissent notre monde, société, vie. Quant à l'interprétation d'une chose, il faut respecter les normes de compréhensions des personnes sujettes à celle-ci, mais globalement, aucune vérité n'est fixée. Toute interprétation peut changer, contrairement à toute démonstration.


Je m'arrête là pour cette box philosophique, première fois que je fais ça. Il y avait encore 3 pages de texte dans mon livre sur le sujet, mais l'auteur par un peu en cacahuète à mon avis. Et quoi qu'il en soit, ce qu'il dit est assez complexe et moi même je ne suis pas sur de bien pouvoir le retransmettre à vous, chouals, si je n'ai pas complètement compris. Le déconstructivisme est évoqué tout le long, ainsi que le philosophe Derrida pour les intéressés.
Le principal est dit chers chouals, je me languissais de finir ce sujet qui était isolé de la philosophie que je connais/préfère, et peu porteur de débats car assez complexe.

Je n'ai pas encore décidé de mon prochain sujet. Mais peut être m'orienterais-je vers l'observation d'une "philosophie" en elle-même plutôt que d'un sujet. Par exemple, le stoïcisme, l'épicurisme, le cynisme...
Voilà, bonne soirée !

Réagit Bordel !!



Bonjour à tous, ça fait quelques temps que j'avais envie de le faire et je m'y met.
Par deux fois les médias ont relayé des agressions dans le métro Lilois sans que les témoins de la scène ne réagissent. (http://bit.ly/1nHB2Rs)
Les premières questions qui viennent sont les suivantes, mais pourquoi personne n'a réagit? Si j'avais été à la place d'un des témoins j'aurais réagit.
Et bien non Mes très chers choualiens. Vous n'auriez pas forcément réagit.
Pour quelles raisons?
C'est une des branches de la psycho qui va nous apporter une réponse à ce qui a pu se jouer lors de ces aggressions dans la tête des témoins.
Je vais être bref et concis pour perdre personne en route.
Dans les années 60, on s'est interessé au témoins d'agressions ou d'actes déviants de la norme. (Voir le cas kitty Janovese 68 ou le film 38 témoins) et de nombreuses expériences ont été réalisé pour comprendre pourquoi on ne réagit pas forcement.
Il y a en tout cinq éléments qui peuvent nous pousser à réagir.
Tout d'abord, l'effet spectateur: plus il y a de témoins et plus la responsabilité est dilué entre eux et donc moins il y a de probabilité d'interventions. On sait qu'a partir de 3 témoins la probabilité d'intervention baisse fortement.
Ne vous êtes vous jamais demandé, pourquoi moi je réagirais et pas le type a coté de moi? Suis je plus légitime pour dire a ce putain d'enfoiré de sa mère d'éteindre sa putain de musique dans le bus que ce vieux là bas ?
Ensuite viens un autre élément, la fréquence de l'acte, plus c'est fréquent moins on intervient. Plus on a l'habitude de voir les gens se faire emmerder dans le métro, moins on intervient.
Il y a également Les conséquences de l'acte, plus c'est grave, plus on va réagir, Normal hein ?
Il y aurait encore d'autres élements mais je m'arrète là.
Si je me suis amusé à vous expliquez tout ça c'est pour une raison simple.
Les médias colportent des faits divers sans expliquer les tenants des comportements humains.
Ces journalistes auraient été à la place des témoins, ils auraient réagit de la même façon.
ces gens qui jugent ces 15 témoins en les insultant également.
Le pire et c'est la que ça blesse, c'est que les média justifient ainsi la présence d'une politique sécuritaire alors que t'explique au gens ce qui se passe dans leur tête dans ce genre de moment et paf il savent comment ça fonctionne et réagiront bien plus.
Et enfin les médias donne un simple fait divers et lui donne beaucoup d'importance sans l'expliquer alors que l'on sait comment ça fonctionne dans ce genre de moment en tout cas la psy sociale le sait.

TLTR: Les médias parlent sans avoir, la psychologie peut expliquer certains comportements étonnants.

PS: Si cet article plait, je reposterais de manière plus construite d'autres concept de psycho sociale appliqué au faits divers et au cpmt en société.

PS1: http://bit.ly/1hY4mUj Le parisien qui fait un sondage pour ça on aura tout vu, l'incompétence des journalistes... Condamner sans comprendre.

PS2: SRy for the NAZI GRammarrr

Philosophie - La démonstration, l'interprétation [1/2]

Salut les chouals ! Me revoilà pour une box philosophie !

Aujourd’hui (ce soir ?) nous allons voir la démonstration, l’interprétation.
La musique utilisée est Good Vibrations des Beach Boys : https://www.youtube.com/watch?v=Eab_beh07HU

Eh bien, qu’attendons-nous bon sang !
Certaines expériences personnelles peuvent aboutir à ce genre de réactions : « Plus jamais je ne toucherais à ce truc ! ». Mais alors, si je n’avais pas essayé, comment l’aurais-je su ? Le vécu est-il la seule possibilité du de l’aboutissement d’une opinion ? Bien heureusement pas, le monde que nous connaissons ne serait pas le même (du tout).
Le témoignage d’autrui, l’histoire, les livres, sont des bases édifiantes de notre opinion.
Mais cette connaissance là (qui n’est pas du vécu) n’est que purement théorique, n’est-ce pas ?
Oui, c’est du théorique, mais expliqué généralement, et donc applicable à tous les cas, donc au mien aussi, en particulier même.
Mais… chacun vit ses expériences de façon unique, personnelle, non ?
Oui mais les statistiques parlent d’elles-mêmes, tel pourcentage d’individu ayant pris une drogue a subit des effets secondaires néfastes.

Bon sang de bois j’suis un vrai schizophrène, à quel principe dois-je me soumettre ? La vie personnelle ou les lois générales ? L’expérience ou la théorie ?
Sur quoi puis-nous me baser ? Prenons un exemple concret (justement, ou pas, nous allons voir ça), la science. Quelles sont les preuves des théories scientifiques, sont-elles concrètes, observées, sont-elles des faits quantifiés, ou plutôt le résultat d’une logique hypothético-déductive (comme en mathématiques) ?
Dit plus simplement (merci Thepeasant !) : Démontrer, est-ce expliquer des faits matériels, ou conclure logiquement un raisonnement abstrait ?
Notre connaissance du réel est-elle premièrement basée sur une expérience, ou une théorie ?
Quel élément m'influence le premier ?

Les philosophes rationalistes optent pour la théorie. Et les philosophes empiristes eux optent pour l’expérience.

Le rationalisme est basé sur l’idée que toute connaissance vient en premier lieu de la raison, tout s’explique par une idée première. Bien sûr, cela n’écarte pas l’idée des sensations, et de la matérialité des choses. Qu’est-ce qu’une idée première ?
Descartes énonce la théorie des idées innées. En fait, il existe trois types d’idées :
- Celles qui semblent naître avec nous
- Celles qui sont extérieures à nous, qui viennent de dehors
- Celles que nous concevons et imaginons nous-même
Ma faculté de concevoir quelque chose de général ne peut venir que de mon esprit, puisque dans le monde extérieur, je ne vois rien de général, tout est particulier. Le sable chaud sous mes pieds, le bruit du vent, etc… Ces idées-là sont celles qui me mettent en lien avec le monde réel.

L’empirisme est simplement tout l’inverse : toute connaissance est basée en premier lieu sur les sens. Le mot empirique vient du grec empeiria, expérience, et définit toute connaissance qui part de la perception sensible du monde extérieur. Evidemment, la preuve de l’empirisme est basée sur une théorie, le comble me direz-vous, mais c’est uniquement le moyen de l’exprimer qui est théorique, pour le comprendre, il vous faudra le sentir. Les enquêtes de polices sont basées sur l’empirisme, à 100%, la quête d’indice ne relève que de nos sens, en aucun cas d’un livre.

Nous sommes un peu bloqués, chaque vision de la connaissance (rationalisme, empirisme) tient la route.
David Hume résout le problème en « mélangeant » ces deux théories :
L’empirisme s’opère par induction, opération mentale par laquelle on tire une conclusion de propositions reconnues comme vraies, cheminement qui va de l’observation d’un cas singulier à l’énonciation de sa loi universelle.
Un exemple : vous marchez sur une plage, vous voyez une trace de pas dans le sable. Vous en déduisez donc qu’un homme est passé par là récemment.
Or, à ce moment-là, vous ne voyez aucun homme, votre expérience ne vous aide guère. Mais si vous n’aviez pas connu d’hommes auparavant (fruit de votre expérience), vous n'auriez jamais pu aboutir à une telle déduction. L’idée de cet homme fut basé sur votre expérience, mais cette idée est purement rationnelle, théorique.

Plus simplement dit : il faut d’abord une expérience pour qu’il y ait une idée.
Cet arrangement entre le rationalisme et l’empirisme tient en trois concepts : ressemblance (le pas de l’homme ressemble à un pas d’homme, mais n’est pas forcément exactement celui que j’ai dans mes souvenirs, mon vécu), la contiguïté dans le temps ou l’espace, et la causalité (je sais très bien que la nuit engendre le jour, et que mon pied dans un ballon de foot va le faire décoller). Et toutes ces causes à effets ne sont découvertes que par le biais de l’expérience.

Cependant, Hume est plus orienté vers l’empirisme. Selon lui, les rationalistes sont trop attachés aux règles de l’entendement, de la théorie, ils sont trop ennuyeux, et ne "vivent" pas assez.
« La philosophie ne doit pas vous empêcher d’être un homme », soyez sociable, soyez empiristes !

Prouver n’est pas éprouver !

La deuxième partie sur ce sujet est en attente. Bonne nuit les chouals !

[Sociologie] La puissance de parole.

Hello, je viens aujourd'hui vous faire part de quelques phénomènes/observations que j'ai fait durant ma jusque là courte vie. Il s'agit de l'étude de ce que j'ai appelé la "puissance de parole", je vais essayer d'expliquer clairement et simplement ce que j'entends par là.

Il s'agit uniquement d'une reflexion subjective basée sur une analyse personnelle du phénomène, bien qu'il a sans doute déjà été étudié par des vrais sociologues. Ne m'étant pas documenté, je n'ai aucune confirmation de mes propos, il ne faut pas les considerer comme arguments d'autorité, ils sont probablement très critiquable, et c'est justement ce que je demande, des critiques. Mais pourquoi je fais cette box si je ne me suis même pas documenté ? Eh bien ce groupe permet l'expression libre de sa pensée, hors je trouve la reflexion personnelle bien plus intéressante (malgré qu'en general moins pertinente) que la documentation sur un sujet. (Mais en parallèle j'ai bien évidemment une flemme royale lorsqu'il s'agit de faire une dissert de philo)

Je me place dans la situation d'une relation qu'entretiennent deux individus, amis, communiquant de manière assez fréquente (que ce soit IRL ou à distance).
J'exclue le cas d'une relation amoureuse, n'ayant pas assez d'expérience je ne peux réellement les considérer. (foreveralone.png)
Dès alors qu'existe une telle relation, on peut évaluer une prédominance dans la conversation qu'entretiennent les deux individus, lequel des deux monopolise le plus la conversation. Il faut bien sûr pour étudier cela de manière correcte, que les deux individus se reconnaissent de manière équitable, il est évident que si l'un des individu ne reconnait pas l'autre comme un ami, le décalage de l'envie de discuter de chacun faussera complètement l'étude.

Il faut bien comprendre que ce que je cherche à étudier n'est pas lequel des deux individus est le plus bavard, mais plutôt celui qui va occuper le centre de discussion, que ce soit sa personne, ou bien les sujets dont il désire parler.
Il paraît alors évident que pour étudier cela, il faut être temoin de l'intégralité d'une relation des individus à étudier, ce qui n'est accessible presque uniquement si l'un des individu est celui qui etudie. C'est pour cela que l'étude ne peut etre que subjective. Subjective à celui qui étudie, mais variable à la personne étudiée, en effet une même personne peut se comporter de manière selon les personnes avec qui elle interagit, bien qu'elle a une base propre à elle même qui résulte de l'essence même de sa personne.

Comme le concept est assez abstrait et que j'ai dû déjà en perdre plus d'un à ce stade, j'ai introduit un système de notation que je vais appeler le "coefficient de parole" (oui je suis très inspiré pour les noms). Il s'agit d'une note de allant de 1 à 10 évaluant la puissance de parole d'un individu, elle est, comme dit plus haut subjective à la personne qui évalue.

Pour illustrer mes propos je vais présenter un exemple. Je communique fréquemment avec un ami, celui ci me raconte tout le temps sa vie, ce qu'il fait, ce qu'il ressent, ses problèmes, on peut en parler pendant des heures. Mais lorsqu'en revanche il s'agit de parler de moi, de mes problèmes, cela se résout en quelques phrases/messages, voire on a même pas le temps d'entrer dans le vif du sujet qu'il est reparti sur autre chose.
Je lui ai donc attribué un 9.

Mais vous allez vous demander comment cela se fait-il que je puisse accepter ça, comment notre relation peut elle tenir ? Eh bien c'est simplement parce que je suis moi même un 2, je ne ressens pas le besoin de parler de ma personne, de ce qui me concerne, de raconter ma vie, et ça ne me dérange pas non plus d'être à son écoute, disons que cela me distrait.
En revanche lorsque j'ai mis en relation ce 9 avec un autre ami (que j'ai jugé etre un 4 mais sa note est un peu particulière, j'y reviendrai plus tard), leur relation n'a pas duré. En effet, le 4 bien que lui même pas très axé sur sa personne, n'avait pas ma patience pour être suffisamment à l'écoute et satisfaire les besoins d'expression du 9.

Prenons un autre exemple, je communique fréquemment avec une personne, et après avoir discuté sur ce sujet, j'ai déterminé de manière objective que cette personne était un 1. En effet, ayant posé clairement le sujet à plat et ayant pu avoir son avis sur ses relations avec les autres en général, j'ai pu, tout comme pour ma propre personne, determiner sa note réelle, objective. Ici, ayant un coefficient très similaire, je peux m'exprimer de manière bien plus libre tout en sachant que la personne sera à l'écoute. La relation est donc équitable en terme de parole, et chacun est à l'écoute de l'autre.
Petit fait à part, ce 1 a aussi son propre 9 qui se comporte de manière très similaire que mon 9, nous y reviendrons plus tard.

Pour en revenir à ma notation du 4, elle n'est ni totalement objective ni totalement subjective, vu qu'elle a été faite sur ma relation avec elle ainsi que ce que je sais/ai pu observer de ses relations avec les autres.

Il est donc intéressant d'étudier la compatibilité de deux personnes aux coefficients distincts. On a pu observer que deux coefficients faibles s'entendent bien, c'est une relation équilibrée, présentant des échanges mutuels.
On peut aussi deviner que les forts coefficients vont avoir tendance a s'accrocher à des faibles si ouverts à leur discours.
Mais alors comment pourrait fonctionner la relation entre deux coefficients superieurs à 7. Eh bien je ne pense pas qu'elle pourrait exister, soit l'un des deux sera supérieur à l'autre et donc monopolisera la parole majoritairement, soit ils parleraient chacun comme à un mur, ce qui est tout de même difficilement concevable.
On peut donc en déduire que si la somme des coefficients est trop grande (disons supérieure à 14) la relation sera difficile.
Les coefficients intermédiaires sont assez universels car ils seront compatibles avec des plus faibles comme des plus forts.

Mais alors vient la relation de groupe, comment ces coefficients vont ils intervenir lorsque les individus seront regroupés en plus grand nombre.
Eh bien de manière assez simple, les forts seront acteurs/moteurs des discussions, tandis que les faibles seront plus passifs, spectateurs.
Mais ici la notation au sein d'un groupe uniquement ne peut être prise comme référence, bien que valable au sein du groupe.

Pouf reprendre un exemple, je traine souvent avec 4 personnes, 3 d'entre elles étant au sein du groupe des 4-5, et la quatrième un 7 (ces notations étant toujours subjectives). Neanmoins il est possible (bien qu'à mon avis peu probable) que le 7 soit en réalité un 4 lorsqu'il s'agit d'une discussion individuelle.

Il persiste encore le cas de l'anonymat des relations, en effet certaines personnes s'expriment plus librement sur internet qu'IRL (ce qui est d'ailleurs mon cas). Cela est certainement garanti par l'anonymat et l'absence de jugement de valeur que va engendrer ce qu'on dit, au pire si on fait tache on lui reparlera jamais hein ? Pour d'autres personnes ce sera le contraire, elles seront plus réservées sur leur dires qui seronts dès alors accessibles à toute la planète.

J'ai pas vraiment de conclusion à faire, je vous laisse réfléchir avec ce que j'ai raconté. J'ai surtout essayé de déballer de manière logique, structurée et le plus comprehensible possible ma pensée la dessus. J'espère l'avoir été en tout cas, c'est pour moi un assez dur labeur que de sortir de manière logique ce qu'il se passe dans ma tête.

En tout cas si vous avez des questions ou des critiques à faire, elles seront les bienvenues !